AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Helmet Fawkes | Ne t'approches pas d'elle.
Utsukushi Neko Sekai
Hellow! ♪ <br> Tu n'es pas connecté? c'est peu être que tu n'es pas encore inscrit alors... Magne toi de le faire! Non, je blague, on ne veut pas te forcer la main, mais n'hésite pas à nous rejoindre. <br> Et si tu es déjà inscrit, connecte-toi pour voir tes messages privés et répondre à tes RPs, ce serait sympa! ♥️


[RP Neko/Maitre; Min 10l; H/Ya/Yu autorisé]
 

Partagez | .
 

 Helmet Fawkes | Ne t'approches pas d'elle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Braconnier
avatar Braconnier


Messages : 26
Points : 550
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 25
Localisation : Près de Cassandra
Des DCs? : Marty Flanagan - Javier Velasques


MessageSujet: Helmet Fawkes | Ne t'approches pas d'elle.    Mer 5 Juil - 23:01



Fawkes Helmet

Ma présentation
▬ Nom :: Fawkes
▬ Prénom(s) :: Helmet
▬ Surnom(s) :: Reaper.
▬ Age :: 34 ans
▬ Sexe :: Homme
▬ Orientation sexuelle :: Pansexuel

▬ Classe :: (Groupe) Humain
▬ Sous-classe :: Braconnier


▬ Nationalité :: Américain naturalisé à Nekai.
▬ Métier :: Ex-militaire devenu Braconnier à Nekai.
▬ Niveau de vie :: Moyen
▬ Situation amoureuse :: Père célibataire
▬ Autre particularité? :: -Peu avoir de violentes sautes d'humeur
- Ne supporte pas qu'on approche ou touche à sa "fille".
-Porte sur lui une arme à feu de type pistolet et une arme blanche de type couteau de combat militaire.
- A autour du cou ses plaques militaires en souvenir de cette époque


▬ Mon avatar... :: HTF - Old Flippy by Kab00m Chuck
▬ Prénom/Pseudo/... :: Batman
▬ Premier compte ou DC? :: TC déjà

▬ Comment es-tu arrivé là? :: J'ai suivi une chauve-souris bizarre et un briquet sur pattes
▬ Ton niveau de RP :: Qui tient la route je dirais
▬ Ta présence :: Souvent là tout les jours

▬ D'autres révélations? :: Je voudrais être un oursin.

▬ Code du règlement ::

▬ Description physique ::

Un homme imposant, de plus d'un mètre quatre-vingt-seize aux mèches plus vertes que l'herbe coupée est assis dans ce fauteuil. Dos à vous, dans son uniforme militaire, un couteau à la main. Sur ses genoux, une petite demoiselle joyeuse, joueuse et mignonne. Cette personne que je vous décris brièvement, n'est autre que moi, Helmet. Ex-militaire de profession ayant quitté son travail pour insubordination et triple meurtre non avéré, je suis devenu braconnier. Je ne vois pas les hybrides comme des bestiaux bons à mettre en cage, mais cela rapporte, et même si Cassandra, ma petite protégée, ma fille en est une aussi, le traitement n'est jamais identique. Elle mérite des petites attentions, de la douceur, vous par contre ce ne sera que le cuir de mes bottes sur votre chair et celui de mes mitaines sur votre visage. Je ne saurais dire si je suis encore imposant après six ans sans faire du sport aussi intensivement qu'à l'armée. Malgré tout, ma force n'a pas perdue de sa hargne et je saurais vous briser les os si je dois en arriver là. Vous allez sentir mon regard ambré sur vous, sans jamais savoir si je vous transperce de mes yeux avec haine ou admiration. Oui, car l'hybride se domine, mais il fascine autant qu'il répugne, c'est bien connu. Cassandra en est la preuve la plus flagrante, dans son innocence et sa douceur, même si elle ignore qui est vraiment son père. Je peux vous scruter sans un mot, ni une parole de ces iris qui ont déstabilisé plus d'un homme sans aucune sommation. Alors, méfiez-vous de ces pierres précieuses qui cachent bien trop facilement les émotions.

C'est souvent dans un réflexe presque maladif que je passe mes mains épaisses aux doigts tout sauf appréciables dans mes cheveux. Après tout avec le métier que j'ai eu pendant de longues années, je ne les ménageais pas le moins du monde. Alors, ils portent des cicatrices, des marques de brûlures voir une absence de ligament pour certains. Ce dernier défaut dû plus à une hyperlaxité qu'à un choix personnel ou une quelconque fantaisie. Ainsi, il vous sera assez difficile de me briser le poignet par exemple dû à ce syndrome étrange. Je peux littéralement me retourner les poignets sans aucune douleur ni gêne, c'est le seul réel avantage d'être hyperlaxe, en comparaison de la cargaison de problème que cela apporte, mais passons. Je n'ai pas non plus envie de vous offrir de moi une biographie ou quoi que ce soit d'autres d'ailleurs. Pour vous faire une image approximative de l'envergure de mes mains, sachez que je peux tenir une balle de basketball dans cette dernière en la fermant aux trois quart. Sans avoir de vrais battoirs, je peux facilement prendre le visage d'un hybride dans ma main et le presser jusqu'à ce que mort s'en suive. Dire que Cassandra s'en amuse et les prend souvent pour un coussin ou adore, quand elle a la joue contre ma paume. Pour elle, ce ne sont que des immenses raisons d'être protégé par moi, pour le reste du monde, ce sont des outils de torture ou de mort.

Mes cheveux ne sont pas en reste quand il s'agit de sortir de l'ordinaire, puisque tout d'abord, ils ont toujours été dans cette teinte de vert surprenant.Dans ma prime jeunesse, j'ai été un enfant rebelle comme beaucoup d'autres et en jugeant bon de faire le fier, je me suis donc teint les cheveux. Ce qui aurait dû être un effet de mode et de rébellion a fini par devenir une chose de mon quotidien. Régulièrement, je pare donc de nouveau, cette tignasse vagabonde d'une couleur tout sauf banale. Je dois bien souvent éloigner Cassandra de la salle de bain afin d'éviter de me retrouver avec une Cassy de Noël. D'ailleurs, mon bouc est en accord avec cette chevelure agitée qui, même sous mon béret n'aura de cesse de barrer ma vision ou de se mettre dans ma bouche. Ce qui amuse bien plus ma petite protégée qu'autre chose, car il ne se passe pas un jour sans qu'elle essaye d'y mettre diverses barrettes ou chouchou qu'elle possède ou encore de me faire des coiffures toutes plus farfelues les unes que les autres. Elle ne réalise pas la chance qu'elle peut avoir, car je n'aime pas qu'on y touche. D'autres feraient le quart de ce qu'elle ose, ils auraient fini la gorge tranchée ou une balle entre les deux yeux. Je ne fais pas d'exception en dehors de Cassandra, vraiment pas.

Ma tenue qui parfois n'est pas correctement mise avec par exemple la chemise ouverte ou encore mon béret de travers est celle que je portais à l'armée. Botte de type rangers au pied en cuir renforcé d'une coque en métal à l'avant, pantalon de treillis en coton muni de plusieurs poches, vestes dans la même matière sans oublier mon couvre-chef. Un ensemble qui une fois porté sur le corps m'identifie très bien auprès des locaux de Nekai aussi bien hybride qu'humain. Je n'ai pas envie qu'on me considère comme un moins-que-rien, ni comme un homme important. Sans doute, une volonté de sortir de la masse sans être une icône. Je suis déjà beaucoup pour ma petite Cassandra, alors je ne veux pas trop de projecteurs sur moi. Sous le tissu que je porte sur ma chair, les muscles que je possède encore et qui ont quelque peu fondu avec les années sont malgré tout encore bien présents. Que ce soit biceps, triceps trapèze ou quadriceps, ils sont aussi travaillés les uns que les autres. Il arrive que je me retrouve avec cette petite si espiègle sur le dos alors que je suis en train de faire des pompes ou des tractions. Elle aime être près de moi et à ce besoin d'avoir un contact contre celui à qui elle tient autant. Elle est mon humanité en chair et en os, mais je n'oserais jamais lui dire. Non pas par peur de quoi que ce soit, mais simplement qu'elle est bien mieux innocente, candide et protégée avec moi. D'ailleurs, si quelqu'un me voit un jour sans mes vêtements, il ou elle pourra constater que ma peau est aussi lézardée de blessures et autres marques du temps et ses affres qu'il m'est été possible de supporter. C'était le prix pour que cette hybride soit mienne et vivent avec moi.

▬ Caractère ::

Je n'ai jamais eu la fibre paternelle ayant perdu assez tôt ma femme dans un accident de voiture. Je n'ai donc jamais eu l'occasion avant d'avoir Cassandra de m'occuper d'un enfant. Ce fut un grand bouleversement dans ma vie qui mêlait excès, violence et vices. J'aurais pu ne pas m'occuper d'elle, continuer la débauche et la voir souffrir, voir devenir folle, puis… Elle m'a fixé. Je n'ai pas le cœur sensible, ni une quelconque envie d'aider, mais elle était seule, perdue et aurait pu mourir, alors j'ai accepté. Elle aurait pu se faire enlever par des collègues, voir tuée, mais j'ai préféré désobéir en me voyant roué de coups, privé de mes grades et de mon prestige pour elle, sous ses yeux au loin. Le sacrifice était aussi grand que les risques que je prenais pour qu'elle soit en sécurité. Elle n'a pas fait de moi un homme meilleur ou plus tendre avec le monde entier hybride ou pas, mais elle a trouvé de l'humanité dans ce qui aurait de jamais être humain. J'ai été capable de tuer des hommes, des femmes, et même des enfants de sang-froid sans jamais en perdre le sommeil, alors pourquoi elle, elle savait trouver la faille imperceptible ? Je vous vois venir en sachant ça, n'osait jamais utiliser Cassandra comme un moyen de pression sur moi, je n'ai plus de direction ni de chef alors vous ne seriez aucunement en sécurité. N'oubliez pas que je ne recule devant rien, moi.

En dehors de la mise en garde claire et grossière que je vous ai fait, je ne suis sans doute pas l'homme le plus savant de Nekai. Même si j'ai lu et ai été à l'école comme tout le monde, je l'ai quitté bien vite. L'armée avait besoin de combattant, j'étais jeune, disponible et motivé, alors je me suis engagé. Ce fut sans doute le meilleur moyen de prouver cette volonté de ne rien lâcher quoi qu'il arrive. J'ai mordu la poussière, bien des fois tout autant qu'être roulé dans la boue par mes supérieurs. Nous étions une jungle dense et agressive plus qu'une armée au final. Il fallait se battre et c'est ce que j'ai fait tout au long de ma vie. Alors, ne me parlez pas de science trop poussée ou encore de sujet qui sont pour le commun des mortelles, mystère, car je ne prendrais pas la peine de vous écouter jusqu'au bout. Pour moi, ça ne sera qu'un moyen de me plier sous votre science et c'est quelque chose que je ne supporte pas un seul instant. Et puis, je possède malgré tout, quelques connaissances aussi bien en géographie, informatique, mécanique ou encore social. Ce sont des compétences que j'ai acquises dans l'armée et que je tente d'inculquer à Cassandra. Elle vit encore dans un monde de licorne, d'amusement et de joie alors je préfère la préparer. Ce monde est tout sauf un paradis pour une hybride encore jeune, fragile et tout sauf attentive à la violence qui l'entoure. Elle ne sait pas que je tue des hybrides ou les torture quand ils ne sont pas de la marchandise pour moi.

Sans être le meilleur tortionnaire des braconniers ni le plus propre, j'ai toujours eu ce talent de savoir arracher ce que je veux aux hybrides. Je n'utilise pas toujours mes armes, parfois, juste des paroles ou des gestes sont plus probant. Je me fiche bien de les voir saigner ou de les entendre gémir de douleur tant que le résultat est là. Je ne fais pas un métier facile ou tendre avec qui que ce soit alors c'est ainsi. Certains racontent sur moi que je torture également des humains dans le but de me divertir et ils ont faux sur toute la ligne. Ce ne sont que des dommages collatéraux à avoir voulu s'approprier Cassandra ou l'avoir blessé. Un adage dit si bien que l'homme est un loup pour l'homme, voyez-moi comme un mâle alpha qui n'aura aucune retenue à vous fracasser le crâne si vous touchez à un cheveu de Cassandra. Je suis un démon dans mon travail, minutieux, impatient et bien souvent extrémiste au possible, mais en dehors et en ce qui la concerne, je suis pire. Non pas que je la martyrise bien au contraire, c'est plutôt envers tous ceux qui peuvent lui vouloir du mal. Gifle là et je vous couperais un doigt. Insultez là et je vous sectionnerais la langue sans anesthésie. Faites-lui du mal et vous finirais à l'état d'insignifiant cadavre. Je n'aurais de pitié pour qui que ce soit qui veut meurtrir encore plus celle que je me suis tué l'âme et le corps à protéger.

Il n'y qu'avec elle et de rare personne que je me montre plus courtois. Je dirais que si le respect est mutuel et totalement présent dans la parole comme le comportement, je n'aurai pas de raison d'être virulent ou agressif. Je ne fais pas partie de la haute société et il sera évident qu'on ne m'invitera pas dans la cour pour faire décoration. Je sais être courtois et un minimum éduqué pour ne pas passer pour un homme arrogant et provocateur. Je me dois bien cet effort pour Cassandra. On sait que je suis dans le métier, on n'ignore pas ce dont je suis capable et à quel point je sais me rendre utile. Je l'ai dit sans être sous les projecteurs je ne suis pas le seul chasseur du coin alors oui on me connait. Reaper comme beaucoup me surnomme. Rarement bavard, souvent étrange et tout le temps lugubre. Un portrait qui est à des kilomètres de ce que peut voir Cassandra. Pour elle je suis son père, son attache dans ce monde froid et dangereux contre lequel je ne cesse de la mettre en garde. Alors, sans dire que je suis un bon père, j'aurais au moins le mérite d'être un bon protecteur. J'espère savoir encore longtemps lui éviter tous les dangers et trouver des alliés de poids à Nekai. Des hommes et des femmes qui ne verront pas en elle une proie facile. Je ne suis pas crédule, ils auront envie de l'avoir, tant elle est docile, mais c'est hors de question.

▬ Histoire ::

Regardez là donc à jouer avec ses poupées en refaisant le monde dans son propre petit univers. À la voir, on aimerait tous revenir en enfance ou faire partie de ses histoires pour oublier à quel point ce monde est viscéralement corrompu. Un monde dont vous et moi, nous faisons partie et qui n'a jamais laissé la place à la bonne conduite. J'ai eu une enfance tout ce qu'il y avait de banale entre amusements, cours et bien sûr, les amourettes. Rien de bien sérieux, puis il y a eu tout d'abord l'accident de mon père. Sans être d'une tragédie qui vous briserait le cœur, je dirais qu'il est mort comme il l'aurait souhaité. Bon père de famille, massif, impressionnant et protecteur, c'est en défendant ma mère qu'il a été agressé par des cambrioleurs. Il avait beau savoir rendre les coups, rien ne le préparait à recevoir un couteau dans le ventre de plein fouet à plusieurs reprises. L'hémorragie fut si violente qu'il n'eut pas le temps de dire quelque chose avant de tomber sur le sol. Je vous raconte cela de façon presque neutre, car à l'époque, je n'avais pas pris conscience du sens que prenait la phrase « ton papa est partie en voyager, il va rester loin, mais pense fort à toi. » de ma mère. Elle avait voulu me ménager et cacher ce décès par le biais d'un mensonge. Elle avait réussi, même si bien plus tard, j'avais pris ce geste pour une trahison plus que comme un geste maternel hélas.

Par la suite, alors que je n'avais que quatorze petites années, je me suis retrouvé dans un camp d'adolescents voulant devenir militaire. C'était mon souhait et contre toute attente, accepté par ma propre mère d'ailleurs. Elle ne m'avouerait jamais qu'elle voulait éviter que je finisse comme mon père tour en sachant que le danger serait encore plus genre dans les rangs. Nous étions trop jeunes pour combattre alors nous allions passer entre trois et quatre ans à étudier des manœuvres, à apprendre la dure vie des soldats sans jamais nous considérer comme autre chose que des combattants futurs. Je n'aurais donc jamais pensé un jour que j'allais sans avoir encore la mature, apprendre à manier une arme. La plupart du temps, elles étaient factices et dont sans réel danger, mais il arrivait que pour nous mettre à l'épreuve, elles soient remplacées par leur correspondant d'acier. Moi qui n'avais pas assisté à la mort de mon propre père, je pouvais voir des enfants se blesser d'une simple coupure voir pire. Que ce soit un doigt presque sectionné ou une plaie non loin d'une artère, de quoi vous faire tourner de l'œil. Les blessés étaient alors envoyés avec leur affaire dans des hôpitaux, une façon de faire un tri dans nos rangs rapidement. Quelqu'un aurait pu se plaindre, mais quand nous étions ici, cela signifiait que nos parents avaient signé une décharge retirant donc toute charge possible contre ce camp. Preuve que militaire et idiot n'étaient pas tant des synonymes.

Alors, majeur puis quelques mois, je partais déjà vers un camp militaire dans le but de devenir un soldat parmi tant d'autres. Depuis tout ce que j'avais pu vivre et voir dans le camp pour jeune, j'avais maintenant un véritable couteau sur moi. Sans exceller avec cette arme de mort comme pas mal d'autres présentes dans notre armement futures, je savais m'en servir avec brio. J'apprenais donc le maniement d'armes à feu, je côtoyais des instructeurs tous aussi peau de vache les uns que les autres, nous apprenant encore plus la dure loi de l'armée. Nous n'étions tous, qu'une bande de fauves lâchés dans une arène trop petite pour la masse que nous représentions. L'entraide et le soutien étaient de mise, même si officieusement les éléments trop faibles étaient mis de côté ou traité plus bas que terre. Je fus de cela au départ, recevant des seaux remplis de divers fluides humains donc vous vous doutez sur le visage pendant la douche, je dormais a même les ressorts, privé de mon matelas ou encore privé de vêtement. Le message était assez clair, si je ne voulais ne pas finir en miette ou sous leur joug, j'allais devoir moi aussi me battre. Je n'étais pas le plus impressionnant, mais j'avais au moins de la vivacité d'esprit, ce qui n'avait pas été doté à tous les crétins avec qui je passais mes journées. Alors, je poussais le vice à la limite du raisonnable en n'hésitant pas à faire les pires choses pour les briser un à un. Aussi bien en humiliant les plus imposants en combat singulier devant les autres, en brisant les plus malins en leur lançant des questions, dont il n'avait aucune réponse ou en ayant les plus vifs sur la longueur. Cela m'avait pris pas mal d'année, mais j'avais eu ce que je voulais. De victime, j'étais devenu le bourreau.

J'arpentais les pays et les guerres en tant que soutien communication, mais parfois, je prenais les armes avec d'autres. Pourtant, ce fut dans un pays loin des guerres qu'un autre changement dans ma vie s'opérait. Nous avions été envoyés en civil afin de rencontrer un homme qui aurait, selon nos supérieurs un moyen à bas coût de faire la guerre. Moi et plusieurs collègues étions donc chargés de découvrir si ces informations étaient véridiques ou non. Aucun de nous n'était prêt pour ce que nous avions en face de nous. Mi-humains mi-animaux, ils s'appelaient hybride. Dans des cages de diverses tailles, de différentes natures, ils nous fixaient. Je ne savais pas quoi en dire, même si mon regard était attiré par une cage assez petite dans laquelle se trouvait une forme juvénile aux cheveux rouge. Je voyais à sa corpulence qu'elle ne devait pas avoir une dizaine d'années. Je m'adressais alors à l'homme.

« Cela ne vous choque pas de mettre en cage des êtres aussi jeunes ? »
« Ils ne méritent pas un autre traitement et puis de toute façon, on ne vous demande pas votre avis. »
« Je ne vais pas me gêner pour vous le dire... »

Je lui sautais à la gorge sans sommation, remonté de voie qu'on osait faire cela, sans savoir de quoi il s'agissait vraiment. Je le frappais à plusieurs reprises avant d'entendre un son de craquement et voir du sang. J'avais été pris par la colère et je l'avais tué atrocement sous tous ces regards étrangers. Je me relevais en fixant mes mains maculées de sang et en me tournant vers mes collègues, je les voyais braquer leur arme sur moi. J'avais désobéi, mais comment nous ne pouvions pas retourner sur le continent américain avant plusieurs jours, je restais en sursis avec eux. Ayant été le seul assez débrouillard pour parler quelques mots de Japonais, je négociais avec un transporteur qu'on m'amène à l'adresse demandée, le petit être aux cheveux rouges. En simple civil et ne voulant sans doute pas froisser un militaire, la personne s'exécutait alors que les autres soldats avec moi n'avaient pensé qu'à une simple discussion pour négocier un meilleur transport en retour. Qu'ils pensent cela m'arrangeait encore plus même si je savais qu'à mon retour, je n'allais pas être accueilli en héros. J'avais désobéi à un ordre de mes supérieurs et donc j'allais être ôté de mes droits et responsabilités.

Quelque jour plus tard la sentence tombait et devant tout le régiment, je me voyais ôter mes grades, mes droits et mes armes. Je me voyais obligé de retourner à la vie civile ayant perdu tout ce qui donnait un sens à mon rôle de soldat. Pourtant, je n'avais pas plus oublié mon envie de changement que cette petite chose. Je décidais de retourner avec mes moyens au Japon afin de trouver un sens à tout cela. Je passais alors des mois entiers à traverser le Japon afin de comprendre ce qu'elle était et qui elle était sans réponse. Du moins avant de tomber sur ce qui semblait surnaturelle. Un hybride, d'une envergure me faisant passer pour un maigre homme me stoppait dans ma course en la sentant elle.

« Pourquoi as-tu kidnappé cette hybride, humain ? »
« Kidnappé ? Je l'ai sauvé oui ! Elle allait devenir un objet de mort plus qu'autre chose. Elle n'a même pas dix ans bordel, elle n'a pas à devenir une arme ! »
« Cesse de crier, sauf si tu veux qu'on te surprenne avec deux hybrides t'abattes sur-le-champ. »
« Vous êtes quoi tous au juste ? Des monstres, enfin désolé de vous dire ça, mais vous avez l'air humain et en même temps non. »
« Des hybrides, pas des monstres, petit humain. »
« Je vois…et donc vous allez récupérer cette petite.. ? »
« Je devrais oui, mais tu me sembles plus honnête que ton uniforme laisse penser. Pourquoi l'avoir sauvé en dehors de son âge et ce qui lui était destiné ? »
« Je ne sais pas… Pendant un instant, je me suis vu en prendre soin et m'en occuper. Elle est si mignonne, elle mérite de sourire quand elle sera plus grande. »
« Suis-moi et ne pose pas de question. »
« Mais, je dois vous suivre où… Ah oui pas de question. »

Je passais alors à la suite de cet animal enfin cet hybride si imposant une porte qui l'était tout autant avant de me trouver dans un lieu totalement différent tout en gardant son aspect de ville.

« Bienvenue à Nekai, tu vas t'occuper d'elle ici et je te surveillerais crois-moi. »


Je n'ai alors jamais revu cet être alors que je m'occupais de Cassandra avec la plus grande des attentions. J'avais fini par trouver un travail tout sauf normal puisque j'allais devoir chasser et commercialiser des hybrides, mais ils avaient l'air : sales, mauvais et tout sauf aussi innocent, que ma petite protégée, ma fille. Alors, j'acceptais jusqu'au jour où je retombais sur lui pour l'abattre. Personne n'avait voulu s'en charger alors je l'avais retrouvé et je me tenais face à lui. Chacun pouvait voir dans le regard de l'autre que cela allait être à mort sans nul doute. Il ne me laissait alors pas le temps de sortir correctement mon arme qui tombait et ainsi, je me retrouvais fracasser avant d'être jeté plus loin contre un mur. Blessé, déboussolé, je le sentais s'approcher de plus en plus. Soudain, il sautait sur moi et sans me rappelait exactement de la suite des choses, j'étais en vie, alors que cette immense bête gisait sur le sol, une lame dans son poitrail, la mienne. Je restais des dizaines de minutes sous le choc, le regard grand ouvert, la respiration saccadée. Ce ne fut que le lendemain que j'apportais alors sa tête ayant gardé du sang séché, à mes employeurs. J'avais fait mes preuves en chassant une proie tout sauf docile et gérable. Je me faisais donc un nom dans la profession sans enjoliver les rumeurs sur moi, au contraire, je tentais toujours de minimiser en ajoutant des autres personnes inconnues. Sans doute par envie de paix, je préférais mettre un mérite personnel sur les épaules de personnes tierces introuvable à jamais et dont un mensonge. Depuis, je continue mon métier, ma vie en veillant sur Cassandra qui a bien grandi. Depuis que je l'ai trouvé, il s'est passé six années. Six ans pendant lesquels je l'ai éduqué, j'ai torturé et tué des hybrides non sans les revendre. Alors, non cela ne fera pas de moi un homme bon, ni une personne de confiance, mais j'ai jugé bon de faire cela pour apporter une vie paisible à Cassandra. Sur ceux, laissez-nous, je dois donner son bain à cette petite chipie et je ne tolérais personne ici, en mon absence.



Dernière édition par Helmet Fawkes le Mer 12 Juil - 14:47, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inclassable (hybride)
avatar Inclassable (hybride)


Messages : 185
Points : 2696
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 22
Localisation : Promenons-nous dans les bois ~
Des DCs? : Aénor


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Nobody can catch me
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Re: Helmet Fawkes | Ne t'approches pas d'elle.    Sam 8 Juil - 20:26

Re bienvenue! Me découpe pas, pls!

_________________
Merci Marty-chou ♥️ Rp en cours : 2/3
Diana parle en #009900 et voici sa fiche ~
La chanson de la plante? According to you ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Braconnier
avatar Braconnier


Messages : 26
Points : 550
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 25
Localisation : Près de Cassandra
Des DCs? : Marty Flanagan - Javier Velasques


MessageSujet: Re: Helmet Fawkes | Ne t'approches pas d'elle.    Dim 9 Juil - 4:59

Si tu es sympa jolie fleur, je n'ai aucune raison de te découper.

Fiche terminée !


*va s'effondrer comme une bûche dans son lit*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
[[ FONDO' ]] ▲ Lame vengeresse
avatar [[ FONDO' ]]  ▲ Lame vengeresse


Messages : 688
Points : 3067
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 19
Localisation : Dans la forêt de Nekai
Des DCs? : Misora - Roxana - Jane


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de:
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Re: Helmet Fawkes | Ne t'approches pas d'elle.    Dim 9 Juil - 19:31

KOUKOU! Re-bienvenue :3
Désolée pour le petit retard

Sans plus attendre je vais valider cette fiche! Pour la suite, tu dois assez bien connaître la maison Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Helmet Fawkes | Ne t'approches pas d'elle.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Helmet Fawkes | Ne t'approches pas d'elle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» L'armée d'Haïti est-elle soluble dans la démocratie ?
» Elle est admirable cette haitienne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Utsukushi Neko Sekai :: Gestion des personnages :: Présentations :: Humains validés-