AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Tentative de fuite inespérée [Tyr]
Utsukushi Neko Sekai
Hellow! ♪ <br> Tu n'es pas connecté? c'est peu être que tu n'es pas encore inscrit alors... Magne toi de le faire! Non, je blague, on ne veut pas te forcer la main, mais n'hésite pas à nous rejoindre. <br> Et si tu es déjà inscrit, connecte-toi pour voir tes messages privés et répondre à tes RPs, ce serait sympa! ♥️


[RP Neko/Maitre ;; Min. 200 mots ;; H/Ya/Yu autorisé (avec modération ♥)]
 

 :: Hors RP :: Corbeille Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tentative de fuite inespérée [Tyr]

avatar





Invité
Invité
Sam 30 Juin - 23:31

Tentative de fuite inespérée [Tyr]



Aujourd’hui était le jour J. Comme le mois dernier. Et quatre mois avant ça. Il allait s’enfuir. Enfin essayer. De toute façon il considérait ne pas avoir grand-chose à perdre. Depuis une semaine environ – il était difficile de compter les jours sans voir le soleil – personne n’était venu. Son corps se remettait doucement des derniers supplices endurés. Seule sa jambe le faisait encore souffrir, mais de toute façon il n’espérait pas réellement se trouver en meilleur santé un jour prochain. Aujourd’hui il avait une occasion en or. Ses poignées étaient reliés au mur par le biais d’une chaîne. Or le désespoir rend ingénieux. Et tenace. Avec un pierre trouvée au sol, il s’était appliqué à creuser au niveau de la fixation de la chaîne au mur. Ca lui avait pris longtemps. Vraiment longtemps. Heureusement le mur était déjà très largement attaqué, mais il y était. Une légère impulsion suffirait à décrocher la chaîne. Il lui suffisait à présent d’attendre le bon moment. Des hybrides rôdaient systématiquement dans les parages, mais il y en avait un plus jeune. Plus bête – enfin, ils étaient tous relativement stupide d’après Kyuso, mais celui-ci battait des records. Il n’avait aucune expérience et lui passer devant serait relativement facile. De plus il avait cru entendre qu’une mission se préparait, et il y avait moins de monde présent qu’habituellement. C’est surement pour cela qu’il avait été plus tranquille cette semaine, les préparatifs avaient dû leur prendre du temps.

L’heure dite arriva. Il tira la chaîne d’un coup sec et la sortit du mur. C’était encombrant mais avec devrait être faisable. Il n’avait d’autre choix que d’y croire de toute façon. Lorsque le jeunot lui passa devant, Kyuso rassembla toute la force qui lui restait et lui asséna un direct du droit à la tempe, l’étourdissant suffisamment longtemps pour qu’il lui passe devant en courant. Cependant entre sa jambe souffrante et son manque d’énergie global, il ne put aller bien vite. Boitant, trottinant, soufflant et crachant ses poumons, il n’avait que l’adrénaline pour lui faire tenir le cap.

Un éclair de douleur le traversa lorsque sa jambe blessée se pris dans ses chaînes et l’envoya valser à terre. Le visage tordu par la souffrance, il ne pouvait pas abandonner si prêt du but. Bien qu’il n’ait fait à proprement parler qu’une vingtaine de mètres, il savait qu’il n’aurait pas à nouveau une si belle opportunité avant longtemps, si ce n’est jamais. Lentement, il se remis sur ses pieds, et ce ne fut qu’en relevant la tête qu’il comprit que sa chance était passée. Face à lui se trouvait un hybride aux plume orgueilleuses. Et clairement, il était en meilleure condition physique que lui. Kyuso finit de se relever. Ses yeux cherchaient désespérément une solution, mais il fallait se rendre à l’évidence. Il n’avait plus de force, plus de souffle, et rien qui ne puisse l’aider à portée de main. Mais merde il ne voulait pas s’avouer vaincu. Jamais.

« Dégage. »

Son ton était froid et aussi menaçant que possible. Il plongea son regard azuré dans celui de l’hybride et fit ce qu’il pu pour y laisser transparaître toute la haine qu’il éprouvait pour lui. Ces être répugnants osaient lui faire subir le pire des calvaires alors qu’ils ne devraient même pas être autorisés à respirer.

« Dégage je te dis. »

Sa respiration était hachée par sa course. Mais même s’il était en mauvaise posture, même s’il n’avait aucune chance de s’échapper, de quitter cet endroit, du moins aujourd’hui, il refusait de laisser transparaître son désespoir. Il esquissa un sourire mauvais.

« Des mecs comme toi j’en ai déjà déplumé des tas. »

Les souvenirs de ses actes passés lui permettaient de tenir le coup. Oh oui, il en avait déplumé, et il avait pris un malin plaisir à le faire. Et il recommencerait cent fois s’il le fallait. Kyuso contracta chacun de ses muscles, en attente d’un coup qui ne tarderait surement pas à tomber, car c’était toujours ainsi que cela finissait. Au fond de ses yeux, une lueur de peur et d’appréhension s’alluma comme chaque fois. Car même s’il aboyait beaucoup, Kyuso ne s’habituerait jamais à sa vie ici, et chaque jour passé ici faisait grandir ce monstre au fond de ses entrailles lui retournant l’estomac.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Points : 585
Date d'inscription : 06/06/2018
Localisation : Non loin d'une tueuse redoutablement...belle ~
Des DCs? : Marty - Javier - Andrew - Maximilian - Travis - Samantha- Rob - Isamu
Revenger
Voir le profil de l'utilisateur




Tyr
Revenger
Jeu 12 Juil - 1:23
<Tentative de fuite inespéréeLes missions s'enchaînaient de plus en plus au fur et à mesure que la tension s'intensifiait. La guerre n'était pas encore déclarée, mais il était évident que le chef, son épouse et tous les Revenger donc j'étais l'un des membres, s'activaient. Je devais rejoindre l'une de nos plus jeunes recrues, chargé de surveiller un énergumène, une petite teigne d'humain pensait avoir tous les droits. De ceux qui se pensaient plus gros que le bœuf et avoir toujours le contrôle de la situation. Cela ne m'enchantait guère de devoir faire à mon tour le garde et surveillant pour ce dernier, mais les ordres étaient les ordres. Je ne sais depuis combien de temps, j'avais l'habitude de répéter ces quelques mots, mais c'était un peu ma façon d'esquiver banalement les conversations futiles de notre chef. Un tour de passe-passe de langage pour échapper à ce qui était le plus agaçant dans ce rôle de Revenger. J'avançais dans les couloirs en évitant de justesse plusieurs de mes confrères et consœurs atteler à s'activer nerveusement pour se préparer comme si les humains étaient à nos portes. Ce qui ne comptait pas arriver de sitôt quand on voyait la lâcheté dont était capable les humains.  Ils avaient eu le courage de mettre à feu et à sang un village en tuant la plupart de ses habitants, mais quand il était temps de rendre des comptes, ils faisaient table rase. C'était bien plus facile de fuir les responsabilités et de se cacher plutôt que de nous affronter. Tous ceux qui parlaient d'une guerre ouverte ne voyaient que ce qu'ils souhaitaient, car en vérité, c'était un affrontement dans les bas-fonds, une guerre intestine entre hybrides et humains. Je secouais la tête en agitant les plumes de ma cape tout en avançant non sans interpeller du coin de l'œil de l'agitation.

Il ne fallut que peu de temps pour qu'apparaisse à ma vue l'humain que nous avions pourtant enfermé plus d'une fois. Il était pire qu'une anguille cherchant chaque fois à s'échapper de plus en plus vite et avec toujours beaucoup d'ingéniosité. Je n'ignorais pas toute la haine et la rancœur qu'il pouvait avoir envers nous, mais en même temps qui était le plus sot entre celui qui enferme ou qui se fait enfermer parce qu'il a été arrogant ? Je croisais les bras en refermant mes doigts autour de ma pièce fétiche tout en comptant les mètres qui me séparaient de l'humain encore entravé qui courrait vers moi. « Cinq... Quatre... Trois... Deux... Oh, tu me déçois, l'ami. » J'ignorais littéralement ses mots froids en tournant autour de lui avant de lui enserrer la gorge à l'aide de mes doigts lentement. Il était bien agressif et dédaigneux pour un homme dont les bras étaient encore encombrés de chaînes et l'une des jambes dans un sale état. J'étais à la fois surpris et amusé de voir que malgré la douleur, il continuait de faire l'être supérieur dans ses guenilles et son sourire mauvais. Cela n'avait pas vraiment d'impact sur moi, les nombreuses journées au cirque ayant aidé à faire abstraction des critiques et des choses négatives. J'entendais les battements de son cœur assez fébrile tout autant que son souffle coupé et la douleur qu'il tentait de retenir au maximum pour ne pas m'offrir le moindre spectacle, sans doute. C'est mal me connaître, mais il n'avait pas besoin de savoir ce genre de détail. Je restais immobile en le toisant de ma taille avant de finalement le repousser durement contre un mur sans lâcher sa gorge à ses dernières paroles. Il avait les muscles contractaient et s'attendaient sans doute à ce que je lui porte plusieurs coups avec violence, mais à la place, je pressais le dessous de sa mâchoire à l'aide de mon index et de mon pouce sans le quitter du regard.

Volontairement, je découvrais à l'aide de mon autre main mon aile atrophiée vestige de ce qu'il me restait d'aile. « Et je présume que tu es fier d'avoir déplumé plus d'un hybride ? Malheureusement, vois-tu l'un de tes collègues n'a pas été assez efficace et je vis encore, c'est dommage hein ? Je ne sais pas ce qui est le plus risible en te voyant humain. Entre le fait que tu continues de faire le dur alors que ton corps tout entier te crier pitié ou de t'entendre essayer de me toucher avec tes paroles. Si les commentaires putrides et remplit de haine d'un vulgaire humain avait réussi à me mettre mal à l'aise, je ne serais pas un Revenger. Alors remballe donc tes vilenies pour d'autres, sur moi ça n'aura pas vraiment l'effet escompté. Enfin, je suis sûr que tu ne m'écoutes pas de toute façon. » D'un geste ample et sans vraiment prendre d'élan, je chassais ses jambes d'un coup sec avant de pousser sur son abdomen et de le faire voler contre les barreaux de sa cage de fortune. « Oh, j'ai oublié de dire que ce n'est pas parce que je ne te frapperais pas que tu ne recevrais pas un peu plus de douleur pour ce que tu me craches au visage. Je ne fais pas dans les traitements de faveur, surtout quand je vois ce que tu as fait à ce jeune hybride. Il n'est assigné qu'à la simple tâche de surveiller le défouloir que tu es pour mes confrères. Oui, je ne vais pas m'abaisser à te frapper encore et encore. De un, tu as des chances d'y prendre plaisir ce qui me débecte d'avance et puis quitte à me salir les mains, autant ne pas le faire avec toi. Malgré tout, j'admire ta détermination, on sent que tu veux sortir d'ici. Sauf que je suis là donc ça ne sera pas pour aujourd'hui. D'ailleurs, comme je ne compte pas te lâcher d'une semelle avant un long moment, qui es-tu vraiment, dis-moi ? » Sans lui porter un véritable intérêt, je savais qu'un peu d'attention avant le don de jouer sur les émotions humaines alors autant en profiter sans trop d'abus.

©️ 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Lun 16 Juil - 19:48

Tentative de fuite inespérée [Tyr]



Il le décevait ? Quel connard prétentieux. Il n’était pas une sorte de jouet pour eux, il ne vivait pas pour les satisfaire. Il ne leur devait rien. Rien du tout, et certainement pas la moindre satisfaction. Alors sa déception il pouvait bien la garder pour lui, car Kyuso n’en ferait rien du tout. Le brun bouillait intérieurement face à cet être immonde. Immonde de part sa nature, et immonde par sa présence, l’obstacle à sa liberté. Kyuso voulu lui cracher au visage tout ce qu’il pensait de lui, cracher toute sa haine et toute sa frustration, mais même ce simple plaisir lui fut enlevé. Il se sentit pris à la gorge. Automatiquement, il attrapa ce bras qui l’étouffait, plantant ses doigts dans son avant-bras avec le peu de force qu’il lui restait. Il ouvrit la bouche compulsivement à la recherche d’air. Mais il n’étouffait pas complètement. C’était une torture longue et douloureuse, qui ne lui offrait pas le plaisir de tomber dans l’inconscience.

Il ne comprenait que difficilement ce que lui racontait l’hybride, le sang tambourinait à ses oreilles. Des larmes de douleur perlèrent au coin de ses yeux sans jamais tomber. Pourtant il ne put s’empêcher de ressentir une certaine satisfaction en voyant l’allure de l’aile du demi-oiseau. Il espérait sincèrement que cela avait été douloureux. Et que ça l’était toujours. Il espérait qu’à chaque fois qu’il voyait cette blessure, il se souvenait de la souffrance et de l’humiliation qu’il avait subi, qu’il se rappelait quelle était la véritable place d’un hybride. Et même si cette pensée l’aidait à tenir, il ne trouva pas le courage pour laisser échapper un rire narquois et resta silencieux.

Brutalement propulsé contre les barreaux à la suite d’un coup en plein dans le diaphragme. Il resta un moment cloué au sol le souffle coupé, bataillant pour respirer. Sa vue était trouble autant par les larmes qui brouillaient sa vue suite à ce dernier coup que par les tâches noires qui semblaient danser devant lui. Ses poumons le brûlaient, mais petit à petit il parvint à retrouver sa respiration, profitant de la longue tirade de l’hybride pour se redonner contenance. Il n’était pas certain d’avoir saisi tout ce qu’il avait dit, privé d’air il avait prêté plus d’attention à la reprise de sa respiration plutôt que son écoute. Mais apparemment il n’avait pas aimé qu’il frappe un jeune hybride. Sérieusement, il avait ce type de considération alors qu’il n’hésitait pas à l’étrangler ? A le maintenir en vie ici-bas ?

« A quoi ça t’avancerait de savoir qui je suis ? »

Sa voix était rauque et une quinte de toux le prit après cette simple phrase. Il prit quelques secondes pour se calmer. Petit à petit, la douleur diminuait et sa respiration retrouvait un rythme normal.

« A croire que tu porterais un peu d’attention à un défouloir. » Un léger rire jaune lui échappa. « Plutôt que me tourner autour, tu ferais mieux de l’entraîner ton jeune hybride. » Il cracha ce dernier mot comme si c’était la pire des insultes. La colère monta en lui graduellement. « La prochaine fois je te jure que je l- »

-ui tordrait le cou. Kyuso se ravisa et préféra ne pas finir sa phrase. Non pas que l’hybride en face ait l’air de penser de lui qu’il était menaçant, mais faire une menace de mort à un petit protéger n’était pas forcément la chose la plus intelligente à faire. A vrai dire il n’était pas certain de vouloir mourir. Ou alors il préfèrerait se tuer lui-même plutôt que laisser une de ces anomalies de la nature prendre du plaisir à le faire. Le brun s’assit contre les barreaux et planta son regard dans celui de l’oiseau, enchaînant rapidement suite à sa dernière phrase.

« Mais si tu veux je te dis que je suis. » Il esquissa un sourire narquois. « En échange … Dis moi à quel point tu as souffert. »

Et en disant cette dernière phrase, il désigna du menton l’aile atrophiée. Oh oui, il aimerait tellement entendre cette histoire. Un frisson lui parcouru l’échine. Ses petite séances lui manquaient. Ces moments où il prenait soin d’un hybride.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Points : 585
Date d'inscription : 06/06/2018
Localisation : Non loin d'une tueuse redoutablement...belle ~
Des DCs? : Marty - Javier - Andrew - Maximilian - Travis - Samantha- Rob - Isamu
Revenger
Voir le profil de l'utilisateur




Tyr
Revenger
Mar 17 Juil - 16:28
<Tentative de fuite inespéréeIl était évident que ce défouloir qui servait à extérioriser chez certains confrères leur impuissance et leur rage inassouvie, ne se prenait pas pour n'importe qui. Même s'il n'avait sans doute aucune envie de partager un bout de son existence en ma compagnie, grand bien lui fasse d'ailleurs, il avait dû être du mauvais côté de la balance. Son regard empreint de haine, d'arrogance et de colère devait être une façon de me toucher, de me blesser tout autant que ses mots, même si ce n'était aucunement le cas. Après avoir perdu pendant si longtemps Athéna, mais aussi privé de ma précieusement aile, plus rien n'avait vraiment l'impact suffisant pour me faire déchanter. Je sentais dans l'assurance de l'humain un regain de force que j'allais volontairement briser dans son élan. Il était hors de question qu'il prenne assez de force pour tenter encore de s'enfuir. J'approchais avec mesure avant d'abattre drastiquement le pied sur sa jambe d'un geste sec dans un léger craquement sans le quitter du regard. Je laissais ma pièce tournoyait entre mes doigts avant de la rattraper en vol sans bouger de là, sachant pertinemment que même dans son état et aussi alerte qu'il pouvait être, il n'allait pas aller bien loin et faire autre chose que geindre comme il le faisait. Malgré tout, je reculais d'un pas pour jeter un œil au novice en lui intimant de la tête, d'aller se soigner et de revenir plus tard. Même si l'humain avait raison quant à l'entraînement de cet hybride, ce n'était pas de mon ressort. Je n'étais pas un instructeur et encore l'oiseau le plus pédagogue. Et quitte à apprendre des choses à quelqu'un, je préférais que ce soit à Athéna par exemple. Pour la forme, je revenais vers l'humain avant de le gifler durement. « Ce n'est pas mon hybride, au contraire de toi, je respecte les êtres vivants un minimum. Et satisfaire ton envie morbide et ta propre satisfaction ? Kyuso, il est loin le temps où tu braconnais. Maintenant, tu es devenu la proie et non plus le chasseur. Je ne te porte pas vraiment de l'intérêt, tu me sers actuellement à faire s'écouler quelques minutes voire heure si tu passes encore du temps à lancer en vain des phrases pour tenter d'être plus imbu, agressif et blessant que tu penses l'être. Actuellement, tu es surtout ridicule, fébrile, enfin un humain. »

J'attrapais de ma queue un des tabourets avant de le placer non loin de la cellule de Kyuso sans bouger une fois assis. Il ne devait pas vraiment s'attendre à ce que je devine son prénom alors qu'auparavant, je lui demandais de me dire qui il était. J'avais voulu être courtois, poli, mais cela n'entrait pas en compte dans le naturel de l'éclopé en face de moi. « Oh et ne jure pas trop, tu risquerais de le regretter. Tu ne vas tordre le cou de qui que ce soit dans ton état mon cher, tout au plus tu vas apeurer une mouche avec ton haleine fétide et encore. » Un sourire narquois me sciait le visage alors que je continuais de jouer avec ma pièce dans un geste large sans quitter des yeux cet idiot. Je savais que j'étais en train de m'abaisser à son niveau ce qui n'avait pas vraiment de grands intérêts, mais cela avait un côté amusant. Je me rendais même compte que pour l'une des premières fois de ma vie, j'avais conscience que si l'on me demandait d'abattre ce reliquat de braconnier, je n'aurais aucune hésitation à le faire. Peut-être poussé par toute l'arrogance qui se dégageait de lui ou le sentiment que le monde ne le pleurait aucunement. Après tout, personne n'avait l'air déterminé à le récupérer et tôt ou tard, si nous ne l'abandonnions pas dans un endroit tout aussi lugubre que cette cellule sans ressource, il mourrait de nos mains. Je n'étais pas pour prendre la vie des êtres vivants en général, mais si leur camp n'avait de scrupules de nous abattre, il n'y avait aucune raison d'avoir plus de clémence à leur égard. Je soufflais par les lèvres en faisant craquer ma nuque avant de poser mon menton contre mon autre main, légèrement avachi sur le tabouret à une distance raisonnable. Il avait su trouver la force d'ôter ses chaînes du mur et d'aller jusqu'au milieu du couloir en neutralisant mon jeune collègue. Il n'était pas question de le sous-estimer, aussi futile et fétide que pouvait être cet humain. Je remettais légèrement ma cape sur mon aile atrophiée ayant offert un spectacle, assez long et aucunement mérite à ce défouloir ambulant.

Plus je réfléchissais à bien des choses et plus je me rendais compte que l'être vivant face à moi et en sale état pouvait avoir bien des surnoms : Rebu, hypocrite, défouloir, loque, déchet, immondice, intrus, lâche, pitoyable homme, idiot, proie, ridicule, Kyuso. J'entendais le pas lourd et significatif de la seule personne capable de faire une telle chose, s'approcher. Il penchait la tête avant de s'approcher me rendant alors d'un coup bien plus ridicule que je n'aurais pu l'être sans pour autant que je n'y porte d'attention. Vouloir avoir l'air imposant auprès de Nikolaï revenait à souhaiter faire la taille d'une montagne, c'est-à-dire impossible. Il se raclait la gorge et sans même me demander quoi que ce soit, étant le chef, il attrapait Kyuso par le col avant de le claquer contre la paroi de la cage. « Tyr, s'il fait encore un truc de ce genre, je te donne la permission de le tuer sur-le-champ sans sommation, avant que ce soit moi qui le fasse. » Il grognait fortement en soufflant comme un bœuf par ses narines avant de relâcher l'humain et de repartir de son même pas lourd. Devant le visage du défouloir, je laissais un sourire perler sur mon visage. « Tu as fait les présentations avec notre chef, il semblerait. Autant te dire que tu vas vite préférer ma compagnie que la sienne, car si moi, j'ai un léger respect pour l'être vivant, lui te brisera os par os sans hésitation non sans pisser sur ton cadavre par la suite, mais vu qui tu es, ce ne serait que plus mérité encore. »

©️ 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mar 17 Juil - 20:53

Tentative de fuite inespérée [Tyr]



Le coup sur sa jambe s’accompagna d’un craquement sec. Le crie à moitié contenu de Kyuso filtra malgré ses dents serrées et résonna sur les murs. Couché par terre, il ramena sa jambe contre son torse, le visage fermé par la douleur. Ses mains tremblaient, probablement le doux mélange de la peur et de la douleur. Sa respiration était hachée. Il faisait ce qu’il pouvait pour oublier la douleur mais elle était trop forte. Ne voulant pas offrir à l’hybride le moindre gémissement de douleur, il se mordit la lèvre. Un mince filet de sang en coulant, mais il n’était pas à même de s’en rendre compte lui-même. Le léger bruit dû au mouvement de l’oiseau retînt son attention. Le brun leva la tête, pas très à même de se laisser surprendre par un nouveau coup de pied. Pourtant cette main puissante qui vînt s’écraser contre sa joue, il ne la vit pas avant que l’impact ne se fasse, l’envoyant à nouveau valser au sol.

Cette fois il le sentait, le goût du sang dans sa bouche. Il cracha aux pieds de l’hybride. Mais lui-même n’était pas certain que ce soit un signe de défi. A ce niveau-là, Kyuso n’était sûr de rien. Mais il avait besoin d’un peu de répit, alors il ne chercha pas à lancer la moindre provocation en réponse à ces deux derniers coup. La douleur qu’ils avaient provoquée était encore trop présente et tambourinait à ses temps. Impuissant, couché sur le dos et les yeux fixés au plafond, il se contenta d’écouter ce que cet être qui ne connaissait pas sa place avait à dire.

Il en apprit une bonne. Alors comme ça il respectait les êtes vivants ? Mais aux dernières nouvelles, Kyuso était encore vivant. C’était donc là tout le respect dont était capable cet hybride ? Le brun respectait les humains, il savait donc ce que ce mot signifiait, et visiblement il devrait l’enseignait à l’emplumé. Peut être que cela améliorerait ses conditions de vie. Emplumé qui connaissait son nom finalement. Ah ? Hé bien, il était devenu une véritable star dans le milieu. Kyuso rit intérieurement. Bon actuellement, il n’oserait pas dire ce genre de choses à voix haute, mais lui ça le faisait rire. Il s’autorisa un léger, très léger sourire. S’il ne voulait pas devenir complètement fou ici, il fallait s’entretenir. Et rien de mieux que l’humour pour cela.

Ah, visiblement l’hybride s’y mettait aussi ! Il osait dire qu’il était devenu la proie. La proie de quoi, de dégénérescences de la nature ? Très, très, très bonne blague. S’il en avait la force, Kyuso aurait applaudit. D’ailleurs l’oiseau fatiguait aussi, il avait besoin d’un tabouret à présent. Il ne tenait plus sur ses jambes, le pauvre petit. Et sans doute le sol était-il trop sale pour son altesse. Ah, comme son haleine visiblement. Cette dernière remarque lui donna à nouveau envie de rire. A vrai dire, Kyuso ne sentait plus grand-chose à présent. Kyuso tourna la tête et fixa son regard dans celui de l’hybride. Bon, visiblement, même s’il n’avait pas prononcé la fin de sa phrase, l’oiseau n’était pas trop stupide et avait pu deviner ce qu’il aimerait bien faire au plus jeune. Bah, après tout ce n’était pas un grand secret non plus. Cela le fit sourire. Le brun ouvrit la bouche pour lui répondre, mais un bruit sourd l’arrêta.

Quelqu’un venait visiblement. A mesure que le bruit se rapprochait, une silhouette se dessina. Un hybride. Immense. Kyuso n’avait jamais vu quelqu’un avec une carrure aussi impressionnante. Merde, c’était quoi ce monstre ? Le brun le vit s’avancer. Très près. Trop près. Son visage perdit toute couleur. Sans même qu’il ne comprenne ce qu’il se passait, il se sentit attrapé par le col, soulevé trop haut pour que ses pieds ne puissent toucher le sol, et sa tête se cogner contre les barreaux derrière lui. Sonné, tout se mit à tourner autour de lui. Il comprit vaguement de cette voix semblant sortir d’outre-tombe qu’il avait intérêt à faire gaffe s’il ne voulait pas crever là. La prise disparue, Kyuso retomba au sol. Il ne put retenir un crie de douleur en sentant sa jambe blessée toucher le sol. A nouveau étalé par terre, il fixa un point que seul lui semblait voir, essayant de remettre de l’ordre dans ses pensées. Merde, mais c’était qui ce monstre ?

L’oiseau lui apporta la réponse. Le chef ? Il secoua la tête. Forcément, plus une personne a l’air monstrueuse, plus elle doit avoir d’importance chez les hybrides. Haletant, Kyuso ne répondit pas immédiatement à la provocation. Enfin, après avoir réussi à se calmer un tant soit peu, il prit à nouveau la parole.

« J’imagine que si votre chef te connait, tu dois être un peu important, et occupé. Je … je ne ferais rien. Je te jure. »

Son visage était couvert par ses cheveux. L’air contrit, il continua.

« Alors, tu peux y aller. Tu dois avoir mieux à faire que t’occuper d’un humain fétide comme moi. » Il fit une pause, puis continua. « Laisse ta jeune recrue s'occuper de me garder. »

Il releva la tête. Plantant son regard dans les yeux de l’hybride. Un sourire narquois étira ses lèvres, et un rire lui échappa.

« J’en prendrai bien soin, promis. Après tout, il semblait arriver à supporter mon haleine. »

Il était à bout de force, à bout d’espoir. Tout cela commençait à le rendre fou. Il savait que ce qu’il faisait était complètement stupide, mais une part de lui ne pouvait s’en empêcher. Non pas qu’il comptait continuer comme cela longtemps, c’était probablement là la dernière fois qu’il faisait une remarque de ce type. Bientôt, il n’aurait plus la force de prononcer le moindre mot de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 40
Points : 585
Date d'inscription : 06/06/2018
Localisation : Non loin d'une tueuse redoutablement...belle ~
Des DCs? : Marty - Javier - Andrew - Maximilian - Travis - Samantha- Rob - Isamu
Revenger
Voir le profil de l'utilisateur




Tyr
Revenger
Mar 31 Juil - 17:18
<Tentative de fuite inespéréeLes minutes qui suivirent l'arrivée et le départ du chef avait toujours quelque chose d'onirique à vrai dire. Je n'étais pas un véritable nostalgique de ce genre de choses, mais tel un fauve, un roi de la jungle, il apparaissait toujours comme une providence. Étrange et brutale la providence, mais providence tout de même. J'aurais pu m'en sortir sans ce colosse de violence, mais il fallait avouer qu'il avait changé la donne en quelques secondes et m'avait offert la joie d'un peu de silence de la part du défouloir. Il était toujours narquois et arrogant ça ne faisait aucun doute, mais avec la douleur, il allait finir par se taire, heureusement. Du moins, c'est ce que je pensais. Le silence qui avait suivi les évènements me laissait le loisir d'entrevoir la souffrance que cachait l'humain. Sa respiration était aussi bien saccadée par la surprise mêlée de peur qu'il avait eu à cause de Nikolaï que par sa jambe et bientôt son crâne douloureux. Cela ne l'empêchait pourtant pas de reprendre un peu d'audace, me laissant espérer qu'il sache s'arrêter pour ne pas m'obliger à redevenir violent, ce que je ne supportais pas dans le fond. Ce n'était pas dans mes habitudes et mes méthodes d'user de coup pour arriver à mes fins, mais il fallait reconnaître que ce dernier ne semblait savoir réagir qu'à cela. Il n'avait pas été affecté le moins du monde par mes paroles, même si les siennes n'avaient pas plus eu d'impact sur moi à vrai dire. J'avais malheureusement laissé un peu trop de mon ego ressortir et rentrer dans son jeu. Cela de chercher et user de mes failles, de se sentir plus fort alors qu'il était en piteux état. Il jouait cartes sur table tout en étant démesurément idiot dans le fond de ses mots.

Il reprenait de scander des horreurs ou de quoi me déstabiliser comme depuis le début de notre rencontre, si j'osais appeler ça une rencontre, de trouver un immonde crétin humain, qui chute sur le sol, à mes pieds. Alors que cela, il imaginait, c'était surprenant. Non pas qu'un tel être soit doté d'une imagination, mais qu'entre ses piques et ses veines tentatives de faire le malin, il soit encore capable de réfléchir. Sans compter sa commotion cérébrale due à l'arrivée du chef. Preuve que les gens dénués d'intelligence avaient la tête dure. Je crois qu'à cet instant, si ma chère partenaire avait été là, en plus de l'avoir tué sur place, elle aurait sans doute jugé bon de lui rappeler qu'il valait mieux se taire dans une telle situation sauf s'il voulait périr sous ses lames. Ce que bien sûr, j'aurais laissé faire avec un profond et grand plaisir. J'avais en horreur ce genre de comportement et sans prendre un réel plaisir à voir quelqu'un, même humain mourir, j'aurais pu profiter du silence qui s'en serait suivi, un apaisement pour mes oreilles. Malheureusement, pour l'heure, Kyuso était encore et toujours en vie. Cela me poussait à revoir les éventualités, et même à penser à le faire se taire en lui enfonçant un pied du tabouret sur lequel je siégeais encore, dans sa gorge. Brusque et qui ne me ressemblait pas, mais sans doute fort satisfaisant. Bien évidemment, je ne prenais pas vraiment au sérieux ses paroles, du moins quand je prenais réellement le temps de l'écouter pendant mes réflexions. Je gardais un regard attentif pour lui laisser l'espoir que cela me touchait, ce qui n'était pas vraiment le cas. Il continuait de donner des ordres sous-entendu en faisant le paon devant moi sans savoir ce qui l'attendait. Le voilà qui revenait sur l'hybride sur lequel il avait eu le dessus. Il donnait vraiment envie de le laisser en tête ç tête avec Athéna pour voir ce qu'il en serait resté ensuite, de lui. Il n'aurait pas manqué à qui que ce soit, surtout s'il était abject avec tout ce qui pouvait vivre et entrer dans son espace vital.

Il avait planté son regard dans le mien et sans autre forme de procès, je finissais par me lever de mon tabouret en le repoussant de ma queue avec la même aisance que j'avais pu le faire venir sous mon fessier pour m'y asseoir. Je croisais les bras en continuant de défier son regard, triturant contre mon flanc, ma pièce fétiche. Je ricanais en l'écoutant un long moment, jugeant qu'il était temps. Tout cela ne mènerait à rien et de toute façon, il allait finir par mourir ici et ne plus s'échapper aussi facilement. Je comptais m'en assurer tout autant que laisser le plaisir à l'un des molosses préférés du chef, de le surveiller. Des molosses sur lesquels les techniques malicieuses n'avaient comme réponse que plus de violence. Une bonne raison de calmer ses ardeurs rapidement. Un soupir m'échappait et en fermant les doigts autour de ma pièce, je laissais ma jambe partir avant d'écraser ma voûte plantaire sur son visage afin de lui écraser le visage contre les barreaux d'un geste sec et bref, mais suffisant pour envenimer son traumatisme crânien passé.« Tu jures encore, un vrai déchet. Enfin, adieu. Je ne comptais pas m'éterniser ici de toute façon, mais avant que je parte. » J'appuyais sur sa blessure à la jambe fermement en laissant un autre craquement fendre le silence revenu avant d'enfoncer à nouveau mon pouce et mon index dans sa trachée puis de reculer et de repartir en le laissant dans cet état, claquant volontairement la grille de sa cellule devant lui, l'enfermant à nouveau, cette fois-ci suffisamment pour qu'il n'ait même pas la force d'en pousser la porte. Je lui offrais la pire des sentences, celle de ne pas réagir à ses provocations, car, son plus grand point faible, c'est qu'il cherchait l'attention, ce qu'il n'avait pas eu autant qu'il l'aurait voulu. Je refermais également la porte de fer qui menait au reste de la maison avant de charger un des molosses d'en garder cette dernière contre mes artifices aux cartes. De quoi rendre un colosse, plus efficace.

HRP:
 
©️ 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Utsukushi Neko Sekai :: Hors RP :: Corbeille-
Sauter vers: