Utsukushi Neko Sekai
Hellow! ♪ <br> Tu n'es pas connecté? c'est peu être que tu n'es pas encore inscrit alors... Magne toi de le faire! Non, je blague, on ne veut pas te forcer la main, mais n'hésite pas à nous rejoindre. <br> Et si tu es déjà inscrit, connecte-toi pour voir tes messages privés et répondre à tes RPs, ce serait sympa! ♥️


[RP Neko/Maitre ;; Min. 200 mots ;; H/Ya/Yu autorisé (avec modération ♥)]
 

 :: Alentours de la capitale :: Camp de dressage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'injurieux rencontre la silencieuse -Feat Alwena Conan

avatar
Messages : 37
Points : 869
Date d'inscription : 20/03/2018
Localisation : Dans ton c... chez Meg'
Des DCs? : Marty - Javier - Andrew - Maximilian - Travis - Samantha - Isamu -Tyr - Moira - Edward
The Red Fang with the Gun
Voir le profil de l'utilisateur




"Rob" MacAlister
The Red Fang with the Gun
Jeu 13 Déc - 23:51
Rob & Alwena
D'ordinaire c'est ce con de réveil qui me sort de mon sommeil, mais cette fois-ci, ce sont des  piafs. J'ai déjà dit à Mégara de faire virer ces saloperies, mais je crois que je peux espérer. Si seulement ils savaient respecter mon sommeil ces foutus oiseaux. Je fixe l'heure sur mon portable faute d'avoir un véritable réveil et je constate bien vite que ma harfang a déjà filé. Oh ce que cette journée à l'air merdique, ça pue à plein nez, un peu comme moi. Haleine de cadavre, tronche vitreuse. Quelle idée de picoler comme un trou, toute la soirée. Après, je m'étonne que Mégara m'envoie chier, mais qui voudrait se taper un cadavre pareil. Sans chercher à avaler quoi que ce soit, je me jette dans la salle de bain et la douche. Je fixe mes fringues par terre et repense au fait que si je les laisse là après je vais me faire déchirer par une jolie blonde sans hésitation. Rah chier, l'eau est gelée, mais faute de mieux, je me lave comme ça. Je ressors aussi frigorifié que les vieilles bûches de Noël congelées avant de ramasser mes merdes. Au moins dans le bac de linge sale, je risque beaucoup moins la colère de Mégara. Au moins, je suis en congé, j'aurais une raison de ne pas bouger. J'enfile de nouvelles affaires avant de voir un message de mon patron. Pourquoi je sens que je vais me mettre ma journée de congé à la raie et devoir filer au QG ? Je termine de m'habiller, parce que merde, il peut bien attendre ce sale con et comme prévu, je suis demandé d'urgence là-bas. Mais qu'est-ce qu'ils ont encore foutu cette bande de branleurs, sérieux ? Et à quoi me servent mes jours de congé, si je ne peux même pas en profiter ? Bon, bah, pas le choix.

Je croise notre jardinier, enfin celui qu'à embaucher Mégara. Je ne sais pas si je peux saquer ou pas ce mec, en tout cas, je lui rends en me forçant, son sourire. Je suis au moins heureux de voir que ma Mustang est toujours flambe en neuve et qu'en plus elle a été nettoyée. Qui a touché à ma caisse putain ? Hum peut-être moi en fait… Il faut vraiment que j'arrête d'autant picoler, je ne sais même plus ce que j'ai foutu. D'ailleurs, est-ce que j'ai pioncé avec Mégara ? Je lui demanderais ce soir, si je survis à cette journée de merde. Une fois le cul posé dans le siège de ma bagnole et avoir mis le contact, je tapote le volant en attendant que la grille s'ouvre. Je prends la route sans le poser de question, filant aussi rapidement que possible. Plus j'approche du QG et moins le peu de joie que j'avais, arrive à tenir le coup. Rien que savoir que je vais encore voir leur tronche de con et entendre des remarques aussi débiles qu'eux, ça me fout le cafard. Me voilà bientôt hors de ma voiture à pousser du pied la porte du QG avant de filer vers la salle où je sais que je suis convoqué. Le chef est là, mais il n'est pas seul. Je ne sais pas qui est cette rousse, mais pourquoi je sens qu'on va me la refiler ? « Bonjour Robert. Vous êtes enfin là. » « Je dois vous rappeler que c'est mon jour de congé ou ça se passe comment ? » « Vous en aurez un autre en remplacement. » « Et vous ne vous êtes pas dit que je l'avais pris exprès ce jour ? Enfin bref, je peux parler dix ans, c'est comme pisser dans un violon. Vous me voulez quoi ? » « Rob ce n'est pas parce que vous êtes un hunter efficace qu'il faut me manquer de respect. Vous savez que je peux vous virer sur-le-champ. » « Je sais aussi que ça vous enlèverez un bon élément au passage. » « Voici, Alwena. Cette soldier a été récemment amené au QG afin d'épauler dans de futurs missions le ou la hunter que je choisirais. Etant donné que vous n'avez rien à faire je vous la confie afin que vous vous familiarisez avec la présence des soldiers. » Il se barre en me laissant comme un pauvre con devant cette Alwena. Quelle journée de merde. Je pose mon cul sur une des chaises et je la fixe. « Euh...salut, moi Rob comme tu as du le comprendre. Comme le fait que je sois hunter. Je ne vais pas te demander ton pédigree parce que je n'en ai pas envie, donc si tu veux me dire des choses sur toi, balance que la journée soit moins merdique pour nous deux. »


©️ ASHLING POUR EPICODE



_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 282
Points : 4835
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 23
Localisation : En quoi ça te regarde ?
Des DCs? : Hime / Mégara / Fealine / Athéna / Aelys / Roxanne / Lavande/ Mirai

Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Nobody can catch me
♠~ Fréquentations::
Soldier
Dim 16 Déc - 17:46
L'injurieux rencontre la silencieuse
Aujourd’hui était un jour spécial pour moi : ma première rencontre avec un hunter en dehors des formateurs. Un vrai, qui chassait les hybrides pour subvenir à ses besoins. Au fond, j’espérais qu’il ne serait pas le genre de Hunter qu’Eliot aurait détesté, qui prenais plaisir à faire son métier comme un boucher prenait plaisir à couper la tête d’une poule en l’imaginant déjà dans son four. Je soupirais en me levant de mon lit, au camp de redressement. Alors non, je vous arrête : je n’ai rien fait pour être ici. Je dois juste rencontrer ce Hunter ici, parce que c’est soit disant leur QG. QG bien pourris si je peux me permettre, parce que vus l’argent qu’ils doivent se faire, ils pourraient avoir largement mieux comme locaux. Enfin, ce n’est que mon avis de Soldier fraichement diplômée. Je sortais du quartier des Soldier, où habitais une autre personne que je ne croisais que très rarement. Un petit nain noir, sans être raciste : il est juste petit et noir, c’est tout. Je ne savais même pas son nom, ni même s’il avait finis la formation, rien du tout. En même temps, je n’avais pas cherché à savoir, parce que ça ne me regardais tout simplement pas. Je me dirigeais lentement vers les douches, me fichant pas mal de l’heure qu’il était, après tout il paraissait que le Hunter avec qui j’allais travailler aujourd’hui n’était même pas au courant. Je serais une sorte de ‘mise en garde’ pour son comportement. Qu’elle joie d’avoir trimée pendant trois ans pour être au final, considérée comme une punition, comme si ce Hunter était un enfant de 10 ans. Alors que d’après la description de la fiche, il est plutôt du genre ours mal léché qui insulte à tout va et qui n’hésite pas à t’en foutre une si tu le fais chier. Je prenais une douche rapide, histoire de pas penser à Eliot, comme d’habitude quand je prends mon temps. Après cela, j’enfilais un short noir moulant, un haut doré et mes éternelles cuissardes à talons. Elles ne m’avaient jamais empêchée de courir ou de grimper sur un mur pour rentrer dans un bâtiment, alors on ne m’avait jamais demandée de mettre autre chose pour les missions. Une fois habillée, je mettais doucement, presque religieusement le manteau d’Eliot, me retenant de sentir le tissu, sachant très bien que depuis trois longues années, l’odeur de son parfum n’y serait clairement plus. Je savais bien que je pouvais acheter son parfum, mais ça allait plus me faire souffrir et prolongé mon deuil qu’autre chose…

Je soupirais en entrant dans une sorte de salle de réunion, où le chef des Hunter ce tenais bien droit sur sa chaise. Mon dieu, qu’on lui enlève le balai qu’il avait dans les fesses… Je suis mal placée pour parler, mais moi au moins j’avais une excuse : perdre l’homme qu’on aimait changeais une femme. Lui il avait l’air d’être né en faisant la gueule. Je m’asseyais donc, supportant pour la troisième fois le récapitulatif du Hunter que je devais surveiller aujourd’hui. Oui, que je devais surveiller. Pour éviter qu’il fasse la tête au carré à notre cible du jour. Génial hein ? Une Soldier devenue baby-sitter pour Hunter. Je devrais déposée un brevet pour ça, non ? Enfin, je me contentais de hocher la tête sans vraiment écouter Monsieur J’ai Un Balai Dans Le Cul, avant d’entendre des pas venant du couloir. Liberté ! Je ne sais pas qui tu es, mais si tu ouvres cette porte, je te sourirais comme remerciement pour m’éviter une minute de plus son éternel blablatage. Je me levais doucement, lorsque la porte s’ouvrit… Sur un mec qui faisait encore plus la gueule que le patron. Joie, bonheur et allégresse, encore quelqu’un qui se lève tout le temps du pied gauche. Je remballais bien vite mon sourire intérieur, me contentant de garder mon éternelle figure froide et impassible. Pas pour rien qu’on me dit souvent que c’est moi qui ai fait couler le Titanic. Je restais de glace pendant toute leur conversation, me contentant d’attraper l’épée d’Eliot, désormais la mienne je suppose, qui était posée contre le mur. Je la prenais doucement, comme si elle était en cristal alors qu’elle était bien aussi lourde qu’elle ne le laissait penser. Je revenais calmement me poster à côté du Hunter, désormais le mien, pour la journée, restant droite et le regard fixer devant moi, comme le protocole l’indiquais : toujours attendre l’autorisation du Hunter pour agir librement. Je laissais le chef partir comme un roi qui donnait fièrement ses ordres à la plèbe de son royaume, ne sursautant même pas lorsqu’il claquât la porte. Vus le nom du Hunter, Robert, tu m’étonne qu’il fasse la gueule comme ça… Je posais la pointe de mon épée par terre, gardant le pommeau dans la main droite, laissant mon bras gauche le long de mon corps, écoutant le Hunter, qui n’avait franchement pas l’air amical. Tant mieux, je n’étais pas devenue Soldier pour me faire des amis.

-Tout ce que vous avez besoin de savoir est mon nom. Et vous le savez déjà. Si vous avez des questions, mon dossier est sur la table, Monsieur MacAlister. Tout comme le dossier de la mission qui nous est confiée aujourd’hui.

Et toc. Si tu oses dire devant ton patron que t’es un bon élément de cette façon, eh bien tu as la preuve que moi aussi je suis un bon élément. Un Hunter n’est pas censé se lier au Soldier qui lui ai confié, alors si Monsieur pensais que j’allais déballer ma vie comme ça, c’est raté. Bien sûr, je me doutais déjà de ce qui était dans ce dossier : ma race, que j’ai été première de ma promotion, ce qui n’était pas dur honnêtement, et la personne qui s’est occupé de ma formation. Je doute fortement qu’ils parlent d’Eliot, vu que ça ne concerne que les hauts placés.

-Je suis prête à partir quand vous le voudrez, Monsieur. Sachez tout de même que je ne suis pas ici pour assurer votre protection, mais plus celle de la cible. Ce n’est pas noté dans le rapport, mais le chef voulait que vous le sachiez.

Je me retenais de faire un sourire en coin : je savais très bien que le patron faisait ça uniquement pour ce vengé du comportement de ‘Rob’. Même si je n’aimais pas être l’outil de cette vengeance, cette situation m’amusait, intérieurement bien sûr.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
 Rp en cours : 0/2
Alwena chantonne en #ffcc00 et voici sa fiche
La chanson de la rousse? We all become one ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Utsukushi Neko Sekai :: Alentours de la capitale :: Camp de dressage-
Sauter vers: