AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue au Ritz - Masha
Utsukushi Neko Sekai
Hellow! ♪ <br> Tu n'es pas connecté? c'est peu être que tu n'es pas encore inscrit alors... Magne toi de le faire! Non, je blague, on ne veut pas te forcer la main, mais n'hésite pas à nous rejoindre. <br> Et si tu es déjà inscrit, connecte-toi pour voir tes messages privés et répondre à tes RPs, ce serait sympa! ♥️


[RP Neko/Maitre ;; Min. 200 mots ;; H/Ya/Yu autorisé (avec modération ♥)]
 

 :: Ville :: Animalerie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bienvenue au Ritz - Masha

avatar
Messages : 21
Points : 258
Date d'inscription : 05/02/2018
Des DCs? : /
Bittersweet
Voir le profil de l'utilisateur




Zéphir
Bittersweet
Mar 27 Fév - 17:43
C'est certainement pas dans les meilleures conditions du monde que je me retrouve dans cette cage. Je ne dis pas qu'il y a de bonnes conditions pour se retrouver enfermé derrière des barreaux en n'ayant pour seul crime à son actif d'être différent de ceux qui font les lois.
C'est certainement pas dans les meilleures conditions du monde que j'ai quitté la rue. Encore une fois, pas qu'il y ai de bonne raison de quitter la rue, parce que pour la quitter il faut y être passé, et je n'y ai pas rencontré une seule personne qui s'y était retrouvé de son plein grès. Des concours de circonstance, toujours. Des mauvais moments avec personne pour nous tendre la main au moment où nous en avions besoin. Des galères et des emmerdes. Et dans ces rues, que des gens qui ont plus de courage qu'ils ne le pensent. 
Si Charlie ne m'avait pas laissé tomber - je ne peux pas dire qu'elle m'ai laissé tomber, c'est injuste pour elle - si Charlie n'était pas tombée au combat, terrassée par les événements et par les intempéries, j'y serais encore sur le trottoir. Sur le trottoir à me dire que je suis trop fière pour finir en cage, que je ne veux pas que mon fils se dise que son papa est derrière des barreaux, asservi à la merci de types plus forts que lui. Mais Charlie n'est plus là, et maintenant que je n'ai plus personne sur qui veiller là dehors, il est temps que je veille un peu sur moi. Après tout, la cage et l'animalerie, c'est la garantie d'avoir un toit sur la tête et de la bouffe dans le bide. La cage de l'animalerie, c'est le Ritz par rapport à la loi de la jungle là dehors. Et à voir mon reflet dans la vitre de l'animalerie, il était temps que je fuis la jungle. 

Ils m'ont trainé dans l'animalerie, je les ai laissés faire, sans les aider, sans marcher, les laissant me porter à demi, laissant mes pieds frotter sur le sol de béton. Ils m'ont déshabillé, m'ont retiré les couches et les couches de guenilles que j'entassais pour avoir chaud et m'ont passé au jet. Je te dis pas la couleur de l'eau aux premiers rinçages. Ils ont démêlé mes cheveux, se prenant les dents du peigne à la base de mes cornes à plusieurs reprises. Je pense que j'ai été assez facile à vivre, même s'ils auraient surement apprécié ne pas avoir à jouer avec un corps inerte qui, malgré la maigreur, pèse tout de même son poids. 
Ils m'ont enfilé un pantalon de toile beige, un T-shirt gris à manches longues, une paire de chaussettes et des pompes en toile et m'ont installé sur une couche dans une petite cage. J'étais présentable, vendable. Restait à me remplumer un peu, parce que je suppose qu'un hybride qui leur claque dans les doigts ça doit pas être fifou pour les affaires, alors avec les repas ils me filaient une briquette de boisson hyper protéinée. C'est dégueu, mais ça ne fait pas de mal. 
 
Les deux premiers jours j'ai surtout beaucoup dormi, me réveillant pour manger et aller pisser. On est le troisième jour, je me réveille d'une de mes nombreuses siestes. Je ne sais pas trop l'heure qu'il est. Ca va mieux. J'ai toujours les yeux qui tirent, fatigués, les lèvres gercées et la peau qui pèle par endroit, mais je n'ai plus l'impression que mon corps va se mettre en grève sans prévenir à n'importe quel moment. Dans un coin de ma cage il y a un bol du gruaux infâme qu'ils nous servent, gruaux infâme sur lequel je vais me jeter sans rechigner - le Ritz je te dis. J'attrape la gourde d'eau posée à côté, bois une bonne rasade, et m'empare du bol et de la cuillère en plastique plongée dedans. C'est tiède, ils n'ont pas du le poser là il y a une demi seconde...

Assis en tailleur dans un coin de ma cage, je commence à manger, regardant la boutique entièrement vide. Ils ont du fermer il n'y a pas longtemps. Je tourne la tête à droite et pose les yeux sur ma voisine de cellule. C'est pas la première fois que je la regarde, mes yeux sont déjà tombés sur elle quand ils se rouvraient, embrumés, entre deux sommes. Avec ses longs cheveux d'encre et son joli minois elle ne va pas rester longtemps ici. Elle tourne la tête, je croise son regard doré et lui souris. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Points : 562
Date d'inscription : 04/10/2017
Age : 26
Des DCs? : Non

Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Hiwatari Rei
♠~ Fréquentations::
Sweet
Mar 27 Fév - 20:14
Cela faisait un an jour pour jour que j'étais enfermée ici dans cette cage. Ici, les cages réservées aux ventes étaient bien plus grandes que celles dans le centre de dressage. Aujourd'hui, comme tous les autres jours on avait le même rituel : toilette, habillage et repas, ensuite on attendait jusqu'à la fermeture, où nous recevons une assiette de gruau. Pour moi, c'était fade, mais bien meilleur qu'au centre. Mais en ce jour, les vendeurs étaient excités, car il semblerait qu'un nouvel hybride devait être mis en vente.

Je l'avais aperçu rapidement quand il était transporté pour être préparé. Il était maigre et couvert de crasse. Il avait une multitude de vêtements plus ou moins abîmés, quand ils revinrent, l'hybride était complètement amorphe. Pendant trois jours il était dans les brumes du retour à la réalité ou il ne réagissait que pour la nourriture et pour les besoins hygiéniques.

Voilà qu'aujourd'hui, il revenait enfin pleinement à la surface. Il était intrigant avec ses deux cornes. Bon nous étions mis côte à côte et du coup nous étions voisins, alors il serait de bon ton de faire les présentations.

« Bonjour, je m'appelle Masha, j'ai 16 ans, je suis ravi de te rencontrer. »

Puis j'incline ma tête, signe de salutation ne pouvant pas faire de courbettes, car la cage ne me le permettait pas.

« Je suis une inu samoyède. Je suis ici depuis un an. Je suis contente de ne plus être seule. »

Puis, je m'arrête pour lui laisser le temps de digérer le tout et de répondre si il le souhaite.

_________________
Disponibilité: 2/2 rps
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Points : 258
Date d'inscription : 05/02/2018
Des DCs? : /
Bittersweet
Voir le profil de l'utilisateur




Zéphir
Bittersweet
Mer 28 Fév - 10:48
Elle est polie, elle se présente. Je n'ai jamais réfléchit à comment se comportent les hybrides entre eux lorsqu'ils sont enfermés dans des cages et n'ont rien de mieux à faire que d'attendre qu'on pose les yeux sur eux. A la rigueur j'aurais trouvé logique qu'ils se tirent dans les pattes, après tout, ils ne sortirons pas tous d'ici aussi rapidement.
Je tique une première fois quand elle me dit avoir 16 ans. Je lui en aurait donné plus. Je vais parler comme un vieux con mais je trouve que les gamines de 13 ans en font 16 et celles de 16 paraissent 20. J'étais où moi à 16 ans ? Au cirque déjà ? Non pas encore, à 16 ans je vivais dans un confort tout à fait raisonnable sur les économies gagnées en jouant pour des séries pourries ou des petits longs métrages, économies que je n'avais pas encore dilapidées.
Elle continue de se présenter, je ne sais pas ce qu'est un samoyède et d'ailleurs ce n'est pas cette info là qui me fait tiquer pour la deuxième fois. Ca fait un an qu'elle est bloquée ici ? Je suis en train de tailler le bout de gras avec une jeune fille de plus de 10 ans ma cadette qui a déjà passé un an de sa vie derrière les barreaux. On n'a clairement pas tous eu les mêmes chances. Ce n'est pas pour autant que je vais m'appitoyer sur son sort. Rien ne me soulais plus quand j'étais dans la rue que d'entendre des gens mieux lotis que moi me dire que j'étais bien courageux, que la nuit était trop froide et qu'ils avaient de la peine pour moi. Ce n'était pas de la compation, mais juste une façon pour eux de se dire qu'ils étaient moins mauvais qu'ils ne le pensaient, une façon de se faire mousser en faisant mine de tendre la main à un plus démuni.

- Salut Masha. Je me tourne face à elle, toujours assis en tailleur, mon bol sur les genoux et lui réponds entre deux bouchées. Moi c'est Zéphir. Et bah écoute, j'espère que ma compagnie te sera agréable. Et qu'elle ne sera pas trop longue. Je lui fais un clin d'oeil pour ponctuer cette dernière phrase et replonge ma cuillère dans le gruaux.

Comment on fait connaissance quand on est enfermé ? Parce que je ne peux pas lui demander ce qu'elle fait dans la vie, visiblement elle attend ici depuis des plombes. Je préfère ne pas lui demander non plus comment elle occupe ses journées, j'ai bien peur que l'absence de réponse me rende dingue.

- Ca fait longtemps que tu attends... C'est quoi la première chose que t'aimerais faire si tu sortais d'ici avec quelqu'un de suffisament cool pour te laisser tenter ce que tu veux ?

Sauter à l'élastique ? Courrir à en perdre halaine ? Juste écarter les bras en croix et respirer l'air pur et frais de l'hiver ? Ou alors manger un gros hamburger. Des broutilles impossibles dans l'absolu. Lire un livre. Serrer quelqu'un dans ses bras.
Je passe machinalement une main dans mes cheveux, m'arrête à la base d'une de mes cornes et glisse jusqu'à la pointe, comme on lisse une mèche rebelle. Ca la rendait folle Frida de me voir faire ça, ça arrivait trop souvent. Et ça faisait longtemps que je ne l'avais pas fait pour cause de cheveux trop sales et/ou de bonnet vissé sur la tête. Elle me manque Frida, et Charlie aussi, sans parler de Marcio. Ca m'arrive en pleine poire, on est bien seul derrière les barreaux. Bien seul et bien inutile. J'espère ne pas rester ici, démuni, pendant aussi longtemps que la petite Inu de la cage voisine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Points : 562
Date d'inscription : 04/10/2017
Age : 26
Des DCs? : Non

Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Hiwatari Rei
♠~ Fréquentations::
Sweet
Mer 28 Fév - 13:09
Je l'inspecte comme je peux. Il est assez mignon, j'espère pour lui qu'il trouvera rapidement quelqu'un qui le sortira de là. Il continue de manger comme si sa vie en dépendait. Comme moi, quand je suis arrivée au centre de dressage. Cependant, tout le temps manger la même chose ça devient vite écœurant alors on ralenti un peu la vitesse à laquelle on mange.

Il espère que sa compagnie ne me sera pas désagréable. Bien au contraire, avoir quelqu'un avec qui discuter, c'est bien mieux que d'attendre inlassablement que la journée passe seule dans son coin. De plus, ils ont décidé de le mettre dans une cage où les rayons du soleil illuminent la cage alors que moi, je suis à l'ombre. De part son hybridation, il est plus intéressant à la vente alors que moi, je suis une chienne comme tant d'autre.

Il me demande alors quelle serait la première chose que je ferais si j'avais la possibilité d'avoir un maître assez cool pour me laisser tenter des choses, du coup, je penche la tête sur le côté, mordillant un peu ma langue avant de redresser mes oreilles et de lui répondre :


«Faire des recherches et essayer de retrouver ma maman qui a été rappelée loin de Nekaï par sa famille. Elle était humaine ma maman.»

Puis je deviens rêveuse et commence à fredonner une berceuse russe que me chantait ma maman le soir pour m'endormir quand nous étions dans la forêt. Tout en fredonnant, je commence à me balancer de gauche à droite et une stagiaire s'approche et chante avec moi, car elle était gentille avec moi et me traitait bien depuis son arrivée. Elle essayait de nous aider tous nous les hybrides.

« Bonsoir Masha, je fais la fermeture ce soir, je vois que tu as fait la connaissance du nouveau. Je m'appelle Noémie, je ferais en sorte que tu sois à ton aise mon grand. Demande moi ce que tu veux dans la possibilité des choses quand on est en cage ici et je ferais en sorte de te le réaliser si possible.».»

Elle nous fait un clin d'œil et s'en va finir le message tout en fredonnant notre chanson russe.

_________________
Disponibilité: 2/2 rps
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Points : 258
Date d'inscription : 05/02/2018
Des DCs? : /
Bittersweet
Voir le profil de l'utilisateur




Zéphir
Bittersweet
Mer 28 Fév - 21:45
Ah, elle a quelque chose en tête, elle sait ce qu'elle voudrait faire si elle avait la possibilité d'être un peu libre, ne serait-ce que pour un temps déterminé. Tout en mangeant, je tends l'oreille, attentif à tout ce qu'elle pourrait dire et qui pourrait me faire rêver un peu moi aussi.
Mon visage s'assombri un instant quand elle me parle d'une mère évaporée, puis mes lèvres s'étirent timidement en un sourire attendri.

- C'est un beau projet. J'espère que tu pourras retrouver sa trace...

Mais déjà elle se laisse emporter dans ses pensées, dans des souvenirs, des souvenirs dans une langue slave. Je l'écoute en fermant les yeux. Elle a une jolie voix, elle est touchante. Là, en parlant de sa mère et en fredonnant une contine, là elle fait déjà plus son âge.
J'ai de la peine pour elle, son histoire fait écho en moi. Pas que mes parents me manquent, je n'en ai pas de souvenirs, mais je pourrais très bien être à la place de la maman rapatriée on ne sait où loin de son gosse.
Je sursaute et rouvre les yeux en entendant une autre voix féminine se mêler à celle de Masha. Elle aussi est bien aimable. Je ne m'attendais pas à ça, si j'avais su, je n'aurais peut-être pas fuit l'animalerie et ses cages aussi longtemps.
Je la salue d'un signe de tête quand elle se présente et souris en l'entendant m'appeler "mon grand". Attends elle à quoi elle ? 20 piges à tout casser. Et elle m'appelle comme un marmot qu'elle babysitte. N'empèche qu'elle a l'air bien elle. Je vais me rappeler de Noémie si j'ai besoin d'un coup de main. D'ailleurs je lui glisse un merci quand elle retourne à son travail.
Une cuillèrée de gruaux plus tard, je me retourne à nouveau vers Masha, les yeux un peu dans le vague.

- Moi aussi j'aimerais bien retrouver la trace de quelqu'un. Quand j'avais 18 ans J'ai rencontré une jeune femme formidable, elle est humaine elle aussi. Quand j'avais 18 ans, il y a presque 10 ans maintenant... 10 ans de Frida. Et on a eu un fils. Marcio. Il a cinq ans à présent. La famille de sa maman nous a séparés et ça fait deux ans que je ne les ai presque plus vus, ni l'un ni l'autre.

Je soupire en regardant le plafond. C'est pas joyeux cette histoire. Et quand je pense que certains parents abandonnent leurs enfants de leur plein grès ça me rend fou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Points : 562
Date d'inscription : 04/10/2017
Age : 26
Des DCs? : Non

Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Hiwatari Rei
♠~ Fréquentations::
Sweet
Mer 28 Fév - 23:45
J'écoute attentivement son histoire et mes yeux se remplissent de larmes. Moi qui aime les enfants, je ne peux pas m'imaginer un enfant grandissant loin de ses parents. Moi, j'ai pu vivre un peu avec mes parents, mais son fils Marcio, lui il ne le voyait pas et Zéphir ne voyait pas son fils grandir. Du coup, je me secoua la tête.

« Je te promets que je ferais tout pour retrouver ton fils et si jamais j'essaierais de vous organiser une rencontre si je suis libre un de ses jours. »

Puis, je lui souris et je baille un peu. Mon corps entier tremble et des larmes pointent aux coins de mes yeux. La journée a été très longue aujourd'hui.

J'avais surveillé Zéphir pour être certaine qu'il ne tombait pas malade, ou s'il allait enfin émerger de son demi-coma. Lors des deux jours précédents, on m'avait chargé de lui faire la toilette comme je le pouvais. Je rougis un peu à l'idée de ce que j'avais fait.


« Tu...tu sais ces deux derniers jours, comme tu comatais sauf pour tes besoins et pour manger j'ai été chargé de te faire une toilette rapide du visage et du corps. Ils voulaient que je fasse tout, mais par respect pour toi je n'ai fait que ton visage, tes mains et ton torse. J'ai aussi un peu lustré tes cornes aussi. »

Mon regard dévie, vers le côté un peu gênée, je me mordille la lèvre inférieure. Je commence aussi à m'agiter. De plus, cela fait quelques jours que je n'ai pas pu aller dans l'arrière-cour pour me défouler. Noémie essaye toujours de me faire sortir discrètement le soir pour que je fasse un peu de sport et me détendre un peu en attendant que je sorte définitivement de là. Mais, surtout, elle ne devait pas se faire prendre sinon, c'est la rupture de la convention de stage.

_________________
Disponibilité: 2/2 rps
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 21
Points : 258
Date d'inscription : 05/02/2018
Des DCs? : /
Bittersweet
Voir le profil de l'utilisateur




Zéphir
Bittersweet
Mar 13 Mar - 13:49
Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi elle a les yeux pleins de larmes tout d'un coup ? Qu'est-ce que j'ai dit de mal ?
Je suis à deux doigts de la panique, me demandant si elle va se mettre à pleurer et comment endiguer le débordement quand elle éclaire ma lanterne quant à ses sanglots. Je la regarde d'un air un peu bête, faut pas être si ampathique ma p'tite, sinon tu vas te faire bouffer. On a suffisament de raison de pleurer pour soi pour ne pas chougner pour les autres.

- C'est bien gentil de ta part mais avec juste un nom tu risques d'avoir du mal. Je lui souris et haussant les épaules avant de reprendre. Et puis, dans l'immédiat, je sais à peu près comment le retrouver, c'est juste son grand père et ses oncles qui ne veulent pas que je m'approche... Je préfère faire ça en douceur, me mettre d'accord avec sa mère, plutôt que de forcer sa famille.

Avant ça je veux surtout être un peu plus présentable. SI je ne les ai pas vus depuis des plombes c'est aussi que je refuse qu'ils voient la loque que je suis devenu. Je leur reviendrais, frais et pimpant, conquérant, fier. Pas crasseux et miteux.

Je replonge ma cuillère dans mon bol, ne remarquant pas tout de suite les joues légèrement rosies de Masha et son regard fuyant. C'est quand elle m'explique s'être occupée de mon hygiène que je repose les yeux sur elle. Ah ouais ? C'est comme ça que ça se passe ? Les hybrides les plus anciens s'occupent des nouveaux/incapables ?
Je souris quand elle me dit avoir lustré mes cornes et je passe machinalement une main dessus en y pensant.

- Ahem... Merci. Ca m'entraine pour quand je serais vieux et grabataire. J'espère que c'était pas trop désagréable pour toi.

Heureusement qu'ils m'avaient passé au jet quand je suis arrivé surtout, parce que ça devait pas sentir la rose.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Utsukushi Neko Sekai :: Ville :: Animalerie-
Sauter vers: