AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Coquillages et préjugés (Travis)
Utsukushi Neko Sekai
Hellow! ♪ <br> Tu n'es pas connecté? c'est peu être que tu n'es pas encore inscrit alors... Magne toi de le faire! Non, je blague, on ne veut pas te forcer la main, mais n'hésite pas à nous rejoindre. <br> Et si tu es déjà inscrit, connecte-toi pour voir tes messages privés et répondre à tes RPs, ce serait sympa! ♥️


[RP Neko/Maitre ;; Min. 200 mots ;; H/Ya/Yu autorisé (avec modération ♥)]
 

 :: Alentours de la capitale :: Plage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Coquillages et préjugés (Travis)

avatar
Messages : 21
Points : 144
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 16
Des DCs? : Heaven, Thérésa, Rebecca, Ellen, Rosemary, Freya, Gabrielle, Shanaëlle, Olympe, Daphné
Hunter
Sam 3 Mar - 18:18
Julia & Travis
"Un quiproquo est si vite arrivé."

Debout dans le salon, devant la cage de Vivi, je me demandais pourquoi je l'avais acheté. Je venais de passer une dizaine de minutes à le chercher et lui courir après pour le remettre dans sa cage. Il courait vite ce chenapan. A chaque fois qu'il se sauvait, c'était une galère pour le retrouver et l'attraper. Et ça arrivait souvent mine de rien.

Enfin bon, je l'aimais bien quand même mon petit lapin. Il mettait de la vie dans la maison si on pouvait le dire comme ça. Le jour où je l'avais aperçu dans une animalerie, j'avais craqué sur sa petite bouille de bébé. Mais ça grandissait vite un machin de ce genre. Je regrettais l'époque où il était tout petit et tenait dans une seule main. Il n'était pas bien grand encore, mais je voyais la différence avec avant.

Le lapin à sa place, et la cage bien fermée, je venais me poser sur le canapé en soupirant. Suite à ma soit-disante fatigue, mon supérieur m'avait mise en repos. Ce que je pouvais détester devoir rester à ne rien faire. D'autant plus quand je me disais que ça allait arriver de plus en plus souvent. J'allais finir par ne plus avoir le droit de continuer mon travail à ce train.

Je savais bien que c'était en grande partie de ma faute si je m'épuisais plus vite. Le médecin m'avait suffisamment mise en garde. Mais quitte à avoir une vie réduite, je préférais passer mes quelques années à faire ce que je voulais, et pas ce que les autres voudraient que je fasse.

Pour éviter de trop ruminer mes pensées, il fallait que je sorte. Un peu d'air me ferait sûrement du bien, et je penserais à autre chose. Je vérifiais une dernière fois que Vivi ne risquait pas encore de se faire la malle, et j'enfilais chaussures et manteau. Sans oublier la précieuse boite de médicaments dans ma poche.

C'était bien beau de vouloir sortir, mais pour aller où ? Sociabiliser, c'était bien connu que ce n'était pas mon truc, et une balade en forêt, plutôt mourir que mettre volontairement les pieds là-bas. Tiens et si j'allais faire un petit tour à la plage ? On était en hiver, mais c'était toujours agréable. Et puis qui sait,des fois que l'air marin soit un remède miracle...

Pour ne pas changer, je faisais un détour pour éviter d'avoir à approcher de la forêt. J'avais un vrai problème avec cet endroit, mais je trouvais ça plutôt normal. Les autres ne comprenaient pas en revanche. Je passais juste pour une fille un peu dérangée dans sa tête. Mais tant pis, je me comprenais moi au moins, c'était déjà pas mal.

Arrivée sur la plage, j'inspira un grand coup face à la mer. Qu'est-ce que ça sentait bon ici. Ouais, peu importe la saison, c'était agréable de venir voir la mer. Et surtout, ça changeait les idées.
©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'


   

_________________
Julia ronchonne en #6A5ACD
Never give up
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 29
Points : 314
Date d'inscription : 15/02/2018
Age : 26
Localisation : Sur la plage, la plupart du temps
Des DCs? : Marty-Javier-Helmet-Andrew-Maximilian-Samantha-Rob

Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Personne
♠~ Fréquentations::
Inclassable (humain)
Voir le profil de l'utilisateur




Travis E. Utah
Inclassable (humain)
Lun 5 Mar - 16:56
Coquillages et préjugésIl ne devait pas être bien tard dans ma matinée, quand je posais les pieds dans le sable. La brise marine, la solitude et ma planche de surf sous le bras. Il y avait pire comme portrait dans une journée type pour bosser, même si pour le coup, j'allais surtout profiter. J'avais passé des jours entiers, les pieds dans l'eau au risque d'attraper une pneumonie, pour obtenir des échantillons de planctons et autres algues afin d'alimenter le laboratoire en analyse. Je me doutais que la faune et la flore en dehors de Nekai devait regorger de surprise, mais j'en avais déjà tellement ici. Que ce soient les hybrides en eux-mêmes ou le reste des animaux présents sur ce continent étrange. Je terminais de fermer ma combinaison de surf avant de prendre le temps de me mouiller la nuque. J'avais l'habitude de surfer plusieurs fois par semaine, mais ça n'empêchait pas l'hydrocution si je ne faisais pas attention. J'entendais comme toujours Eustache aboyer après un papillon ou un crabe poursuivi par Rico. Je me demandais des fois s'il n'essayait pas de faire en sorte qu'Eustache se tienne en mon absence. Je me faisais peut-être des films, mais j'avais sans doute les animaux de compagnie les plus particuliers du monde, comme leur propriétaire. Je ricanais avant de me jeter à l'eau avec ma planche pour prendre la première vague assez massive qui passait. Les doigts qui frôlaient l'eau, le vent qui me soufflait dans les oreilles et la mer autour de moi, une vie de rêve. Ouais, mais même si je ne le disais pas pour éviter de casser mon image de surfeur biologiste plein de joie, j'étais aussi très seul. Ce n'était pas faute d'essayer en fait, mais beaucoup ne comprenaient pas que ce qu'ils considéraient comme des vacances annuelles, c'était ma vie. Oui, je ne croulais pas sous une tonne de papier, je n'avais pas 50h de travail, mais à ma façon, je faisais avancer les choses.

Vague, après vague, je me rapprochais du littoral avant de finalement décider de me laisser entraîner par le courant vers la plage. Une fois les pieds dans le sable, je soufflais un peu rassuré d'être sur la terre ferme. Je n'avais pas peur de l'océan, mais je savais tous les dangers qu'il pouvait abriter. Que soit le courant qui m'avait aidé à revenir ici, mais qui en général pouvait entraîner n'importe qui dans les fonds marins. Ou encore les animaux pas toujours loquasses et agréable quand on était sur leur plat de bande et territoire. En repensant à ça, je fixais ma combinaison qui portait encore la marque des dents d'un requin. À force d'en étudier j'avais réussi à m'en sortir vite sans qu'il ne me blesse ou face de trou dans ma combinaison, mais il avait laissé sa marque quand même. Même dans mon métier, le danger était présent, bien plus qu'on pouvait le penser et les requins étaient le cadet de mes soucis. Il y avait aussi les tempêtes qui démarraient sans prévenir, les méduses échouées et toujours aussi dangereuse à moitié mourante et j'en passe. En fait, dans le métier de biologiste marin, je crois que ce qu'il fallait retenir le plus : c'était que l'océan aussi beau soit-il, il avait la force de rayer n'importe qui de la terre ferme, n'importe qui, même moi. Je secouais mes cheveux après avoir divagué alors que Rico était sur son perchoir dehors, Eustache quant à lui dormait sur le paillasson. Le temps n'avait pas l'air trop couvert, alors j'en profitais pour revenir vers ma maison en plantant ma planche dans le sable avant d'entrer en enjambant mon sac à puce préféré pour sortir Spoutnik de son vivarium et le poser sur la table du salon en plein soleil. Je reprenais ma planche en ressortant pour faire le chemin inverse. La plage était bien capable et bien vide enfin, c'est ce que je pensais avant de m'avancer vers une petite blonde totalement inconnue.

Je m'approchais d'elle d'un pas lent, ma combinaison ouverte jusqu'à la taille et repliée sur mes hanches, la planche sous le bras et mon sourire de toujours. Quitte à aborder quelqu'un que je ne connaissais ni d'Adam ni d'Eve, c'était peut-être mieux de le faire sans avoir l'air d'être totalement ennuyé d'avoir de la visite. Alors que je finissais à son niveau, je la voyais me fixer avec un air de mérou. Oui du genre qui ne voulait pas qu'on le dérange en gros, manque de bol, je crois que c'était trop tard pour m'excuser donc j'allais devoir faire avec. Je posais ma planche sur le sac, debout sans écraser le pied de la jeune femme en face de moi avant de tendre la main. « Ce n'est pas souvent que je croise des gens sur la plage. Je m'appelle Travis, si je peux t'aider en quoi que ce soit, n'hésite pas. Je ne vais pas te manger, j'ai déjà pris mon petit-déjeuner. » J'espérais qu'elle me sert la main ou moins me réponde, histoire de ne pas avoir l'air aussi crétin qu'une étoile de mer sur un rocher en pleine décrue.

© 2981 12289 0

_________________


J'adore te parler dans cette couleur #006699
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Points : 144
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 16
Des DCs? : Heaven, Thérésa, Rebecca, Ellen, Rosemary, Freya, Gabrielle, Shanaëlle, Olympe, Daphné
Hunter
Mer 21 Mar - 22:19
Julia & Travis
"Un quiproquo est si vite arrivé."

J'étais venue ici dans l'idée de voir si ça pouvait me faire du bien, mais au vu des pensées qui me venaient actuellement, j'étais en train de reconsidérer le fait que ce soit une bonne idée. J'avais un sacré don pour me déprimer toute seule. Sans trop savoir comment je réussissais cet exploit. Si on pouvait appeler ça comme ça.

En même temps, regarder la mer comme je le faisais me donnait des idées plutôt mauvaises. Mais le fait était, que si là je me laissais glisser dans l'eau sans opposer de résistance, il n'y aurait personne pour le voir et m'arrêter. Et surtout, personne qui ne me regretterait derrière. A part peut-être Vivi, mais bon, il restait un lapin.

Franchement, si je n'avais pas eu mon travail de chasseuse, je pense que je me serait laissée séduire par cette idée que j'avais en tête. C'était complètement débile oui, mais j'étais bien placée pour savoir qu'on pouvait faire n'importe quoi sous le coup du désespoir. Ce que j'avais, c'était incurable, juste comme une bombe à retardement.

Je soupira un coup, tournant légèrement la tête. Pour découvrir à ce moment que je n'étais pas seule sur la plage. Totalement dans mes pensées, je n'avais même pas remarqué la présence de quelqu'un d'autre. Génial, même ici je ne pouvais pas être tranquille avec moi-même.

Il se tapait une sacré dégaine le gusse, ça se voyait qu'il avait l'habitude de venir sur la plage. A croire qu'il y passait sa vie. Je l'aurais royalement ignoré si il avait pas eu la bonne idée de s'approcher. Ça me plaisait pas cette histoire... Monsieur se croyait peut-être irrésistible dans sa tenue.

Oh je la sentais mal cette histoire. Je ne connaissais rien de ce mec, mais je sentais venir le coup foireux. Si il essayait de m'approcher d'un peu trop près il allait le regretter. D'autant qu'il ne débarquait pas au meilleur moment. Ce n'était pas spécialement contre lui, mais ça allait être difficile de faire preuve d'un minimum de sympathie.

