AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Deux oiseaux vengeurs dans la nuit - Feat Athéna
Utsukushi Neko Sekai
Hellow! ♪ <br> Tu n'es pas connecté? c'est peu être que tu n'es pas encore inscrit alors... Magne toi de le faire! Non, je blague, on ne veut pas te forcer la main, mais n'hésite pas à nous rejoindre. <br> Et si tu es déjà inscrit, connecte-toi pour voir tes messages privés et répondre à tes RPs, ce serait sympa! ♥️


[RP Neko/Maitre ;; Min. 200 mots ;; H/Ya/Yu autorisé (avec modération ♥)]
 

 :: Cité souterraine :: Habitations délaissées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Deux oiseaux vengeurs dans la nuit - Feat Athéna

avatar
Messages : 36
Points : 153
Date d'inscription : 06/06/2018
Localisation : Non loin d'une tueuse redoutablement...belle ~
Des DCs? : Marty - Javier - Andrew - Maximilian - Travis - Samantha- Rob - Isamu
Revenger
Voir le profil de l'utilisateur




Tyr
Revenger
Jeu 21 Juin - 11:40
<Deux oiseaux vengeurs dans la nuit.La nuit était tombée si vite aujourd'hui, assez pour me surprendre alors que je revenais de la ville, il y a peu avec quelque information. Rien de bien significatif et rien qui allait révolutionner la cause des Revenger. Je ne me sentais pas de le dire ainsi à notre chef alors je soufflais la chose à son épouse. Je savais l'affinité qu'elle avait à mon égard, et même si cela n'était aucunement réciproque, je préférais ne rien laisser paraître. Depuis la disparition d'Athéna, il y a de cela tant d'année, je m'étais promis de n'avoir qu'elle dans le cœur. Et cela avait été le cas durant tout ce temps à la chercher à vouloir qu'elle soit encore en vie. C'était le cas, et même si ma modeste personne ne l'avouait pas tout haut, j'étais heureux de la retrouver autant que j'étais triste qu'elle m'ait oublié. Il lui arrivait de parler de moi par le biais de souvenir de son meilleur ami, sans savoir qu'il s'agissait du saltimbanque doré devant elle. Je me disais que le temps aiderait peut-être à ce qu'elle retrouve ses souvenirs en ma compagnie, mais au final, je n'en avais aucunement sûreté. Une fois le message passé sans ignorer le sourire que me lançait cette femme, je m'inclinais prestement pour rejoindre ma chambre en passant devant celle d'Athéna. Je savais que j'avais volontairement jeté un froid sur les tentatives de l'épouse de notre chef, mais c'était volontaire. J'avais autant mes raisons de repousser l'hybride et supérieure à moi qu'elle était qu'Athéna de repousser ses prétendants illégitimes. Il n'y avait qu'un homme qui méritait son cœur, son regard autant que ses rires et ses pleurs, c'était moi. Je me revoyais aussi bien dans le village à jouer à chat avec elle que lors de son arrivée au QG, en sortant les griffes et en affirmant était le seul qui l'approcherait. Depuis lors, cela avait bien changé, même si c'était en vain pour beaucoup. La glace, la vengeance et la violence avaient remplacé une part de la douceur et de la tendresse amoureuse d'Athéna. Pourtant, je ne comptais pas lâcher prise, bien au contraire, car je savais que sous le froid, se cachait encore un peu de chaleur.

Je patientais dans ma chambre, allongé sur le lit, ma pièce fétiche dans la main tout en fredonnant un air quant un hybride massif vain taper à ma porte. Il n'y avait que peu d'entre nous à oser entrer dans ma chambre à vrai dire, mais celui-ci n'était pas n'importe qui. Je me levais bien vite de mon lit et m'inclinais poliment avant de le fixer. « Chef un problème ? » « Non Tyr au contraire, j'ai reçu tes informations, ça nous sera plus précieux que tu ne le penses. Par contre, tu vas devoir retourner en ville, j'ai une petite mission pour toi et ta comparse a plume, Athéna. » « Vous lui avez demandé son avis ? Elle ne sera pas enchantée de sortir de la sorte vous savez. » « Oui, mais comme je suis le chef, je décide, donc si je dis que tu sors avec elle pour me récupérer des documents elle acceptera sans broncher. » « J'en doute, mais les ordres sont les ordres chef. Je m'en vais la prévenir si j'étais vous, je décamperais. Sur ce, à plus tard. » J'avais légèrement chassé celui qui avait le rôle de chef pour nous tous comme s'il s'agissait d'un simple enfant, mais j'avais encore une fois mes raisons. Plus d'un signe de mon passé régnait sur les murs de ma chambre et il était hors de question qu'il tente de fouiller dans ce dernier pour en apprendre sur moi. Nous avions tous nos secrets et moi plus que quiconque préférait que cela reste ainsi. En fait, je n'avais pas vraiment tenté d'en savoir plus sur ceux que je côtoyais, mais simplement savoir leur faille. Je savais que les plus forts essayeraient un jour, comme dans une meute d'évincer les plus faibles par la force. Alors, j'avais observé leur fait et geste pour en apprendre plus sans recourir à autre chose que mes yeux. Une blessure au genou, une crampe régulière sur l'épaule, un tic à l'œil. Tant de choses qui avait l'aspect d'un détail pour beaucoup, mais bien plus d'un moyen de pression pour moi.

Une fois le chef parti, je quittais bien vite mon lit. Dans un léger boitillement habilement dissimulé par ma personne, je prenais le chemin de la chambre de ma partenaire et amour caché. Elle ignorait que ce souci à ma jambe résultait d'un sauvetage maladroit de ma part sur elle. J'avais préféré mettre en péril ma propre démarche plutôt que sa vie. Je l'aimais et elle passait avant tout, même moi. Une fois face à la porte, je toquais rapidement. Je croisais les bras en redressant ma jambe bien vite quand elle ouvrait la porte en me fixant d'un clignement d'œil. « Bonsoir ma chère Athéna. Je suis désolé de te déranger dans ce que tu fais, mais on va devoir partir en mission toi et moi. Ordre du chef et comme tu le sais, ce n'est jamais un choix, mais une obligation. » Je la fixais légèrement de haut en bas avant de sourire. « Je file dans le hall, ça te laissera le temps de te changer. Je te raconterais ce que consiste notre mission sur le chemin. On a le temps, il semble que cela se passe dans le centre-ville. » J'inclinais légèrement la tête en lui faisant un autre sourire avant de filer en rabattant ma cape sur moi, tel un Dracula de pacotille. Je ne savais pas faire autrement que me donner en spectacle, car la vie en était un géant et souvent dramatique. Il fallait jouer de ses tours et atours pour mieux faire sa propre représentation. En tout cas, si je voulais mener à bien cette mission, ce serait en tandem de toujours que cela se passerait. En espérant qu'Athéna et moi sachions encore accorder nos violons ensemble, ce qui ne serait pas un problème, au contraire. Dans le repaire des Revenger, s'il y avait bien un duo terrible et efficace c'était bien le nôtre, par-dessus tout. Une fois dans le hall, il ne me restait plus qu'à l'attendre bien, non sans jouer avec cette pièce qui ne m'avait jamais quitté. D'ailleurs, si elle avait su rester à mes côtés depuis tout ce temps, c'était bien la preuve de ma minutie et ma précaution a la cacher. Comme bien souvent, c'était dans un geste bref, en attrapant au vol ma pièce avant qu'elle ne touche ma main, qu'Athéna se faisait connaître. Je levais un œil vers elle dans un bref sourire malicieux. « Tu ne peux pas simplement te racler la gorge ou me tapoter l'épaule ? Tu sais que je t'ai entendu arriver depuis le bout du couloir. Enfin, rends moi ma pièce et allons-y partenaire, cette nuit sera sans doute longue et compliquée, mais bon on est ensemble après tout, non ? »

©️ 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Points : 149
Date d'inscription : 06/06/2018
Localisation : Dans ton c... Coffre.
Des DCs? : Diana/ Hime/ Ayano/ Mégara/ Lavande/ Roxanne/ Yamiko
Revenger
Voir le profil de l'utilisateur




Athéna
Revenger
Jeu 28 Juin - 20:56

Deux oiseaux vengeurs dans la nuit

Je rentrais dans le QG, pas vraiment de bonne humeur, claquant la porte dans la tête d’un de mes ‘camarades’. Je le regardais de travers, histoire de lui faire comprendre que c’était pas le moment de me faire chier. Puis merde, j’étais pas censée savoir qu’il était derrière, moi. Je filais dans ma chambre, attrapant de quoi me changer. Pourquoi ? Et bien simplement parce qu’un putain groupe d’humains à décider de maltraiter deux hybrides devant ma tronche. Et comme j’apprécie pas trop, on va dire que j’ai ressenti un fort besoin de les ‘punir’. Oh non, je les ai pas tués, juste péter le nez ainsi que quelques membres avant de les laisser moisir dans une ruelle. Ils se débrouilleront très bien pour appeler une ambulance eux-mêmes. C’est beaucoup plus facile que de frapper des hybrides, donc je suis sûre qu’ils ont toutes les compétences requises pour chopper leur portable et composer un numéro. Avisant le sang sur mes mains, je décidais d’aller prendre une douche rapide et me dirigeais donc vers la seconde maison du QG, ignorant comme je savais le faire mon ‘collègue’. Qui avait commencé un monologue, ce qui arrive assez souvent lorsqu’on tentait d’avoir une conversation avec moi. Je passais par ma chambre pour prendre des vêtements lorsque je remarquais qu’il était assez tard pour prendre une douche. Je me contentais donc d’aller me laver les mains et me débarbouiller le visage avant de retourner dans ma chambre, fermant à clef avant de me changer. Ma robe de mission était certes, assez discrète pour la ville, mais ici j’essayais de paraitre un minimum normal, troquant cet habit par des shorts, des jupes parfois… De toute façon, rares étaient les personnes qui me voyait dans ses tenues, je ne sortais jamais de ma chambre une fois changée. Enfin bref, je troquais ma robe pour un short blanc et un débardeur noir, avant de m’asseoir en tailleur dans mon lit, un bouquin piqué dans une librairie dans les mains. Je sais spas trop pourquoi, mais à force de passer certaines journée enfermée ici, on va dire que la lecture me servais de passe-temps, alors qu’avant je m’en foutais un peu. Bon, en même temps je ne sortais plus trop pour m’entrainer sinon j’avais toujours quelqu’un qui voulais venir avec moi, et pour l’instant, le seul que j’étais en mesure d’accepter en partenaire d’entrainement, c’était Tyr. Ironique quand on sait que c’est mon partenaire de mission.

J’étais plongée dans les pages de mon livre, lorsqu’une personne frappa à ma porte. Je fronçais les sourcils, me demandant pourquoi on venait me déranger aussi tardivement. Je soupirais en me levant, gardant le livre dans les mains, bien décidée à le lancer à la figure de la personne qui avait osée me déranger quelques heures avant de dormir. Déverrouillant la porte avant de l’ouvrir, un air blasé sur le visage, il se transforme en surprise, intérieurement, quand je vois Tyr qui me regarde en souriant. Enfin, d’habitude il ne venait que rarement taper à ma porte sauf… Ah, sauf en cas de mission, super… Pas que je rechigne à aller bosser, juste que c’était mon jour de repos aujourd’hui quoi… Je soupirais au fond de mon âme lorsqu’il confirma mon hypothèse. Je jurais de faire payer le chef à ma manière quand je reviendrais. Pas que je le respectais pas, il sait que j’ai une manière spéciale de montrer a quelqu’un que je l’estime, mais il sait également que j’aime pas être prise par surprise. Je me retenais de cacher les quelques cicatrices que mon short laisser voir, lorsque Tyr me regarda, faisant comme si je m’en foutais totalement. Je ronchonnais un peu lorsqu’il m’annonça que c’était en centre-ville. J’adore aller à la surface, mais généralement cela voulait dire qu’on allait devoir rentrer dans un endroit interdit pour les hybrides, et donc peut-être devoir fouiller des dizaines de bureaux avant de trouver les documents voulus. J’eu à peine le temps de lui lancer un ‘j’arrive’ qu’il était déjà partit, sifflotant joyeusement jusqu’à l’entrée, non sans se donner en spectacle comme s’il était un certain professeur de potion dans le livre que je lisais actuellement. Je refermais ma porte avant de poser le livre sur mon lit, non sans avoir mis un marque page. Enfin, si on considérait l’emballage de bonbon que m’avais donné Tyr un jour, comme un marque page. Je me changeais, me retrouvant encore dans ma robe, avant d’enfiler les rubans autour de mes pates et de mettre ma cape, sans mettre la capuche sur ma tête, trop chaud en cette saison. Je détachais mes cheveux, enlevais la tresse que je m’étais faite ce matin avant d’attraper ma broche et de sortir de ma chambre en fermant à clef. Clef que je mettais dans le petit sac accroché à ma ceinture à dagues. J’étais en train de fixer ma broche à ma cape lorsque j’aperçu Tyr jouer avec son éternelle pièce. Je l’attrapais d’un geste vif et ferme, un sourire taquin au visage qui s’agrandi à la phrase de mon collègue.

-Voyons, ce ne serais pas drôle si je me raclais la gorge. Après tout, c’est toujours marrant de voir ta tête quand j’attrape cette pièce !

Je la faisais rouler entre mes doigts en souriant quelques secondes avant de la lui poser dans la main et de me tourner vers la porte. J’attachais mes cheveux, comme toujours en queue basse sur le côté, mais toujours sans mettre ma capuche. De toute façon dans le noir, pas besoin de cacher mon visage. Je soupirais en ouvrant la porte, sentant le froid du soir faire frissonner le bout de mes oreilles. Je sortais calmement, vérifiant que ma broche était bien fixée, que mes dagues étaient toutes là et que mes rubans n’allais pas se faire la malle ou laisser entrevoir une de mes cicatrices. Une fois tout cela fait, je me tournais vers Tyr, lui faisant signe qu’on pouvait y aller avant de me mettre à marcher doucement mais fermement, les sens déjà aux aguets. Hm, reflexe de Soldier, de toujours se méfier en toute circonstance. Mais cela pouvait sauver la vie, donc je n’allais pas m’en plaindre.

-Alors, Part’naire, c’est quoi cette mission ? Un enlèvement, une recherche de documents ? Vue qu’en ce moment c’est assez calme, ça m’étonnerais que ce soit une demande d’assassinat mais bon, ça m’étonnerais pas vue le chef et son humeur massacrante… Oh, d’ailleurs, comment était ta mission info aujourd’hui ? Te connaissant tu as du la réussir haut la main.  

Je disais cela sans ironie, sans une note de méchanceté. Il fallait bien admettre que Tyr récoltais des infos là où d’autre aurais surement échoué, et je savais reconnaitre un talent lorsque j’en voyais un. Un peu comme le fait que notre chef pouvait casser une buche en deux avec ses mains. Parfois il m’arrivait de me demander s’il avait déjà essayer de faire pareil avec la tête de quelqu’un… Un jour je lui demanderais tiens !

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Athéna parle en #663399 ,sa fiche est ici et sa musique c'est cette merveille.
Rps dispos : 2/2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Points : 153
Date d'inscription : 06/06/2018
Localisation : Non loin d'une tueuse redoutablement...belle ~
Des DCs? : Marty - Javier - Andrew - Maximilian - Travis - Samantha- Rob - Isamu
Revenger
Voir le profil de l'utilisateur




Tyr
Revenger
Jeu 12 Juil - 22:21
<Deux oiseaux vengeurs dans la nuit.Une fois ma pièce récupérée des mains de ma charmante Athéna, il était effectivement d'y aller. Sans pour autant être pressé, notre mission n'allait pas se faire sans nous. Le duo de choc reprenait déjà du service après peu de jour de pause. À vrai dire, il était rare que nous soufflions Athéna et moi, plus de deux jours. En un sens, cela nous faisait prendre l'air, mais d'un autre côté nous avions si peu de répit. Je ne savais pas si elle avait pu avancer véritablement la lecture de son livre quant à moi, c'était à peine si j'avais pu me confectionner une aile de secours. Je savais que je ne voletais plus comme j'en étais capable, mais digne d'un toothless, j'essayais de compenser avec mon ingéniosité. Comme toujours, j'assistais aux vérifications d'Athéna sur sa propre personne en silence sans faire le moindre commentaire. Je crois que si j'en avais fait un il aurait eu un rapport avec la beauté de ma partenaire et amour d'enfance retrouvée. Je laissais un fin soupir m'échapper en marchant près d'elle, après avoir à mon tour inspecté ma jambe discrètement pendant qu'Athéna ne regardait pas puis ma cape et enfin mes armes. Même si je n'étais pas la lame tueuse de notre duo, j'avais moi aussi de quoi tuer malgré tout. Vivre avec des assassins demandait d'avoir tout de même le même mode de vie alors je faisais avec. Je n'avais pas de cadavre sur mon tableau de chasse, mais de toute façon, je n'avais plus rien à prouver. Je recommençais bien vite de jouer avec ma pièce fétiche tout en suivant Athéna en dehors du QG tout en restant attentif à ses paroles. Il est vrai que je n'avais pas encore parlé de notre mission et que je n'avais pas non plus raconté ce qu'avait donné ma dernière preuve d'efficacité auprès des autres. J'avais été rapidement considéré comme un faible auprès des autres Revengers. Je ne tuais pas même de sang-froid donc je n'étais pas un des leurs d'après plusieurs d'entre eux. Heureusement, Nikolaï avait eu la justesse d'esprit, rare chez lui d'ailleurs, de propos à l'un de mes détracteurs de m'affronter. Ce qui avait abouti avec ma propre personne le pied sur mon adversaire.

En retenant un rire quant à la posture qu'avait pris l'homme, je reprenais ma concentration et reposais mes yeux sur Athéna avant de passer pour quelqu'un qui ne l'avait pas écouté un seul instant, ce qui était faux bien sûr. Au contraire, j'étais capable de l'écouter des heures durant sans me lasser un seul instant, les yeux dans les siens. L'amour pour elle jouait un rôle majeur dans mon attention envers Athéna, mais je devais aussi avouer que la passion qu'elle savait instiller dans ses paroles était aussi une bonne raison de l'écouter. Je me grattais le menton sagement avant de pencher le visage. « Alors, pour ce qui est de notre mission, le chef a demandé explicitement que nous allions récupérer des documents chez un hunter. C'est une mission dangereuse, donc on demande ça au meilleur duo des Revengers. » Je faisais mine de m'épousseter les épaules avec un air amusant de reprendre mon sérieux. « De ce que je sais sur lui, il ne quitte sa maison que pendant deux heures en semaine, tous les jours. Heures fixes bien sûr, tu t'en doutes. Donc nous allons devoir nous infiltrer chez lui. Je ne sais pas le nombre d'hommes qui sont à son commandement donc on va devoir aller en terrain inconnu prêt à toutes les éventualités. Ça ne me plaît pas plus qu'à toi Athéna, mais je crois que nous allons faire ça en aveugle cette fois. » Je laissais une légère grimace me fendre le visage avant d'avancer en serrant ma pièce, signe que tout ça ne me plaisait aucunement. Je me demandais si notre chef avait conscience que nous allions dans un véritable brouillard sans avoir l'assurance de trouver les dits documents ou encore d'en revenir vivant. On n'attaquait pas un bastion imprenable avec un bâton et simplement son courage. C'était du suicide, mais comme toujours nous n'avions pas le choix. Comme pour chasser mes mauvaises pensées, je répondais à la précédente question d'Athéna. « Ma mission sinon, c'est très bien passé effectivement, même si je finis par me lasser de devoir faire le Don Juan à tout-va. Je vais finir par avoir de ridicules rumeurs sur moi fondé sur des suppositions totalement idiotes. Sincèrement, si cela n'apportait pas des informations cruciales pour notre cause, cela fait longtemps que j'aurais refusé ces missions. Excuse-moi Athéna, juste que j'ai l'impression de passer pour un coureur de jupon alors qu'il n'en est rien et le fait que notre mission actuelle semble du suicide ne fait que renforcer mon mécontentement. »

Je fronçais les sourcils avant de sortir mes dagues dans un geste qui avait tout d'un regret catégorique de devoir en arriver là. Athéna savait très bien les raisons qui me poussaient à éviter d'en venir à cette extrémité, mais pour le coup, je crois que je n'avais pas le choix. Je les faisais tourner entre mes mains avec dextérité sans lâcher des yeux notre objectif encore loin de nous, bien sûr. Je finissais par me pencher, épaule vers Athéna. « On va passer par les toits partenaires, ça nous évitera déjà d'aller directement à la confrontation. Et qui sait, avec notre chance, nous aurons de quoi entrevoir un peu plus le nombre d'hommes éventuel vers le lieu de notre cible. Et si nous devons en arriver là, nous les tuerons pour récupérer ce qu'il nous faut. Oui, tu ne rêves pas, Athéna, j'ai bien parlé de tuer, de mon propre chef. Je sais que cela ne va pas me plaire, mais je dois reconnaître que si c'est une guerre dans laquelle nous sommes embarqués toi et moi, malgré nous, pour des objectifs communs, il faut user des armes. De toute façon, ils ne nous feront aucun cadeau si l'on se fait repérer alors quitte à mourir un jour, je préfère que ce soit arme à la main et non à la ceinture. Je ne suis pas des plus courageux, mais la cause et toi en valent le coup. Bref, tu prends élan sur mon épaule avant que je n'attrape une crampe ? » Je lui avais fait un tendre sourire tout en usant de l'humour vague de mes derniers mots pour cacher l'aveu que j'avais lancé en même temps. Je ne savais pas si elle l'avait compris de la bonne façon ni si cela allait la marquer, en tout cas, j'attendais qu'elle prenne appui sur moi pour la propulser sur le toit et la rejoindre bien vite.

©️ 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Utsukushi Neko Sekai :: Cité souterraine :: Habitations délaissées-
Sauter vers: