AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marty, les arbres et une plante... (Feat Marty-net ♥)
Utsukushi Neko Sekai
Hellow! ♪ <br> Tu n'es pas connecté? c'est peu être que tu n'es pas encore inscrit alors... Magne toi de le faire! Non, je blague, on ne veut pas te forcer la main, mais n'hésite pas à nous rejoindre. <br> Et si tu es déjà inscrit, connecte-toi pour voir tes messages privés et répondre à tes RPs, ce serait sympa! ♥


[RP Neko/Maitre; Min 10l; H/Ya/Yu autorisé]
 

Partagez | .
 

 Marty, les arbres et une plante... (Feat Marty-net ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inclassable (hybride)
avatar Inclassable (hybride)


Messages : 78
Points : 1227
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 20
Localisation : Promenons-nous dans les bois ~
Des DCs? : Aénor


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Nobody can catch me
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Marty, les arbres et une plante... (Feat Marty-net ♥)    Sam 10 Juin - 2:48

Marty, les arbres et une plante...
Cela faisait un petit moment que je n’avais pas été en ville. La dernière fois, c’est lorsque je faisais de la rétention d’eau version plante… Oui j’avais décidée d’appeler sa comme ça, parce que je ne trouvais pas mieux ! Au moins, pendant ce temps-là j’avais pu prendre soin de mon petit jardin personnel et j’étais particulièrement fière que certains fruits et légumes poussent malgré l’alternance entre soleil et pluie. Mes fraises était juteuses, mes salades était vertes et croquante… J’allais peut-être faire un élevage de poulets si tout allait bien comme sa ! Oui, des poulets… J’avoue que les cochons prenaient trop de places et je ne parle même pas des vaches… Me faire réveiller par des ‘cot-cot’, avoir des œufs tous les jours, puis quand une poule se fait un peu vieille, avoir de la volaille à rôtir… Oui enfin bref, je verrais bien avec le temps !

Enfin, la journée passait calmement, je m’occupais de mon jardin, restant quand même sur mes gardes au cas où un chasseur d’hybride trainait dans le coin, même si j’en croisais rarement, étant assez bien cachée. Il faut avouer que pour trouver ma grotte ou mon potager : un rideau de lianes et de lierres cachait l’entrée de mon petit nid douillet et mon potager était cacher derrière un amas de rocher à côté d’une rivière. Eh oui, comme ça il y a l’eau à proximité et autant de soleil que possible ! Le combo parfait lorsqu’on y rajoute mon petit don personnel : ma capacité à faire pousser tout et n’importe quoi n’importe où. Bon, je n’avais pas essayée de faire pousser un pommier en plein désert, et je n’essaierais jamais. Je suis sûre que je ne survivrai pas moi-même au Sahara ! Pas d’eau, le soleil tapant dur et des températures insoutenables ? Je ne tiendrais même pas une heure.

Même si de base j’étais une plante étant particulièrement heureuse au soleil, la chaleur n’était pas mon fort : j’aimais être arrosée de temps à autre. Enfin, passons. La journée était calme, il n’y avait rien de particulier, appart une petite trouvaille sur le chemin en rentrant en soirée. Un petit Lys blanc… Il m’avait fait penser à Marty, les lys blanc signifiant l’amour pur, l’innocence et une douce frénésie. Oui, bon il signifiait aussi la peur de la mort et l’appréhension du drame. Mais il m’avait fait penser à l’innocence et la douceur de Marty, même si je me doute qu’il n’était pas si innocent que ça, comme il m’a mis la main aux fesses. Un sourire apparait sur mon visage en y repensant : cette soirée à l’hôpital avait quand même été assez marrante ! J’avais hâte que Marty vienne me rendre visite et s’il ne venait pas, j’irais moi-même à l’hôpital.

Je décidais de prendre le lys pour le mettre à côté de l’entrée de ma grotte, j’enlevais la fleur de terre avec le bulbe et le replantais en arrivant chez moi. Je passais le reste de la soirée à réfléchir : quels fruits et légumes planter en plus ? J’avais bien envie de melon… Cela faisait un moment que je n’en avais pas mangé et j’avoue, ça me manquait ! Enfin, il y avait pleins de possibilités et puis je pouvais toujours aller troquer avec les agriculteurs du coin. Il y avait un pommier mais je pense qu’il y avait d’autres fruits… Il fallait peut-être que je fasse vraiment le tour de la ville un jour, mais je n’avais pas vraiment envie de finir en animalerie, enfermée jusqu’à être ‘libérée’ par un humain que je devrais servir jusqu’à pouvoir m’enfuir pour retrouver ma liberté. Il faudrait que je me trouve un moyen d’être protégée… Des faux papiers d’adoption ? Je ne savais même pas si cela se faisait…

Soupirant, j’attrapais le lapin que j’avais tué ce matin. L’arc de mon père trônait sur le lit de ma sœur… C’était le seul souvenir physique que j’avais de mon paternel, j’avais la couleur de cheveux de ma mère et ma sœur… Ma sœur je n’avais pas vraiment de souvenir, appart son lit que je n’avais jamais osée enlever, je le rafraichissais tous les deux jours, espérant qu’elle revienne même pour quelques jours. J’avoue me sentir un peu seule… Enfin, certains hybride me… Tenais compagnie de temps à autres, mais c’était très rare. Pour être sérieuse, j’attends quelqu’un de spécial, un peu comme ma mère et mon père. On va dire que leur rencontre avait été cocasse… Sauver une femme d’un chasseur d’hybride la fait directement tomber dans vos bras, apparemment !

Je mettais le lapin à cuire, faisant le tri dans le garde-manger pendant la cuisson. Cela permettait d’éviter que les fruits pourris contaminent les autres et c’était pas mal vu que je n’avais pas nourriture illimité comme les humains qui devait juste aller acheter un truc pour avoir à manger. Dans la forêt on devait chasser, trouver sa nourriture, nous n’étions pas servis sur un plateau d’argent. Mais je ne me plaignais pas, mon potager était à dix minutes de marche d’ici, avec un point d’eau juste à côté et je connaissais de bons coins à champignons. Je revenais une fois fini vers le feu, mangeant calmement ma viande en réfléchissant à ma nuit. Je ne dormais pas beaucoup, une nuit sur deux on va dire… Eh oui, c’était sa d’être une plante. Je pouvais être deux fois plus productive un jour sur deux. Mais je m’ennuyais franchement, faisant ce que je devais faire la journée.

Je mangeais pendant quelques minutes avant d’entendre un bruit dans les arbres. La nuit était tombée, et je n’avais pas reconnue le bruit du vol d’un hibou ou d’une chouette… J’entendis aussi des bruits de pas, et cela était assez anormal par ici… Je calmais le feu en mettant de la terre dedans, laissant juste les braises pour pouvoir le rallumer plus tard si besoin avant de sortir silencieusement, écartant les lianes qui me cachait jusqu’ici. J’avançais de quelques pas, un peu couteau à la main. J’étais assez bonne au lancer de couteau, plus qu’au tir à l’arc alors pour me défendre d’un chasseur, j’avais choisis ça. Et puis, il faut avouer que c’était plus discret. Me mettant à croupis, j’attendais d’avoir un visuel sur ce qui faisait du bruit, espérant que c’était juste un loup ou un hybride, et non un chasseur…


_________________
Merci Marty-chou ♥ 
Rp dispo : 1/2
              Diana parle en #009900 et voici sa fiche ~
La chanson de la plante? According to you ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Marty the little Batman
avatar I'm Marty the little Batman


Messages : 88
Points : 678
Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 25
Localisation : Quelque part dans le noir.
Des DCs? : Nope.


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Freya
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Re: Marty, les arbres et une plante... (Feat Marty-net ♥)    Mar 13 Juin - 16:03


Believer
Imagine Dragons
click
Diana & Marty
dans les bois.
« Et là il sort de sa batcave et rejoint la jolie fleur.»Une longue journée de consultation dans les jambes, tu baillais comme un perdu avant de soupirer. Tu avais meilleure mine que d'ordinaire, mais ce que tu avais pu t'ennuyer aujourd'hui. Tu n'avais eu que des cas isolés et tout sauf grave. C'était une journée ordinaire et tranquille en un sens, sauf que ça n'avait rien d'amusant ou de particulièrement passionnant. Tu filais vers les vestiaires en croisant des collègues en serviette ou caleçon. Tu ne faisais pas de réflexion, mais les trois-quarts méritaient, selon toi... De rester habillé. Tu avais vu assez d'horreur en même pas dix heures pour toute une vie. Tu accrochais ta blouse au cintre avant de changer de chaussure et de pantalon. Tu aimais bien mettre un petit jogging sous ta blouse afin d'être plus à l'aise et des vieilles tennis. Maintenant avec un jean sur les fesses et tes converses au pied, tu sortais non sans croquer dans ton sandwich. Pour assurer le service, tu n'avais pas pris le temps de manger le midi et tu avais donc une faim de loup enfin de chauve-souris. En un sens, ce n'était pas plus mal que tu ne te nourrisses pas pendant le service vu les cas que tu avais eus. Rien de bien élégant et souvent sur des personnes âgées. Tu sortais donc de l'hôpital en fixant le ciel. La nuit était donc en train de tomber et tu devais rendre visite à une charmante rouquine dans les bois.

Tu repensais aussi bien au charme te laissant quelque rougeur sur les joues de la belle Diana que de cette soirée amusante en sa compagnie. Entre aveux de soi, mains aux fesses, rire et câlin très proche. Tu ne pouvais pas nier que beaucoup d'hommes de ton âge auraient donné leur dignité pour avoir eu ta chance, ce qui te rendait un peu plus fier sur le coup. Tu ricanais légèrement avant de finir ton repas de fortune et de t'envoler avec tes ailes rapidement. Tu n'avais pas envie de marcher et comme tu voulais rentrer plus vite, c'était la meilleure solution. Tu atterrissais sur ton balcon avant d'entrer dans le salon puis de prendre la direction de la salle de bain. Une bonne douche fraiche et revigorante prise, tu ressortais les cheveux en bataille, mais beaucoup mieux. Tu te sentais moins « sale » et c'est sans doute pour ça que tu souriais un peu plus. Tu avais beau adorer ton boulot, tu avais toujours cette sensation malaisante en sortant. Traiter des tonnes de blessés et autres malades, cela avait aussi des inconvénients. L'hygiène était de rigueur dans vos locaux, mais rien n'était parfait. Au moins, tu avais l'avantage de ne pas subir la plupart des maladies humaines, vu ta nature hybride de chauve-souris. Tu avais un système immunitaire assez solide et c'était tout à ton avantage, ce qui te poussait donc à oser les consultations avec des patients moins simples à gérer. Après tout, vu le nombre de fois où ton t'avais toussé dessus, si tu avais été fragile, tu aurais été souvent malade.

Tu t'étirais un peu en prenant tes affaires avant d'enfiler comme souvent ton pantalon sombre, tes vieilles vans et ton sweat à capuche violet. Tu vérifiais que tu n'avais rien laissé en marche avant de sortir sur le balcon et de te laisser tomber pour t'envoler avec un grand sourire. Tu te prenais pour un de ces assassins de tes jeux préférés et c'était tout à ton égal d'idiot de la ville, mais si utile. Tu prenais la route du bois en essayant de repérer avec tes sens où pouvait vivre Diana. Elle avait parlé d'une rivière d'une grotte et tu n'en voyais énormément depuis le ciel. Tu te posais rapidement sur le sol de la forêt avant de chercher en vain un moment. Tu n'avais pas le sens de l'orientation dans ce genre d'endroit vu que pour toi un arbre et son frangin étaient identiques. Tu soupirais en décollant de nouveau du sol en battant des ailes avant de foncer dans les branchages un long moment avant de sentir le parfum naturel de ton amie à la main verte et au joli minois. Tu entendais des pas sans trop savoir si c'était elle ou non, restant alors calme en levant donc les bras rapidement au-dessus de ta tête. Cela n'était pas la première fois que tu faisais cela, mais si ça pouvait t'éviter de finir en tranche, attaqué par ton amie, c'était déjà ça. Tu déglutissais en sentant une odeur de viande et ton ventre se mettait alors à gargouiller.

« Diana d'amour, c'est toi ? Si c'est toi, tu peux sortir que je sois plus en stress ? Viens me faire un câlin comme tu sais les faire, que je sois soulagé que la fin de cette journée merdique arrive… Je suis épuisé de ma journée, mais heureux de te retrouver, enfin si tu m'apparais et que je peux enfin baisser les bras, ça fait mal à force. »

© 2981 12289 0

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inclassable (hybride)
avatar Inclassable (hybride)


Messages : 78
Points : 1227
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 20
Localisation : Promenons-nous dans les bois ~
Des DCs? : Aénor


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Nobody can catch me
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Re: Marty, les arbres et une plante... (Feat Marty-net ♥)    Lun 19 Juin - 13:54

Marty, les arbres et une plante...
J’étais sur mes gardes, mais je me calmais bien vite en entendant la voix de Marty, rigolant d’entendre également le gargouillement de son ventre. On va dire que je ne pensais vraiment pas le croiser lui, je m’attendais plus à un chasseur en quêtes d’hybride à vendre ! Mais Marty est bien mieux, car cela signifiais câlins, taquineries et papotage ! Enfin, surtout câlins… Je m’approchais de lui doucement, avec un énorme sourire planté sur mon visage, j’étais vraiment heureuse de le revoir. J’accrochais habillement le couteau que je tenais à ma cuisse à l’aide d’une liane qui était prévue à cet effet avant de l’attraper et de le serrer doucement pour lui faire un câlin et même lui faire un énorme baiser sur la joue. Je le reposais, sans me défaire de mon sourire et l’observais. C’est vrai qu’il avait l’air fatigué, la Marty… Il faudrait peut-être que mon Batman personnel prenne un jour de congé ou deux, ça lui ferais du bien… Parce que s’occuper tout le temps des gens comme il le faisait, ça ne devait pas être de tout repos, autant physiquement que moralement. Il avait bien de la volonté pour faire ce métier quand même ! Je lui remettais une mèche de cheveux en place, en vain, apparemment ses cheveux avaient leur propre gravité.

-Et bah alors Marty-chou, il fallait le dire tout de suite que c’était toi ! Et moi qui était prête à te sauter dessus en passant que tu étais un chasseur d’hybride… Je m’en serais voulu de te planter un couteau dans la jugulaire !

Oui, je sais, je déteste la violence. Mais je savais me défendre en cas de besoin, et c’était la violence inutile que je n’aimais pas. Par exemple, j’avais en horreur qu’on maltraite les gens ou les animaux sans défense. Mais bon, on va dire que je considérais les chasseur comme violent, vulgaire et dans bien d’autres catégories que je ne citerais pas, une dame ne disait pas de vulgarités après tout ! Souriant à nouveau, je commençais à marcher, faisant signe à Marty de me suivre. Je lui faisais confiance, alors j’allais l’emmener dans mon petit chez-moi. Je suppose que cela ne valais pas les maisons des humains, mais dans la forêt, on va dire que l’on faisait avec ce que l’on avait. Au bout de quelques minutes nous arrivons devant l’entrée de mon nid, cacher par les lianes, que j’écartais en faisant une révérence à Marty, après avoir arrosé le Lys que j’avais trouvé. Maintenant que j’y pensais, peut-être que les deux lits, le garde-manger et la réserve d’eau que j’avais pouvais paraitre bien sommaire pour quelqu’un de la ville… Je rallumais le feu pour réchauffer la viande, en chantonnant doucement. Je fis un sourire en coin à Marty, retirant l’arc et le carquois de mon paternel pour laisser mon jeune invité s’asseoir sur le lit. Ce n’était pas comme si ma sœur allait passer cette nuit après tout. Je posais le tout à côté de mes couteaux de lancés, espérant que Marty ne trouverais pas tout cela étrange. Je m’assis doucement sur mon propre lit, croisant les jambes en souriant.

-Cela me fait plaisir de te voir, Marty-chou ! Si tu as faim, je t’en prie, il y a du lapin, de la viande fumé, des fruits, des légumes… Le tout bio, car je fais pousser tout moi-moi, sauf la viande fumé… Même si je me doute que tu préférerais la viande, non ?

Je ris doucement à ma propre bêtise. La présence de Marty redonnait vie à cette grotte qui semblait si vide depuis le départ de ma petite sœur. Moi qui avait toujours eu quelqu’un à qui parler depuis toute petite, me retrouver à vivre seule était difficile au départ, mais avec le temps je m’y étais habituée. Remettant en place ma tenue qui avait un peu glissée à cause de mon moment ‘James Bondien’ tout à l’heure, je regardais mon ami avec curiosité. Il avait parlé d’une journée ‘merdique’, il me semblait. Je me demandais ce qui avait pu lui arriver pour que le jeune homme sois si épuisé. Lui qui semblait d’un naturel joyeux et drôle, je le sentais un peu las et énervé.

-Que me vaut l’honneur de ta visite, mon chou ? Tu en avais marre de l’hôpital et des humains alors tu viens voir la plante dans son habitat naturel, vérifié si elle est toujours aussi verte que la dernière fois ?

Un sourire en coin apparut à la fin de ma phrase. Il faut dire que notre rencontre avait été très… Surprenante on va dire ! Ce n’est pas tout les jours que je reste gentille lorsqu’on me met une main aux fesses. Décroisant les jambes pour attraper une pomme, je croquais à pleine dent en fixant Marty, savant que mes yeux reflétaient mon amusement en repensant à tout cela. J’attendais patiemment la réponse de Marty-net, rejetant mes cheveux en arrière, histoire qu’ils ne finissent pas dans ma bouche pendant que je mangeais.

_________________
Merci Marty-chou ♥ 
Rp dispo : 1/2
              Diana parle en #009900 et voici sa fiche ~
La chanson de la plante? According to you ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Marty the little Batman
avatar I'm Marty the little Batman


Messages : 88
Points : 678
Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 25
Localisation : Quelque part dans le noir.
Des DCs? : Nope.


Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Freya
♠~ Fréquentations::

MessageSujet: Re: Marty, les arbres et une plante... (Feat Marty-net ♥)    Mar 20 Juin - 19:54


After the Darkness
Rilès
click
Diana & Marty
dans les bois.
« Et là il sort de sa batcave et rejoint la jolie fleur.»Tu avais prévu pas mal de scénario dans ta tête de chauve-souris, quant au fait que ce soit bien Diana, sauf te faire décoller du sol pour un câlin boobesques et un baiser sur la joie. Tu la fixais un peu perturbé aussi bien de ce rapprochement encore une fois de ses jolies formes que de la facilité avec laquelle elle t'avait soulevé. Elle n'avait pas l'air, mais elle possédait vraiment de la force ainsi qu'un humour que tu adorais, mais qui te mettais parfois mal à l'aise comme actuellement. Jolie dionée ou pas, elle venait tout de même de parler de ta jugulaire aussi simplement qu'on parle du beau temps. Tu te frottais le cou un peu embarrassé en essayant de ne pas le laisser transparaître au maximum, pour éviter qu'elle soit, elle aussi troublée. Tu préférais que ce soit de la gaieté et de l'amusement entre vous avec une pointe d'ambiguïté, mais rien de plus. Après tout, entre les mains aux fesses et ces câlins tout sauf conventionnel, de loin cela devait donner de fausses impressions, mais tu ne t'en souciais pas vraiment. Tu adorais la gentille et magnifique Diana et c'était réciproque, c'était le principal. Tu la sentais faire la tentation de remettre en place tes cheveux, mais en vain, ils avaient leur vie, leur énergie. Tu allais finir par te demander si tes cheveux ne contenaient pas un poltergeist. Tu riais en chœur avec Diana, même si vos raisons devaient diverger totalement.

Tu la voyais avancer et d'un air un peu idiot, tu la suivais non sans te surprendre toi-même à encore regarder son charmant popotin. Ça devenait trop régulier à ton goût et c'était gênant surtout si elle te surprenait en train de faire ce que tu faisais actuellement. Non pas qu'elle s'emporterait, mais elle avait trouvé que pas mal, d'humains faisaient déjà cette fâcheuse manie tout sauf respectueuse. Enfin, c'est ce que tu te rappelais de votre rencontre à l'hôpital. Tu te frottais la nuque en restant silencieux tout en continuant de la suivre, avant d'ouvrir grand les yeux. C'était quelque chose d'atypique sa maison à Diana. Ce n'était pas le grand luxe, surtout en forêt, mais tu trouvais sa maison plutôt accueillante, tout comme elle en fait. Enfin si on enlevait l'absence de décoration, les armes et son arc. Non pas que cela t'effrayait, tu comprenais bien qu'elle devait se nourrir et se défendre ici, mais ça te surprenait tout de même. Tu n'avais jamais imaginé Diana en guerrière des bois sexy et combative à ce point. Tu souriais un peu alors qu'elle te parlait à nouveau en posant tes yeux sur elle pour lui montrer ton attention à ses mots. Tu prenais alors de la nourriture après avoir compris dans ce que te disait Diana que c'était une invitation à te sustenter. Tu cachais derrière le fait de manger que tu avais failli tomber à la renverse sur le lit en la voyant se rhabiller. Difficile de ne pas remarquer qu'une partie de son anatomie, par paires et disons développée avait bougé avec son geste. Tu avalais tout rond ton morceau en détournant le visage pour reprendre ton calme. Elle devait voir ta mine fatiguée, pas simple à cacher.

« Tu ne te rappelles plus ? Tu m'avais proposé de venir un de ses quatre quand tu as quitté l'hôpital et que je suis retourné à mes occupations avec d'autres patients. Je ne dirais pas que j'en ai marre du boulot, mais la journée a été compliquée, pas mal d'intervention surprise et ma direction qui engueule pour le fun sans savoir pourquoi. Ce n'était pas l'enfer, mais ça brûlait bien. C'est super bon ce que tu as cuisiné bon sang… Je ne mange pas aussi bien dans mon appartement tout pourri en centre-ville. »

Tu finissais rapidement ce que tu avais pris en avalant avant de prendre de l'eau dehors, autant aller chercher à la source puis revenir. Tu t'étirais en regardant ta jolie rouquine d'amie avant de sourire de nouveau et de venir t'asseoir non pas en face, mais à côté d'elle, la tête légèrement contre son épaule. Tu avais bien le droit avec la fatigue et ta journée de montrer un peu de faiblesse. Elle n'allait pas te juger ou en profiter, tu lui faisais entièrement confiance. Tu soupirais un peu en fixant l'extérieur au travers d'une fenêtre de fortune avant de reposer tes yeux dans ceux de Diana et de l'enlace par surprise doucement sans remonter trop tes mains. Tu avais envie d'être franc avec elle, même si le sujet sans être gênant, était important. En fait, ça la concernait elle et de très près. Tu cherchais une façon pour lui dire ce qui devait être dit, mais comme à ton habitude, ne sachant comment t'y prendre, tu allais être cash. Tu soufflais un peu en prenant ta concentration et tu te lançais en sachant qu'à la suite de tes paroles, tu détournerais la tête pour cacher ton embarras.

« Diana, je t'adore énormément, tu es gentille, mignonne et attachante, mais respectes mes hormones s'il te plaît… Te voir… Te rhabiller alors que ça… Comment dire. Bon zut, tu te rhabilles alors que je mange et moi ce que je vois, c'est une femme rouquine sexy dont le buste ballotte et mes hormones, elles décèdent. Je t'ai déjà admiré le popotin et je crois que ça va sans doute m'arriver encore. Moi, je vois à longueur de journée des mamies et j'en passe donc j'avoue par moment, tu es un choc pour mon organisme. Au moins, je sais que je ne suis pas gay ou, du moins, pas indifférent aux femmes ...? Voilà… Je peux mourir en paix au moins j'aurais ouvert ma grande gueule. »

© 2981 12289 0

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Marty, les arbres et une plante... (Feat Marty-net ♥)    

Revenir en haut Aller en bas
 

Marty, les arbres et une plante... (Feat Marty-net ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Signature de contrat - Marty Turco
» Fiche de présentation de Martin "Marty" Deeks
» Faire des arbres?
» Plante dangereuse
» Arbres GW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Utsukushi Neko Sekai :: Alentours de la capitale :: Bois de Nekai-