Je comprenais pas pourquoi il s'était senti obligé de venir m'aborder. Des gens sur la plage, devait en y avoir tous les jours. J'allais devoir trouver un autre endroit pour être seule. Enfin, le gusse me donnait son prénom en me tendant la main. Sans prendre cette dernière, je me contenta de lui décocher un regard mauvais.

-C'est ton kiff d'aborder les gens qui ont envie d'être un peu tranquille ? Je sais que je suis une fille, mais si ce que t'espère c'est en mettre une dans ton lit ce soir, tu t'es trompé de personne.
©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'


   

_________________
Julia ronchonne en #6A5ACD
Never give up
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 29
Points : 314
Date d'inscription : 15/02/2018
Age : 26
Localisation : Sur la plage, la plupart du temps
Des DCs? : Marty-Javier-Helmet-Andrew-Maximilian-Samantha-Rob

Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Personne
♠~ Fréquentations::
Inclassable (humain)
Voir le profil de l'utilisateur




Travis E. Utah
Inclassable (humain)
Jeu 22 Mar - 16:10
Coquillages et préjugésJ'avais eu une réponse, mais entre l'absence d'amabilité de sa part et cette remarque en jugeant sans connaître, elle avait de quoi m'agacer la blondinette. Tiens, je faisais comme ma mère, je donnais un surnom bien moche quand quelque chose ne me plaisait pas chez quelqu'un, super. Je posais finalement ma planche dans le sable en soupirant. Elle avait l'air tellement agréable cette fille et totalement encline à discuter en plus. Tant d'ironique dans une phrase, je faisais fort, mais bon si elle pensait me marcher sur les pieds avec son caractère de cochon, elle avait frappé à la mauvaise porte. C'était mal connaître un membre des Utah, une famille qui avait remis assez de personnes haut placés ou non pour rappeler que les petits gens, ils méritaient tout autant le respect que les grands. Et comme je ne faisais pas exception à la règle, cette fille allait m'entendre bien vite. Je crois même que si ma mère avait été là, elle aurait pris une baffe cette miss ronchonne. Non pas que j'allais la frapper, ce n'était pas dans mes méthodes. Je posais mes mains sur mes hanches la fixant avant de lever un sourire en riant avant de secouer la tête. Non vraiment, cette fille avait de quoi m'amuser autant que de m'agacer en quelques instants, c'était fort, mais bon, il en fallait plus pour me faire lâcher prise, bien plus. J'avais eu de l'entraînement avec les disputes de mes parents, mes études, mon petit frère, un peu agité ou encore mes animaux, alors une blonde inconnue et pas franchement aimable, c'était tout sauf un réel obstacle ou un gros défi dans ma vie. Pour bien commencer les choses, j'allais la remettre poliment à sa place et ensuite être franc, comme ça, elle aurait sans doute une meilleure raison de ne pas être agréable d'emblée. Je n'avais rien fait à part l'aborder, mais elle devait se faire des idées à me voir, comme la majorité des gens et des filles, en fait. Et après,, on se demandait ce qui me donnait envie d'être célibataire en dehors d'avoir un emploi du temps, un travail et une ménagerie à gérer.

« Oui bien évidemment et pour ça, je me pare de ma tenue de surfeur, de ma planche et d'un sourire Colgate à 5 dollars. Plus sérieusement, non ce n'est pas mon kiff et si je veux une fille dans mon lit, ma petite amie peut largement me suffire donc on va vite calmer les préjugés. Je n'essaye pas de te draguer ou quoi que ce soit, on appelle ça l'amabilité et la politesse, deux notions qui ont l'air d'avoir été en vacances en Seychelles avec ton calmé. Ah, bah, tu veux être tranquille ? Bah, tu me réponds calmement sans m'agresser et tu l'auras ta paix. Désolé de travailler ici et donc de saluer les gens qui viennent sans trop le vouloir à ma rencontre. J'avais oublié que les gens ont du mal à aligner deux notions comme le fait qu'on ne travaille pas tous en bureau et que oui, travailler à la plage, c'est possible. Ah, bah, voilà, je suis aussi aimable que toi, sympa hein ? »

Je soutenais son regard mauvais en la fixant l'air de dire qu'elle pouvait faire la tronche autant qu'elle voulait, cette plage n'était justement pas une promenade de santé et comme je me doutais qu'elle ne le savait pas, derrière nous, assez difficile à repérer, il y avait une quantité importante de méduse échouée. C'était aussi ça mon travail, éviter que les gens se blessent avec ce genre d'animaux et qu'ensuite, on condamne encore les mauvaises personnes pour des inattentions ou de l'inconscience. Je me doutais que mon ton et ce que je lui avais dit n'allait pas améliorer les choses, mais si cela avait le mérite de mettre au clair le fait que non, je ne voulais pas la draguer, mais juste faire mon travail, c'était un mal pour un bien. D'ailleurs, je me rendais compte que j'avais de but en blanc parlé de Lavande. C'était encore assez récent, mais je crois qu'une grande partie de moi avait envie d'affirmer que l'on était ensemble elle et moi. Du coup, j'avais rapidement répondu à sa supposition infondée et sans preuve. Je soufflais en me rendant compte qu'être de mauvaise humeur, ça ne me ressemblait pas, pas plus qu'être aussi agressif avec les gens. Je remontais un peu les bords de ma combinaison qui glissait avant de pencher la tête.

« Pour reparler, et même si ça t'agace, je ne fais que mon travail. Derrière moi, il doit y avoir une bonne centaine de méduses échouée. La plupart ne sont pas morte donc si je peux éviter qu'un humain soit blessé, ça serait pas mal. Je dois déjà veiller les écosystèmes des fonds marins que j'étudie tous les jours, donc si je peux éviter d'avoir des plaintes parce que l'on marche sur de méduses sans regarder ses pieds, ça ne serait pas mal du tout. Après, à toi de voir si tu préfères te calmer et m'écouter pour ne pas rentrer chez toi avec le pied gros comme un melon ou si tu veux continuer à ne pas avoir la politesse de te présenter. C'est déjà difficiles les relations entre humains et hybrides alors si tu peux rendre cette rencontre moins désagréable pour nous deux, ça serait sympa. Et de me dire ton prénom que je puisse t'appeler comme l'on t'a baptisé et éviter de te saouler en te tutoyant alors que tu veux juste la paix. »

Il allait me falloir du temps pour me calmer complètement après cette agression de la part de cette blonde pas spécialement sympathique. Je faisais un effort pour calmer le jeu, mais il était clair que si elle me rentrait encore dedans, j'allais redoubler de franchise et fille ou pas, elle allait vite comprendre que j'étais un Utah.

© 2981 12289 0

_________________


J'adore te parler dans cette couleur #006699
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Points : 144
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 16
Des DCs? : Heaven, Thérésa, Rebecca, Ellen, Rosemary, Freya, Gabrielle, Shanaëlle, Olympe, Daphné
Hunter
Mer 28 Mar - 14:55
Julia & Travis
"Un quiproquo est si vite arrivé."

Avec ma grande gueule, je devais l'avoir jugé un peu vite. Comme ça m'arrivait bien souvent. Mais pour le coup, la situation pouvait prêter à confusion. On était sur la plage, avec presque personne autour, et lui était là avec sa dégaine particulière. Comment j'aurais pu ne pas me faire d'idée en voyant ça.

Forcément, j'y étais allée avec dans ma réponse avec toute ma légendaire amabilité. Je lui avais parlé comme si il était un certain collègue chasseur que je ne supportais pas. Sans être une fille agréable de base, je l'étais rarement aussi peu. Mais avec la situation, j'avais mis priorité sur mes préjugés.

Sa réponse me confirma que je l'avais mal jugé. Ok autant pour moi. Au moins il avait du répondant et de quoi me remettre à ma place. C'était déjà mieux que de tomber sur un dégonflé qui serait parti les larmes aux yeux parce que la dame elle parle méchamment. J'aimais bien les gens capable de tenir tête, même si ça finissait souvent mal entre grandes gueules.

Donc il ne faisait que son travail ici. Je voyais pas trop ce qu'on pouvait faire dans un endroit paumé comme ça, jusqu'à ce qu'il m'explique. Surveiller les fonds marins, ça devait être passionnant. Enfin, je devais arrêter de juger vite comme ça. Si il aimait son métier, tant mieux pour lui.

L'idée de renter avec un pied énorme me fit sourire intérieurement. Avoir ça ne me tentait pas spécialement, même si je ne doutais pas que de l'extérieur ce serait très drôle à voir. Et de toute façon, un pied gonflé c'était le cadet de mes soucis. J'avais autre chose à penser. Avec ça j'aurais quoi... Quelques jours de repos au mieux ?

Soupirant un coup, je reportais mon regard sur lui. En faisant un minimum d'effort pour pas faire la gueule. Quitte à devoir discuter, autant essayer de rendre les choses un peu moins lourdes. Et c'est moi qui disait ça...

-Ok je t'ai mal jugé, je dois être un peu parano sur les bords en plus de pas savoir être aimable. Je suis pas habituée à voir des gens qui travaillent sur la plage. Et sinon moi c'est Luz.

Mon idée d'une petite baignade sans retour était un peu foutue avec quelqu'un dans le coin. Mais c'était pas plus mal, ça m'empêcherait de faire une grosse connerie. Il le savait pas, mais il venait sans doute de m'éviter ça. Même si je suis pas sûre que j'aurais osé le faire au final. Je le saurais jamais, et tant mieux.

-Donc si j'ai bien compris, si je veux la paix j'ai juste à demander bien gentiment ? Quoique si y a vraiment des méduses comme tu le dis, tu vas peut-être pas me lâcher comme ça hein.

Décidément, je savais vraiment plus faire preuve de sympathie. Ça pouvait s'apprendre ce genre de chose ? Si oui, il allait sérieusement me falloir des cours pendant un moment.
©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'


   

_________________
Julia ronchonne en #6A5ACD
Never give up
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 29
Points : 314
Date d'inscription : 15/02/2018
Age : 26
Localisation : Sur la plage, la plupart du temps
Des DCs? : Marty-Javier-Helmet-Andrew-Maximilian-Samantha-Rob

Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Personne
♠~ Fréquentations::
Inclassable (humain)
Voir le profil de l'utilisateur




Travis E. Utah
Inclassable (humain)
Ven 30 Mar - 18:03
Coquillages et préjugésPendant que je cherchais à retrouver mon calme, je ne savais pas si mademoiselle l'amabilité, je l'ai vendu sur le Boncoin allait se montrer plus sympa ou non. Entre elle et Lavande, il y avait un tel écart. Elle avait aussi ses défauts ma petite bleutée, mais pas celui d'être désagréable, ou en tout cas pas avec moi. On vivait sincèrement le parfait amour, et même si nos animaux respectifs avaient le talent de se mettre bien comme il faut pour éviter qu'on s'embrasse on trouvait toujours le moment propice pour s'abandonner l'un à l'autre. C'était ma première vraie petite amie depuis ma naissance et mon enfance. Ça allait me faire sans doute bizarre un moment, même si je n'allais pas me plaindre. Tous les matins, j'étais aussi bien motivé par mon travail comme avant que par la revoir, ce qui ajoutait un peu plus d'entrain à celui que j'avais naturellement. La preuve, j'avais eu envie de redoubler d'efforts dans mes analyses pour avoir une meilleure prime, mais surtout de quoi proposer un petit restaurant à Lavande. Elle ne le savait pas, c'était une surprise, mais je comptais bien sortir la chemise à fleur la plus classe que j'avais ou juste un truc plus classique et moins voyant peut-être. Je sortais de ma réflexion en fixant la blonde qui finissait par se présenter. Luz ça sonnait espagnol ou quelque chose dans le genre donc comme moi, elle devait avoir des origines expatriées, cool dans le fond. Je me retenais de lui dire qu'effectivement elle était un poil parano de s'emporter comme ça, et de juger sans connaître, mais bon la plupart des gens faisaient ça même sans s'en rendre compte. En même temps, avec mon allure, je n'avais pas dû arranger les choses sauf que bon, je n'avais pas eu le choix. SI j'avais gardé ma combinaison trempé sur le torse, j'aurais fini avec une bonne petite grippe dans quelques jours.

Je ne savais pas trop si c'était une intrusion venue des méandres de ma petite tête ou un pressentiment tout sauf mauvais, mais je crois que j'avais envie de surveiller un peu plus cette fille. Elle avait beau paraître d'une humeur massacrante, je sentais surtout qu'elle allait mal. Je ne pouvais pas m'imposer auprès d'elle, plus que de raison. Ce n'était pas mon genre de coller les filles en général. Moi, quand on me disait non, je prenais mon verre, ma planche ou quoi que ce soit et je filais sans demander mon rester. Alors, oui, c'était peut-être lâche, sans doute ridicule, mais je préférais ça à faire le lourd ou le forceur. J'avais suffisamment compris en voyant ceux qui avaient été mes camarades de classe, aux méthodes souvent louches, que ce genre de comportement ça n'apportait rien de bon. Des claques dans le meilleur des cas, des choses cassées dans le pire. Mes études avaient été l'une des meilleures périodes de ma vie, pourtant, elle ne me manquait pas. Comme si en ayant ce métier, j'avais fini par trouver un petit nirvana qui valait bien plus que tout le bonheur que j'avais accumulé avant. Après tout, j'avais fini par avoir ce que je voulais : un métier où je pouvais mêler ma curiosité, mon amour des animaux et ma passion du surf. Mine de rien, savoir la météo, les heures de marées ou encore la qualité de la mer et du sable, c'était utile dans le travail comme dans le loisir. D'une pierre de coup, si l'on veut. J'avais beau l'écouter, je n'arrivais pas à comprendre en quoi, c'était si surprenant qu'il suffisait simplement de demander pour avoir la paix. Je ne savais pas avec qui et où elle travaillait, mais elle devait avoir des collègues particulièrement collant ou lassant, je la plaignais. Je croisais un peu plus les bras contre mon torse en haussant les épaules avant de souffler. J'avais vraiment l'impression que Luz et moi, nous vivions dans deux mondes différents.

« Bien sûr que c'est aussi simple, mais tu as en quelque sorte raison. Je ne peux pas te laisser te balader comme si de rien était sur une plage en prenant le risque que ça me retombe dessus par la suite. Dis-toi simplement que je ne suis pas là ni pour te faire la morale, ni pour te pourrir ta journée ou te draguer, c'était en aucun cas mon intention, je fais juste mon travail. Et puis, sans vraiment te connaître, tu n'as pas l'air dans ton assiette alors peut-être que de la compagnie t'aiderais ? Comme j'aime dire, je te propose et non, j'impose. Tu peux très bien me dire que non, tu veux la paix et je vais retourner à mon travail en t'indiquant la zone que tu devrais éviter pour ne pas te blesser inutilement. Sinon, enchanté Luz. Ouais après, c'est assez rare que les biologistes du coin osent sortir de leur petit confort pour venir ici. Heureusement pour eux, il y en a un moins frileux qui lui sort pour leur offrir de vrais échantillons. Je ne sais pas si mon travail t'intéresse, mais si tu as le temps, je peux te montrer quelques trésors qu'on ne soupçonne pas et par la même occasion te changer les idées. Encore une fois, je ne fais que proposer, rien ne t'obliges à accepter, mais je préfère avoir des remords que des regrets. Je ne sais pas, qui tu côtoies à ton travail, mais rassures toi : ici personne ne te juge et si tu veux insulter quelqu'un, bah fait-le, il n'y a que la mer pour t'entendre le faire. »

Je passais parfois plusieurs heures à maudire ceux qui attendaient bien au chaud que je leur envoie mes échantillons non sans me presser pour les avoir plus tôt ou en plus grandes quantités. Heureusement, j'avais assez de patience pour ne pas les injurier directement en leur envoyant par ma même occasion ma façon de penser. Un Utah restait un Utah même en biologie.

© 2981 12289 0

_________________


J'adore te parler dans cette couleur #006699
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Points : 144
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 16
Des DCs? : Heaven, Thérésa, Rebecca, Ellen, Rosemary, Freya, Gabrielle, Shanaëlle, Olympe, Daphné
Hunter
Lun 16 Avr - 19:50
Julia & Travis
"Un quiproquo est si vite arrivé."

Je crois que pour le coup, j'étais tombée sur une personne à l'opposée de moi. Il avait l'air totalement ouvert pour discuter avec n'importe qui, même sans connaître la personne. Le genre de chose que je ne ferais sans doute jamais. Enfin, ce n'était pas très compliqué d'être plus sociable et sympathique que moi.

En y repensant, je ne me souvenais plus exactement quand est-ce que j'avais commencé à agir comme ça. Après l'incident en forêt, j'étais clairement devenue insupportable, mais ça avait bien du commencer avant. Sauf que je n'arrivais plus à me souvenir du moment qui avait déclenché autant de mauvaise humeur envers le monde.

De base, je n'avais rien contre les gens. J'arrivais encore à apprécier quelques, rares, personnes. Mais je ne savais pas trop pourquoi, j'avais tendance à voir d'office les gens comme des ennemis. Encore plus les garçons, ma réaction précédente le prouvait. J'aurais pu aller voir un psy pour parler de tout ça, mais j'approchais les médecins le moins possible. Donc c'était non.

Tant qu'à faire, je pouvais considérer ce moment comme un entraînement. Je ne savais pas si Travis allait encore être disposé à discuter avec moi. Ce serait compréhensible qu'il ne veuille plus. Enfin je m'étais quand même, à peu près, excusée de mon comportement.

N'empêche si je pouvais rester avec quelqu'un jusqu'à ce mes idées idiotes me passent, je disais pas non. Je préférais devoir m'embêter à discuter que de faire de quelque chose de stupide. Qui sait, la journée allait passer et j'allais devoir rentrer pour nourrir Vivi. Ça semblait un bon plan.

Travis confirma ce que je pensais sur le fait qu'il n'avait pas envie de me laisser seule. Quoique si j'y tenais vraiment, je n'avais qu'à demander. Ce que ça paraissait simple. Mais j'avais changé d'avis sur le fait de le renvoyer à ses affaires. Pour le coup, c'était mieux que j'ai quelqu'un avec moi.

Je n'étais pas particulièrement intéressée par tout ce qui était la mer et ses secrets, mais ça aurait au moins le mérite de me changer les idées. Et puis je me voyais mal refuser après le cinéma que je lui avais fait un peu plus tôt. Il avait plutôt bien deviné que j'allais pas spécialement bien.

Pour autant je ne comptais pas lui dire ce qui me trottais dans la tête. A moins que cette saloperie de maladie ne fasse des siennes, il n'était pas question que j'en parle. Surtout pas à quelqu'un que je connaissais depuis même pas dix minutes.

-Je vais pas te mentir, ça m'intéresse pas spécialement ce que tu fais. Mais si ça peut me changer les idées, je dis pas non. J'ai beaucoup en tête là, donc si ça me permet de souffler un peu tant mieux.

J'étais très rarement venue à la plage. Quelques fois quand j'étais petite avec celui qui me servait à l'époque de père. Mais sinon ça avait presque toujours été pour des missions de chasse. Mine de rien, y avait des hybrides qui venaient se cacher dans le coin.

-Et donc, ça consiste en quoi ton travail ? Je suppose que ça doit être une passion, pour avoir envie de venir à la plage en été comme en hiver.
©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'


   

_________________
Julia ronchonne en #6A5ACD
Never give up
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Utsukushi Neko Sekai :: Alentours de la capitale :: Plage-
Sauter vers: