AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Deux âmes meurtries (Helmet)
Utsukushi Neko Sekai
Hellow! ♪ <br> Tu n'es pas connecté? c'est peu être que tu n'es pas encore inscrit alors... Magne toi de le faire! Non, je blague, on ne veut pas te forcer la main, mais n'hésite pas à nous rejoindre. <br> Et si tu es déjà inscrit, connecte-toi pour voir tes messages privés et répondre à tes RPs, ce serait sympa! ♥️


[RP Neko/Maitre ;; Min. 200 mots ;; H/Ya/Yu autorisé (avec modération ♥)]
 

Partagez | .
 

 Deux âmes meurtries (Helmet)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inclassable (humain)
avatar Inclassable (humain)


Messages : 36
Points : 303
Date d'inscription : 26/09/2017
Age : 16
Des DCs? : Heaven, Thérésa, Rebecca, Ellen, Anastasia, Freya, Adélie, Olympe


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de:
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Deux âmes meurtries (Helmet)   Dim 17 Déc - 21:37

Shanaëlle & Helmet
"Deux âmes meurtries"

Adossée au mur de ton immeuble, tu jeta un œil sur ton portable, laissant échapper un soupir. Ton père avait déjà dix bonnes minutes de retard. Comme toujours, il était incapable d'être ponctuel. Il avait de la chance que tu sois patiente. D'autant plus à cette période de l'année où il était loin de faire chaud le soir. Heureusement que tu avais pris soin d'enfilé un pull sous ton manteau avant de sortir.

En levant la tête, tu aperçus ton géniteur un peu plus loin. Son pas tranquille montrait qu'il ne semblait pas bien pressé. Tu soupira une nouvelle fois en attrapant ta béquille pour te redresser, avant de lui faire signe. Un sourire éclaira son visage lorsqu'il te rejoignit.

D'un geste affectueux, il posa sa main sur ta tête pour te frotter les cheveux. Tu grogna en repoussant sa main, roulant des yeux à son intention. Si tu aimais bien ça quand tu étais enfant, tu avais passé l'âge. Mais tu connaissais suffisamment ton père pour savoir qu'il continuerait à te traiter comme ça pendant encore un moment. Même âgée, tu restais sa petite fille.

-Désolé de t'avoir fait attendre princesse ! J'avais quelques truc à régler.
-Papa, je t'ai déjà dit d'arrêter avec ce surnom débile, j'ai plus six ans.

Tu l'aimais beaucoup, mais qu'est-ce qu'il devenait papa poule quand il s'y mettait. Aujourd'hui, ça avait le don de t'énerver. Même si dans le fond tu n'avais pas le cœur à lui dire d'arrêter totalement. Ça te faisait du bien de voir qu'il tenait toujours autant à toi.

Appuyée sur tes béquilles, tu faisais en sorte de ne pas ralentir ton géniteur. Tu avais beau être infirme, tu pouvais encore marcher à un rythme convenable. Il y a quelques années, ton père pouvait se permettre de te porter. Mais aujourd'hui c'était plus dur pour lui, si bien que tu préférais te débrouiller.

Tu faisais un peu tâche dans le paysage du marché noir. Entre les hybrides enfermés et en piteux état, et les vendeurs au airs peu commodes, tu ne semblais pas à ta place. Toi, pourtant, cet endroit ne te déplaisait pas. Sans que tu ne sache trop pourquoi, tu aimais venir ici et observer ce qui se passait.

Ce soir, ton père recevait de nouveaux hybrides capturés récemment. Tu t'étais installée dans un coin, pour ne pas déranger. Assise contre un mur, les jambes allongées devant toi, ton regard furetait aux alentours. De temps à autre, ton géniteur jetait un coup d’œil dans ta direction.
©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Braconnier
avatar Braconnier


Messages : 71
Points : 1344
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 25
Localisation : Près de Cassandra
Des DCs? : Marty Flanagan - Javier Velasques - Andrew - Maximilian S. Kaplan


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Heaven
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Re: Deux âmes meurtries (Helmet)   Jeu 21 Déc - 18:57

Deux âmes meutries (Feat Shanaëlle Taylor)
C'est par l'obligation du soldat qu'il peut en sauver sa progéniture de la noirceur du temps et du monde. Sous ses yeux la souffrance continue, pour que le sourire des êtres chers. •••L'heure n'était pas encore bien avancée dans ma matinée et c'est en déjeunant, assis sur ma chaise que j'observais du coin de l'œil ma petite Cassandra. Dans son pyjama rose licorne, en train d'essayer de faire chauffer son bol de lait, elle ronchonnait. La voir négative avait toujours le don de me surprendre venant d'elle. Elle qui rayonnait toujours de cette joie dont j'avais besoin quand je rentrais de mes tortures et autres horreurs provenant du travail. Sans cette source de joie et de douceur, ma vie n'aurait peut-être pas gardé une réelle saveur. Cassandra ne savait sans doute pas à quel point elle préservait son cher papa de la folie qui guettait au bout de la rue. Personne, sauf en n'ayant perdu tout sens de la réalité ne pouvait garder sa santé mentale intacte en pratiquant le même métier que le mien. J'entendais à longueur de journée des suppliques. Je voyais des visages meurtris par mes coups ou par le passé, mais aussi me demandant pardon ou la liberté. J'étais de ce qui leur ôtait toutes envies de vivre pour de vulgaires infirmations qui au final n'avaient pour but qu'alimenter le sadisme de mes supérieurs. J'obéissais, comme un brave petit soldat non sans avoir de la rancœur, plein le poitrail une fois rentré chez moi. Enfin, c'est ce qui aurait dû se passer si je n'avais pas eu Cassandra, mais Heaven aussi. Que ce soit l'une ou l'autre, elles avaient leur raison d'être, leur importance. Ma fille, mon trésor avait ce don de m'ôter toute envie de rage rien qu'en voyant son sourire ou en l'entendant m'appeler papa. Quant à Heaven, bien plus douce, bien plus silencieuse, elle était cette part de calme et de tranquillité. Je l'avais laissé se reposer. Après ce qu'elle avait vécu que ce soit en dehors de chez moi ou à mes côtés, elle méritait le sommeil réparateur.

Je me chargeais de faire la vaisselle une fois que Cassandra avait terminé son petit-déjeuner. Un silence surprenant régnait dans le salon et la cuisine, non pas pour me déplaire. J'aimais entendre Cassandra rigoler de son rire cristallin quand elle jouait, mais mon travail avait toujours le chic de briser ma patience, alors il était parfois agréable que ma maison soit simplement paisible. Ma petite me tirait sur la manche afin que je me penche avant de m'embrasser la joue pour me dire qu'elle m'aimait. Je lui répondais la même chose avec un sourire bien présent. Elle méritait bien ce que j'appelais mes rares émotions en sa compagnie. Je l'avais sauvé du pire, et même si je n'estimais pas lui donner le meilleur de ce qu'elle pouvait mériter comme une école ou des amis, elle ne semblait pas plus triste qu'un autre enfant. Je la suivais du regard avant de la voir s'affaler dans le canapé pour regarder ses dessins animés. Ce n'était pas la chose la plus intelligente que j'aurais pu lui offrir, mais à son âge, je ne la voyais que difficilement le nez dans ma bibliothèque. Elle était encore jeune, au moins elle se contentait de ses héros cartoonesques et coupait bien vite la télévision quand cela devenait trop sérieux pour elle. Oui, car chez moi, le journal télévisé, les téléfilms et les télé-réalités n'avaient pas leur place, ce qu'elle avait vite compris fort heureusement. Je finissais par revenir dans ma chambre pour enfiler mon uniforme, idéal pour l'un des rendez-vous au marché noir. Un homme, bon dans ce que je savais de lui, m'avait demandé quelques hybrides. Je déposais un baiser sur le front d'une Heaven aussi magnifique qu'endormie avant de sortir en embrassant ma petite sur la joue non sans la voir grimacer. Elle secouait sa main en me disant à ce soir papa.

Si j'avais pu sourire à sa réaction, il avait bien vite fondu comme neige au soleil une fois en dehors de mon cher logis. Il n'y avait plus de place pour la joie, mais bien plus pour le professionnalisme. J'avançais dans la ville avant d'ouvrir l'un des entrepôts non loin du marché noir, dans lequel étaient enfermés les hybrides captifs de nos services. Les voir acculés dans leur cage, aussi stressée qu'effrayer ne me délivrait aucune satisfaction. Pas plus que devoir sortir mon couteau afin de me défendre en cas d'attaque de leur part. Je prenais par leur collier les trois hybrides dont m'avait parlé l'homme après notre dernière rencontre afin de les amener. Il n'allait sans doute pas mettre bien longtemps à rejoindre ce fameux point de rendez-vous. Sans véritablement m'en rendre compte, tout ce chemin, ainsi que les validations de ceux qui étaient mes supérieurs, me fit terminer dans le début de la soirée. Le temps ne semblait pas plus calculable avec Cassandra que pendant mon travail, sans nul doute. J'emmenais donc ses pauvres bêtes avant d'apercevoir une grande silhouette suivie d'une seconde bien plus frêle. Si je reconnaissais fort bien monsieur Taylor, Denys Taylor, la seconde silhouette me semblait inconnue. J'approchais sans lâcher les laisses de fortune avant de laisser les hybrides s'asseoir prenant bien soin de ranger mon couteau avant de terminer dans le champ de vision de la jeune femme. Je ne savais quoi dire, mais à en juger par, disons la condition de cette dernière, elle n'avait pas dû vivre des choses positives bien souvent. Même si elle semblait se faire à l'idée de son état actuel. Je tendais la main avant de serrer celle de l'homme. Il était pour beaucoup une légende, pour moi, il était un homme bon. Braconnier comme moi, ne prenant pas plus de plaisir que je ne pouvais pas en prendre à faire son travail. Nous avions tous deux une fille, nous nous ressemblions. C'était d'ailleurs ce qui ne m'avait pas étonné de le voir me demander un service de la sorte. Je clignais des yeux discrètement en me demandant s'il ne s'agissait justement pas d'elle, cette fameuse fille.


« Bonsoir Monsieur Taylor et bonsoir mademoiselle. Helmet Fawkes au rapport. Hum excusez-moi mauvaise habitude du passé. Comme convenu, je vous ai apporté trois hybrides, parmi ceux en meilleure santé et susceptible de vous êtes utile. Ils sont pucés, ont été contrôlés plusieurs fois et ne présente pas de réels dangers. Même si vous savez comme moi, qu'il ne faut jamais être trop prudent, je dois avouer que les laisses sont surtout autour de leur cou pour rester professionnel. Je doute que vu leur état, ils ne soient capables de bien des prouesses ou de nous échapper. Enfin, comment allez-vous en dehors de venir me demander un petit service pour quelques hybrides. Je ne savais pas que je rencontrerais enfin votre fille, en tout cas enchanté, si je peux me le permettre. »


©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inclassable (humain)
avatar Inclassable (humain)


Messages : 36
Points : 303
Date d'inscription : 26/09/2017
Age : 16
Des DCs? : Heaven, Thérésa, Rebecca, Ellen, Anastasia, Freya, Adélie, Olympe


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de:
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Re: Deux âmes meurtries (Helmet)   Lun 1 Jan - 16:48

Shanaëlle & Helmet
"Deux âmes meurtries"

Tu étais tout de même toujours étonnée que ton père t'autorise à venir avec lui. Même si il veillait sur toi, son lieu de travail restait un endroit peu approprié pour quelqu'un comme toi. Pourtant il ne refusait pas que tu sois à ses côtés dans ce genre de moment. Peut-être parce qu'il ne savait pas te résister. Ou bien parce qu'il savait à quel point tu pouvais te montrer entêtée.

Ses collègues jetaient parfois un regard vers toi. Même si pour certains, ce n'était pas la première fois qu'ils te voyaient, ça devait toujours leur faire aussi bizarre. Une jeune femme handicapée dans un lieu insalubre où l'on tenait un trafic d'hybrides. Le tableau avait le mérite d'être insolite, mais bien réel.

Tu remarqua ton père venir te rejoindre, te tendant la main pour t'aider à te relever. Il avait rendez-vous avec un fournisseur pour récupérer des hybrides. Sans hésiter, tu attrapa tes béquilles pour le suivre. C'était une occasion que tu ne voulais pas louper. Et de toute façon tu ne voulais pas rester seule ici.

L'homme qui apportait les hybrides à ton géniteur t'était inconnu. Tu le détailla rapidement en le voyant arriver, reportant cependant bien vite ton regard sur les créatures qu'il traînaient derrière lui. Tu pouvais distinguer plusieurs choses dans leur regard, même si tu n'arrivais pas à mettre de mots sur leurs émotions.

Même en les voyant comme ça tu n'arrivais pas à éprouver de la pitié pour eux. Tu restais indifférente, bien que tu n'aurais pas voulu être à leur place. Ton géniteur serra la main de son fournisseur, te faisant à nouveau poser les yeux sur lui. Pour l'instant tu te contentais d'observer, laissant les deux hommes gérer leur affaire.

-Merci pour ce service Helmet, je commençais à manquer d'hybrides à vendre. En effet je te présente Shanaëlle, ma petite princesse.

Tu ne manqua pas de décocher un regard en coin à ton père, faisant la moue. Même devant d'autres personnes il fallait qu'il continue. Tu soupira en lui donnant un léger coup de coude qui le fit sourire.

-Je resterais bien discuter, mais il faut que je m'occupe des hybrides que tu as ramené. Je reviens après ça, en attendant je te laisse tenir compagnie à Shana.

Ces mots dits, il attrapa les hybrides pour les entraîner vers le marché noir. Il te plantait là dans une situation où tu ne savais pas quoi faire. Au moins, tu n'étais pas la seule dans ce cas. Soupirant une nouvelle fois, tu te décida à entamer un semblant de conversation. Autant ne pas rester dans le silence.

-Désolée pour cette situation, mais papa a tendance à ne pas trop réfléchir. Enfin, sinon, enchantée monsieur Fawkes.
©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Braconnier
avatar Braconnier


Messages : 71
Points : 1344
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 25
Localisation : Près de Cassandra
Des DCs? : Marty Flanagan - Javier Velasques - Andrew - Maximilian S. Kaplan


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Heaven
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Re: Deux âmes meurtries (Helmet)   Mer 3 Jan - 14:45

Deux âmes meutries (Feat Shanaëlle Taylor)
C'est par l'obligation du soldat qu'il peut en sauver sa progéniture de la noirceur du temps et du monde. Sous ses yeux la souffrance continue, pour que le sourire des êtres chers. •••Même si le naturel déconcentrant de cet homme, j'avais fini par m'y habituer. Il était évident que me retrouver seul en tête-à-tête avec sa fille, Shanaëlle avait de quoi être gênant. Un silence s'installait bien vite pendant que je triturais un peu mon béret en le replaçant sur mon crâne en guise d'excuse pour occuper mes mains. Il était clair que le lieu n'était aucunement propice à faire connaissance ni à la discussion pourtant, entendre cette jeune femme briser ce maudit silence pour répondre à ma présente phrase avait quelque chose de rassurant. En un sens, elle était dans la même situation que moi, obligé de tenir compagnie à un inconnu. Je venais avec calme prendre sa main pour y déposer un baisemain comme j'en avais l'habitude quand il s'agissait d'une conjointe, membre de la famille d'un collègue ou d'un ami. C'était ma façon de signaler le respect que je leur adressais tout en gardant une distance assez raisonnable avec les bises et autres salut moins conventionnels. Je n'étais pas un homme des plus tactiles en règle générale, alors dans cette situation, cela ne faisait que se renforcer. Je reculais par la suite d'un pas sans rien dire de suite. Scrutant un peu l'environnement qui nous entourait, en glissant mes bras dans mon dos. Je me doutais que cette allure me donnait un air bien trop strict et militaire, mais si je pouvais éviter les gestes inutiles et les attitudes étranges, je préférais donner cet air. Alors que les minutes s'écoulaient, je jugeais que si elle avait pris la peine de briser le silence, il valait mieux participer et ne pas laisser une tension quelconque se mettre dans l'air.

« Ne vous en faites pas Shanaëlle, je suis habitué même s'il est vrai qu'il a tendance à me laisser bien souvent perplexe. Il dit bien souvent que lui et moi, nous nous ressemblons énormément, même si je ne pense pas avoir son mérite. Il est un modèle chez les braconniers, et même si j'ai fait mes preuves, je doute d'avoir son étoffe. Je sais que cela est particulièrement indiscret, mais comme je n'ai jamais osé le demander à votre père, je vous le demande. Qu'est-il arrivé à la jeune femme disons… Ravissante que vous êtes pour être ainsi ? Je tente d'être agréable, mais je dois avouer qu'en-dehors du travail, je ne vois guère du monde, alors je m'excuse d'avance si mes propos sont maladroits. »

Comme un réflexe sans doute prévisible, je venais porter encore une fois ma main au haut de mon crâne pour le frotter dans l'embarras, le visage quelque peu crispé. J'avais toujours été un homme ayant beaucoup de difficultés quand il s'agissait de socialiser et rien que mes précédents mots ne faisaient que confirmer la chose. Je soupirais d'un air las en évitant de poser les yeux sur elle trop longtemps et ajouter encore une dose de malaise à celui déjà bien présent entre elle et moi. Je ne savais, si c'était véritablement ma question, mes paroles en elles-mêmes ou l'absence de monsieur Taylor, mais je devais avouer que je n'étais pas serein. Je repensais au fait qu'en ce moment, Cassandra devait avoir gentiment réveillé Heaven comme elle avait l'habitude de le faire avec moi. À la différence, qu'elle avait reçu pour le coup des conseils de ma part pour éviter que celle que j'avais adoptée bien malgré moi soit agressé au saut du lit. J'aimais ma famille du plus profond de mon cœur, mais je devais avouer qu'elle avait tendance à être parfois aussi énergique que brusque dans ses gestes, dans début de matinée. Je cherchais un peu le sujet que je pouvais aborder en gardant l'image de ma fille qui s'agitait dans la cuisine, en tête. Il était sans doute judicieux de m'intéresser à cette jeune femme qui semblait avoir autant que moi, des difficultés avec le monde extérieur. Nous étions dans la même galère sans vraiment savoir si cela étant navrant ou rassurant. J'allais tenter un trait d'humour sans nul doute, ce qui serait peut-être maladroit encore une fois.

« Dire que votre père m'a dit à plusieurs reprises que vous et moi, enfin toi et moi si je peux te tutoyer, pourrions-nous entendre. Je ne sais pas s'il est si souvent familier avec les gens, mais j'avoue ne pas avoir su quoi lui répondre ce jour-là. Même si mon métier m'en fait voir des vertes et des pas mûres, monsieur Taylor reste sans doute ce qui me surprend le plus dans le rôle de braconnier. Hum, et si nous nous asseyons sur un banc ? Je ne sais pas pour toi, mais je crois que si Denys met plusieurs heures à revenir, je ne vais pas les tenir debout comme un I au milieu de la rue. J'ai déjà dû garder cette position si souvent dans l'armée que je pense que mon propre corps ne regrette pas ce temps-là. Enfin, je suis bavard, trop excuse moi.»

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inclassable (humain)
avatar Inclassable (humain)


Messages : 36
Points : 303
Date d'inscription : 26/09/2017
Age : 16
Des DCs? : Heaven, Thérésa, Rebecca, Ellen, Anastasia, Freya, Adélie, Olympe


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de:
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Re: Deux âmes meurtries (Helmet)   Jeu 11 Jan - 21:05

Shanaëlle & Helmet
"Deux âmes meurtries"

Cette situation avait de quoi mettre un certain malaise entre vous deux. Ce n'était pas l'idéal pour une première rencontre. Tu pouvais remercier ton père pour ça. Il avait tendance à ne pas se rendre compte quand il te laissait dans une situation gênante. Pour le coup, tu n'avais pas d'autre choix que de faire avec, et essayer de ne pas laisser le silence s'installer.

Heureusement, l'homme avec toi ne te laissa pas seule pour faire la conversation. Après un respectueux baisemain, il enchaîna sur tes paroles. Tu souris légèrement en l'entendant faire l'éloge de ton géniteur. De ce que tu savais, il était effectivement connu dans le monde des braconniers.

Puis vint l'habituelle question sur ton état. Au début tu détestais qu'on te demande ça, mais tu avais fini par t'y habituer. C'était naturel que les gens se posent la question. Mais voir qu'il était assez maladroits dans ses paroles t'amusait un peu. Tu haussa les épaules en guise de réponse.

-On va dire que lorsqu'une voiture percute un piéton, ça fait rarement bon ménage. Au moins, je suis vivante, c'est déjà ça je suppose. Vous en faîtes pas, c'est déjà bien de faire la conversation.

Tu n'étais pas plus à l'aise que lui dans la situation. Vous arriviez à discuter un minimum, c'était une première étape. Et peut-être un miracle au vu de la sociabilité que vous sembliez avoir tous les deux. Vous n'étiez pas trop mal partis au vu de ça.

Tu haussa un sourcil lorsqu'il repris la parole. Tu savais ton père gaga de toi, mais tu ne le pensais pas au point de parler de toi au travail. Il n'avait peut-être pas tort quand il disait que toi et Helmet pourriez vous entendre. Vous sembliez avoir un certain nombre de points communs.

Sa proposition de s'asseoir ne te déplaisait pas. Tu ne te serais pas vu rester trop longtemps debout à tenir sur tes béquilles. Hochant la tête, tu chercha un banc pas trop éloigné pour aller t'y asseoir, suivis par l'homme. Tu t'étira légèrement en posant ton regard sur lui.

-Je crois que papa doit avoir raison sur le fait qu'on puisse bien s'entendre. On a l'air d'avoir des points communs. Tu parlais de l'armée tout à l'heure, tu y as passé beaucoup d'années ?

Pour une fois, tu te décidais à jouer les curieuses. Ça te permettait au moins d'alimenter la conversation et ne pas laisser le silence s'installer. Même si tu allais probablement avoir du mal à meubler pendant longtemps.
©️ ASHLING POUR LIBRE GRAPH'



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Braconnier
avatar Braconnier


Messages : 71
Points : 1344
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 25
Localisation : Près de Cassandra
Des DCs? : Marty Flanagan - Javier Velasques - Andrew - Maximilian S. Kaplan


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Heaven
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Re: Deux âmes meurtries (Helmet)   Dim 14 Jan - 16:07

Deux âmes meutries (Feat Shanaëlle Taylor)
C'est par l'obligation du soldat qu'il peut en sauver sa progéniture de la noirceur du temps et du monde. Sous ses yeux la souffrance continue, pour que le sourire des êtres chers. •••Je sentais bien dans l'attitude de Shanaëlle qu'elle voulait autant que moi éviter les blancs gênant dans l'air. Nous étions tous mes deux en perdition, mais ensemble malgré tout. Enfin, ensemble c'était relatif pour l'instant. Je secouais la tête en ne commençant pas à me perdre dans mes pensées avant de la suivre poliment. Mon idée de s'asseoir semblait plaire à la jeune femme et aussi bien à la vue de son état qu'à l'entendre, j'avais été pour une fois plus adroit que prévu. Je prenais place sur le banc avec calme après l'avoir laissé faire de même auparavant non sans l'écouter. Je lui souriais aussi agréable que possible, même si le fait d'être joyeux n'avait jamais été l'humeur première chez-moi tout en hochant la tête. J'étais assez heureux de constater qu'elle était également d'accord sur les paroles de monsieur Taylor à propos d'elle et moi. Je ne voulais pas l'exprimer ou du moins qu'elle le comprenne aussi rapidement, mais son état le préoccupait. Sans considérer Shanaëlle comme une femme en verre ou abandonnée, la voir affublée de ses béquilles me laissait un pincement au cœur. Pourtant, et aussi calmement qu'auparavant, je me devais de lui offrir une réponse. Il était rare que je discute longuement avec les autres braconniers, en dehors de Denys et voir cette jeune femme s'intéresser à mon passé dans l'armée réveillait en moi un peu de chaleur. Je pouvais peut-être libérer ce poids de regret sur mon cœur en parlant de ce que j'avais été avec elle. Je prenais bien malgré moi un air pensif avant de lui sourire encore et de répondre, en ôtant mon béret pour le poser entre nous non pas comme une barrière matérielle, mais pour laisser en paix ma tignasse verte.

« J'ai été dans l'armée pendant une grande partie de ma jeunesse et je ne l'ai quitté que bien plus tard, pour venir ici. Ton père est au courant et je pense que je peux te faire confiance, mais j'y suis venu à cause ou grâce, selon les avis, d'une hybride. Ma fille Cassandra plus exactement. Foncièrement, elle n'est pas ma fille, vu que je ne l'ai pas eu d'un mariage ou d'une femme, mais elle est tout comme telle. Si un jour Denys accepte de venir manger à la maison, peut être arrivera-t-il à te faire venir et tu pourrais la voir ? Enfin, je ne veux pas forcer la chose, nous ne nous connaissons que très peu toi et moi voir aucunement, excuse-moi. »

Je me frottais la nuque en fixant un peu devant moi d'un air sans doute tout sauf bien à l'aise et naturel. J'avais toujours été un grand solitaire dans l'armée et en dehors de mon hybride et de ma fille, rare étaient vraiment mes relations. Je crois que j'avais sans doute, besoin d'une longue conversation de ce genre avec Shanaëlle pour réussir à avoir un semblant d'aisance pour lui parler. Je me risquais à lancer un bref regard à cette dernière avec un sourire très embarrassé aussi bien de mes mots que de mon invitation tout sauf fine. Je me doutais que Denys aurait été heureux de m'entendre proposer cela à sa propre fille, mais qu'en était-il pour elle ? Après tout, je ne savais pas vraiment s'il avait plus d'une fois parlé de moi et surtout ce qu'il avait bien pu lui dire sur moi. Je ne préférais pas me baser sur la réputation que j'avais fini par avoir auprès des autres braconniers. Si elle avait su qu'on me voyait comme l'homme seul, froid et trop professionnel pour ne pas inquiéter, la discussion aurait été sans doute plus difficile. Je ne niais pas cette réputation ni les paroles de mes collègues, mais j'avais toujours avancé sans l'avis des autres sauf de mes supérieurs et je ne comptais pas changer cette façon d'être. Reportant finalement les yeux de l'horizon en face de nous, nommé aussi mur de la ruelle d'en face, vers la jeune femme, je me surprenais à l'admirer peut être un peu trop. Je secouais la tête en crispant un peu mon visage avant de soupirer.


« Je suis désolé de mes étranges grimaces, mais j'ai toujours été un grand solitaire. Je n'ai pas vraiment l'habitude de faire la conversation et encore moins en compagnie d'une charmante jeune femme. Enfin, ce n'est pas ce que je voulais dire… Enfin, si tu es jolie Shanaëlle, c'est un fait, mais je ne voulais pas le dire de la sorte. Je crois que je devrais me taire, je ne fais qu'empirer les choses… Désolé. »

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Deux âmes meurtries (Helmet)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux âmes meurtries (Helmet)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Utsukushi Neko Sekai :: Ville :: Bas-quartiers :: Marché noir aux hybrides-