Utsukushi Neko Sekai
Hellow! ♪ <br> Tu n'es pas connecté? c'est peu être que tu n'es pas encore inscrit alors... Magne toi de le faire! Non, je blague, on ne veut pas te forcer la main, mais n'hésite pas à nous rejoindre. <br> Et si tu es déjà inscrit, connecte-toi pour voir tes messages privés et répondre à tes RPs, ce serait sympa! ♥️


[RP Neko/Maitre ;; Min. 200 mots ;; H/Ya/Yu autorisé (avec modération ♥)]
 

 :: Gestion des personnages :: Présentations :: Hybrides validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

J'avais des idées de titre mais je fais comme mon crew

avatar





Invité
Invité
Mer 9 Mai - 20:07


Naíche

Ma présentation


▬ Nom :: /
▬ Prénom(s) :: Naíche
▬ Surnom(s) :: Otaktay
▬ Age :: 23
▬ Sexe ::
▬ Orientation sexuelle :: Hétéro

▬ Classe :: hybride rebelle
▬ Sous-classe :: Revenger
▬ Espèce :: (Si hybride) bambou

▬ Nationalité :: un vieux village caché des humains
▬ Métier :: tueur d'humains
▬ Niveau de vie :: j'suis une plante alors ça va mais sinon j'vis dans une ruine
▬ Situation amoureuse :: célibataire
▬ Autre particularité? :: quand tu coupes mon bras il repousse

▬ Mon avatar... :: Liu de Suikoden Tierkreis
▬ Prénom/Pseudo/... :: Gordyon
▬ Premier compte ou DC? :: premier compte

▬ Comment es-tu arrivé là? :: trainé par ma meuf
▬ Ton niveau de RP :: IT'S OVER 9000
▬ Ta présence :: régulière

▬ D'autres révélations? :: *arrache sa moustache* Je ne suis pas votre oncle!

▬ Code du règlement ::

▬ Description physique ::

En le voyant, on n’imagine pas que Naíche se trouve petit. Un mètre quatre-vingt-quinze, c’est pourtant dans la moyenne basse, dans sa tribu d’origine. Malgré sa taille, le jeune homme est fin – oui, comme un bambou, oui. Ses cheveux sont verts, comme tous ceux de son espèce, les siens étant plutôt clairs. Il les porte assez courts – lorsqu’il trouve le temps de les couper – pour les empêcher de partir dans absolument tous les sens à la façon des frondaisons. Pourtant, pas un poil de barbe ne lui pousse, comme chez tous les autres hommes de sa tribu. Ses yeux effilés sont également verts, virant vers le gris selon la lumière.

Afin de rester au top de ses capacités, Naíche s’entraine tous les jours, et ça se voit. Musclé de la tête aux pieds – pas un bodybuilder non plus, après tout c’est un bambou, et les bambous, ce n’est pas très large – le jeune homme est plutôt attirant. Ses mouvements sont fluides et presque sans bruits, lui donnant un genre de grâce féline lorsqu’il se déplace. Pourtant, sa présence reste quand même forte, car lorsqu’il décide de se faire remarquer, il est difficile de passer à côté de lui sans le remarquer. Ce n’est pas simplement sa taille : c’est son aura qui le rend incontournable.

La plupart du temps, Naíche porte une tenue traditionnelle de sa tribu, qu’il trouve plus confortable que les vêtements des humains – qu’il préfère éviter de porter, par principe. Au quotidien, il porte donc un pantalon gris, mais est presque torse nu. Un harnais de cuir retient sa longue cape violette qui flotte doucement au rythme du vent. Ses bras ne sont généralement pas couverts, mais il lui arrive d’enfiler une pièce d’armure en bois sur son bras gauche lorsqu’il risque d’avoir à se battre. Pour retenir ses cheveux, il porte systématiquement un bandeau assorti à sa cape.

Il cache ses armes – des couteaux de lancers et une dague de chasse – dans le bas de son dos, sous sa cape, pour ne pas être repéré par les chasseurs qui parcourent la ville.

Si vous voulez en savoir plus, et bien, j’ai une image de profil juste là, à gauche !

▬ Caractère ::

Ce qui est important de comprendre avec Naíche, c’est qu’il est assez bipolaire. Bipolaire dans le sens où il a deux caractères, très  opposés, qui apparaissent selon la situation. Pour faire simple, on peut dire qu’il est soit très chaud, soit très froid.

La partie de lui qui sera le plus souvent visible aux hybrides, c’est le masque qu’il a enfilé pendant toute son adolescence, si longtemps qu’il a fini par se fondre en lui. Lorsqu’il est ainsi, Naíche est quelqu’un d’extrêmement sympathique. Souriant, amical, ouvert, il est le parfait camarade de soirée, s’il faut mettre l’ambiance. Très extraverti, il peut parler pendant des heures de n’importe quel sujet, avec n’importe qui. Amusant tout en restant poli, il plait autant en gens de son âge qu’aux plus vieux. En bref, on dirait vraiment quelqu’un de parfait, à qui la vie a véritablement souri.

Tant qu’il est ainsi, Naíche sera prêt à tout pour vous aider, il sera à l’écoute, très intéressé. Mais ce n’est pas qui il est vraiment, et en un instant, son mental peut craquer. Toute émotion disparait de son visage, il devient sourd à son entourage, il entre dans une concentration extrême.

Seule une rage froide brûle dans ses yeux. Il devient Otaktay, celui qui tue. Il est alors prêt à massacrer des humains par dizaines sans cligner des yeux. Il ne fait plus aucun mouvement inutile, bouge sans bruits, parle le moins possible – s’il parle – et agit sans détour.
Lorsqu’il voit un humain maltraiter un hybride, un hybride entièrement soumis à l’humanité, ou simplement que l’une de ses cibles entre dans son champ de vision, Naíche met toutes les chances de son côté pour remettre les choses en ordre. Dans ces cas-là, il a des tendances sociopathes, et ne s’attarde plus sur ce que l’on peut penser de lui, ni même sur ce que les autres peuvent ressentir. Sa mission passe avant tout – tuer passe  avant tout.
Pour retrouver son calme et son « masque », il lui faut entrer dans un état méditatif en se concentrant sur sa respiration, dans le silence. Généralement, il ne se force à effectuer cet exercice que lorsque les corps sont tombés au sol, et qu’il les y a enterrés. Enfin, s’il prend même la peine de les cacher, plutôt que de les afficher sur la place publique…

Autant dire que Naíche n’a pas beaucoup d’amis. En même temps, il ne prend pas vraiment le temps de s’en faire : jusqu’ici, ses cinq années de vie dans les Bas-Quartiers de Nekai se sont grandement focalisées sur la traque d’humains violents. Et ça continue encore, d’ailleurs !
Dans son temps libre, il passe énormément de temps à s’entrainer sur le toit de l’immeuble en ruines dans lequel il a élu domicile. Après tout, pour lui, impossible de vivre en souterrains comme les autres rebelles : la moitié de son régime alimentaire est composé de rayons de soleil. Il est donc obligé de rester dehors pour se nourrir, voire se soigner. Pas rare de le trouver nu ou presque en train de faire sa photosynthèse – pas de bronzage, donc, tout est digéré.

Son activité principale est de se promener en ville en se fondant plus ou moins parmi les humains – ce qui le dégoute au plus haut point – jusqu’à trouver sa prochaine cible. Dès lors, il va récolter des informations et la traquer, pour trouver l’occasion parfaite de faire couler son sang. Enfin, il lui arrive aussi de simplement suivre les humains jusqu’à ce qu’ils passent dans une ruelle assez sombre et discrète pour faire ce qu’il a à faire.

Avec cette grande absence d’empathie, pas étonnant que Naíche soit incapable de ressentir de véritable amour. Il peut apprécier les gens, mais si on lui annonce qu’un de ses « amis » est mort, il ne va pas pleurer. Simplement se dire que, bon, c’est dommage. Ce qui n’empêche pas qu’il peut être un excellent ami, tant que ça ne vous pose pas trop problème de ne pas lui parler pendant quelques mois et de reprendre votre relation là où vous l’avez laissé.
Qu’en est-il du sexe, alors ? On pourrait croire que ça ne l’intéresse pas ! Mais, au contraire, il aime vraiment s’amuser, et pour le coup, il voit ça exactement comme ça : un moment d’amusement. Juste quelque chose de brut, sans émotions. Du fun à l’état pur. Une fois au lit (ou ailleurs), il a tendance à prendre les devants et à ne pas se laisser faire. C’est sûrement une conséquence de sa volonté de sauver le monde et de contrôler son corps, quoi qu’il en soit, c’est un véritable dominant, peu importe avec qui il couche. Bien entendu, il ne coucherait jamais avec un humain, pour lui, ce serait une véritable insulte aux divinités.

Parlons-en, d’ailleurs, des dieux. Naíche est persuadé d’être un élu, envoyé pour sauver les hybrides du joug des humains. Pour lui, tuer ces gens n’est pas quelque chose de mauvais ou que l’on devrait regretter, puisque les dieux eux-mêmes l’y invitent. Ce n’est pas comme s’il avait eu une vision ou quoi que ce soit ; il a simplement déduit qu’il devait être celui qui libérerait les hybrides, puisque personne d’autre ne semblait prendre leur situation au sérieux.
Naíche considère les humains sont des êtres inférieurs. Il se sent extrêmement supérieur à eux, et leur voue une véritable haine. Après tout, toute sa tribu est terrifiée à l’idée même de croiser un humain, et lui a su en tuer des dizaines et des dizaines. Comment des êtres aussi monstrueux peuvent être aussi faibles ? Ils ne méritent pas leur place dans leur société. Et puisqu’ils y semblent aussi accrochés, Otaktay se fait un plaisir de les en destituer par la force.

Par principe, le jeune homme choisit de ne pas utiliser d’armes humaines : aucune arme à feu, donc. Il se bat à coup de couteaux de lancer lorsqu’il en a l’occasion, et sinon utilise sa dague de chasse. Il n’a pas peur de prendre des coups, ou même de se faire couper en morceaux : lorsqu’il se bat, il donne tout ce qu’il a. Tant que sa blessure n’est pas fatale, il a de très grandes chances de s’en sortir indemne après quelques semaines. C’est une plante, après tout : tout repousse si on lui donne le temps. Bras coupé, mâchoires brisées ? Pas de problèmes. Les bambous peuvent pousser d’un mètre par jour : en deux semaines, au maximum, Naíche est à nouveau lui-même. Sa résistance lui sert beaucoup, puisqu’il est déjà difficile de briser ses os, plus solides que ceux des humains.

▬ Histoire ::

« Maman, pourquoi on peut pas sortir du village ?
- Parce que dehors, il y a les humains, mon chéri. »

Pendant toute son enfance, Naíche a entendu ce refrain, à chaque fois qu’il tentait de s’enfoncer dans l’impénétrable forêt de bambous entourant le village de Noslaw. Seule la tribu des hybrides bambou connaissait l’existence de cet endroit, qu’ils protégeaient de tous les envahisseurs possibles en les faisant disparaitre dans les bois. La très grande majorité des habitants n’était jamais sortie du village ou de la forêt, protégés dans un cocon rassurant, loin de la domination des humains.

Mais Naíche ne pouvait se contenter de vivre dans un aussi petit endroit. Il continuait de tenter des excursions, toujours pour se faire rattraper par un membre de sa tribu et de se faire punir. Vers dix ans, il arrêta de fuguer. Tout le monde était rassuré, enfin, le gamin intenable se calmait ! Enfin, Naíche accepterait de vivre parmi eux ! Quelle idée de l’appeler ainsi ? Naíche, pour « fauteur de trouble » dans la langue des siens. Il ne fallait pas s’étonner s’il tournait mal…

La vie de l’enfant était difficile, et celle de se famille proche également. Le village parlait, on se demandait si le jeune fugueur ferait un jour véritablement partie de cette communauté.

Naíche s’était enfermé dans un silence contemplatif. Il ne disait plus grand-chose, ne se mêlait pas vraiment aux gens, restait discret – mais toujours en vue des habitants. Quelqu’un savait toujours où il était, aucun risque de le perdre dans les bois. L’enfant était presque devenu une ombre. Il ne jouait plus avec les autres enfants, restait toujours dans son coin, parlait en phrases très courtes ; Naíche était systématiquement plongé dans ses pensées.

A la surprise de tous, son adolescence changea entièrement sa personnalité. D’un coup, il recommença à parler aux jeunes de son âge, et même très facilement aux adultes. Il s’était ouvert, il était agréable, amusant, intéressant ; cette fois, même les vieux du village étaient rassurés, persuadés qu’il était enfin prêt à vivre ici pour toujours, à se marier, fonder une famille, être un respectable bambou.

On lui donnait plus de libertés, il n’avait plus à être visible à tous moments. Naíche en profita pour s’entrainer, pour devenir fort. Les humains étaient dehors, ils étaient puissants, écrasants, et il lui fallait être encore plus puissant que le plus puissant des humains s’il voulait libérer son peuple. Chaque jour le rapprochait de son objectif. Chaque jour le rapprochait de sa prochaine fugue. Et derrière la façade de son sourire enjôleur, le regard brumeux de son enfance se durcissait jusqu’à devenir une flamme enfermée dans la glace.

Un matin, le village se de Noslaw se réveilla sur un étrange sentiment. Ce n’est que quelques heures après le lever du soleil qu’ils comprirent que Naíche avait encore disparu. On retourna les bois autours du village, on chercha plus loin que l’on n’avait jamais cherché, sans trouver la moindre trace du fauteur de trouble. Cette fois, il était parti. Les vieux dirent qu’ils savaient bien qu’il allait recommencer, qu’il n’avait jamais pu lui faire confiance. Sa mère pleura, son père se referma sur lui-même, ses frères et sœurs baissaient les yeux dans la rue.

Une semaine passa, puis une autre. On arrêta d’espérer le retour du fugueur. Sa famille relevait doucement la tête, seuls les anciens du village parlaient encore tous les jours de ce gamin, ah, ils l’avaient bien dit qu’il ne pourrait jamais être un des leurs. La vie commençait à peine à reprendre son cours, quand le silence se propagea d’âme en âme comme un vent funeste. Tous les yeux se tournèrent vers l’entrée du village, l’immobilité seulement brisée par les bruits de pas d’un jeune homme.

Naíche regarda chaque villageois dans les yeux, le regard trouble mais déterminé. Ses mains étaient couvertes de sang.

« Les humains… ils sont faibles ! Bien plus faibles que nous ! Ils n’ont aucun droit sur les hybrides ! Nous n’avons pas à nous cacher ici ! A vivre dans la peur ! Prenez tous les armes ! Aucun d’entre eux ne peut nous vaincre, ensemble, nous ne pouvons… »

La voix puissante du fauteur de trouble se perdit dans ses poumons alors que d’autres bruits de pas se rapprochaient de lui. Sa mère s’arrêta quelques mètres devant lui, des larmes sur les joues, tremblante. Elle semblait à peine tenir debout.

« Otaktay. »

Elle ne prononça qu’un seul mot. Les autres villageois s’approchèrent à leur tour, de plus en plus, en scandant ce même mot, de plus en plus fort.

« Otaktay.
- Otaktay !
- Otaktay ! Otaktay !
- Otaktay…
- Otaktay ! »

Les uns semblaient pleins de dégoûts, d’autres de peur ; certains le hurlaient avec admiration. Avec fierté. Avec honneur.
Otaktay. Celui qui tue beaucoup.
Mais le jeune homme ne pouvait détacher ses yeux de ceux de sa mère. Des larmes qui en coulaient. De la peur qui en émanait. Il ne voyait plus sa mère devant lui. Il voyait une femme. Une étrangère. Persuadée qu’il était un monstre.

Les gardes du village repoussèrent Naíche vers la forêt de bambous, loin de la foule qui grandissait à vue d’œil, et lui sommèrent de ne jamais revenir. Il était un meurtrier. Il avait bafoué toutes les règles sacrées que la tribu avait respectées depuis toujours, afin de survivre au mieux.
Pour eux, maintenant, il n’était plus Naíche. Il était Otaktay. Meurtrier, exclu, sauveur peut-être. Mais il n’était plus l’un des leurs. Il n’était plus comme les autres. Il ne l’avait jamais été.

Il s’enfonça entre les bambous, pleinement conscient qu’il ne retournerait jamais dans le village. C’était sa dernière fugue. Et cette fois, il allait libérer ses frères et ses sœurs du millième supplice.
Habitant maintenant les Bas-Quartiers, Naíche tue les humains sans remord, prêt à tout pour les faire repartir là d’où ils viennent, pour toujours. Comme l’ont voulu les dieux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 89
Points : 1801
Date d'inscription : 07/07/2016
Localisation : Quelque part en train de signer un autographe à une fangirl
Des DCs? : Abel ; Osvald.

Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: ///
♠~ Fréquentations::
[[ ADMIN ]] ▲ Le boiteux
Voir le profil de l'utilisateur




Adrian V. Montgomery
[[ ADMIN ]] ▲ Le boiteux
Mer 9 Mai - 21:33
Bienvenue!
Ta fiche est complète et ton personnage me semble vraiment prometteur, je serais bête de ne pas te valider! C'est donc ce que je vais faire.

N'oublie pas de recenser ton avatar. Pour la suite, tu trouveras tout le nécessaire pour commencer ton aventure dans "gestion des personnages"! Voilà!
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mer 9 Mai - 21:53
Ça s'était jamais fait aussi vite que sur ce forum dis-donc xD Et bien parfait, merci beaucoup! Je vais remplir tous les petits papiers tout de suite alors, comme ça s'est fait. Encore merci de m'avoir validé!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Points : 874
Date d'inscription : 15/02/2018
Age : 23
Des DCs? : Diana/ Roxanne / Hime / Athéna / Mégara/ Aelys/ Fealine

Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de:
♠~ Fréquentations::
Inclassable (humain)
Voir le profil de l'utilisateur




Lavande M. Fox
Inclassable (humain)
Jeu 10 Mai - 0:52
Bienvenue à toi ! Un copain plante comme ma Diana ! Bienvenue dans le groupe des absorbeurs d'eau ! o/

_________________
Lavande rit en #0000cc et sa musique c'est The Phoenix !
Ses rp's dispo : 0/2 et sa fiche est ici !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 121
Points : 2355
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 26
Localisation : Chez wam ?
Des DCs? : Marty-Javier-Andrew-Maximilian-Samantha-Travis- Rob

Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de:
♠~ Fréquentations::
New-Rich + Défenseur
Voir le profil de l'utilisateur




Isamu Y. Mashioda
New-Rich + Défenseur
Jeu 10 Mai - 0:53
Hey bienvenue ! Oh un pote aussi pour Andrew, putain tu vas avoir des amis toi xD

_________________
Je suis sur toutes les affiches, calendriers et pubs de mode. La star du petit écran, sans passer dedans. Un serpent qui a la classe, toujours posé dans son manoir. La noblesse, c'est cool, mais sans elle, ça craint.BANGERZ
 
 

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Utsukushi Neko Sekai :: Gestion des personnages :: Présentations :: Hybrides validés-
Sauter vers: