AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Mégara, harfang élégante (100%)
Utsukushi Neko Sekai
Hellow! ♪ <br> Tu n'es pas connecté? c'est peu être que tu n'es pas encore inscrit alors... Magne toi de le faire! Non, je blague, on ne veut pas te forcer la main, mais n'hésite pas à nous rejoindre. <br> Et si tu es déjà inscrit, connecte-toi pour voir tes messages privés et répondre à tes RPs, ce serait sympa! ♥️


[RP Neko/Maitre ;; Min. 200 mots ;; H/Ya/Yu autorisé (avec modération ♥)]
 

 :: Gestion des personnages :: Présentations :: Hybrides validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mégara, harfang élégante (100%)

avatar
Messages : 28
Points : 557
Date d'inscription : 20/03/2018
New-Rich
Voir le profil de l'utilisateur




Mégara Rhey
New-Rich
Mar 20 Mar - 15:12


Mégara Rey

Ma présentation
▬ Nom :: (facultatif pour hybrides) >Rey
▬ Prénom(s) :: Mégara
▬ Surnom(s) :: Meg, Megy, Ange, briseuse de cœurs…
▬ Age :: 28 ans
▬ Sexe :: Féminin
▬ Orientation sexuelle :: Hétéro curieuse

▬ Classe :: (Groupe) Hybrides nobles
▬ Sous-classe :: (Voir ICI) New-rich
▬ Espèce :: (Si hybride) Harfang des neiges

▬ Nationalité :: (NB: les hybrides sont natifs de Nekaï) Nekaienne
▬ Métier :: Mannequin
▬ Niveau de vie :: Assez aisé pour pas regarder les dépenses
▬ Situation amoureuse :: On va dire… Que ça ne vous regarde pas ?
▬ Autre particularité? :: J’ADORE les bandeaux ! Surtout celui qui fait penser aux gens que je suis un ange.

▬ Mon avatar... :: Mercy - Overwatch
▬ Prénom/Pseudo/... :: Diana
▬ Premier compte ou DC? :: 7eme

▬ Comment es-tu arrivé là? :: J’ai suivie des copines à moi !
▬ Ton niveau de RP :: Suffit de regarder les autres persos
▬ Ta présence :: c’est une blague, cette question ?

▬ D'autres révélations? :: J’ai envie de cupcakes

▬ Code du règlement ::

▬ Description physique ::

Ecoutez, j’ai accepté cette interview parce que mon manager m’a un peu forcé la main, d’accord ? Moi raconter ma vie à des inconnus pour que ça finisse dans un journal ou un magazine, ce n’est vraiment pas ‘mon truc’. Mais s’il le faut, je le ferais. Mon physique ? Mais il suffirait d’ouvrir un magazine pour voir à quoi je ressemble… Mais soit… Alors tout d’abords, j’ai de longs cheveux blonds doux et soyeux, que j’attache souvent pour éviter qu’il n’atterrissent dans ma bouche ou devant mes yeux. C’est une petite fierté qui est souvent mis en valeur sur les photos. Pardon ? Vous voulez vérifier s’ils sont vraiment doux ? Non mais je ne vous permets pas monsieur, vous êtes journaliste, pas coiffeur donc baissez votre main je vous prie ! Bon… Ensuite j’ai des yeux bleus, et si vous osez me demander si je suis allemande, je m’en vais sur le champ ! Tout le monde sait que les hybrides viennent de Nekai. J’ai un visage fin, des yeux en amandes, des lèvres naturellement roses, des dents blanches parfaitement alignées et un petit nez fin, enfin bref mon visage plait beaucoup aux maquilleurs qui se font une joie de laisser leur imagination travailler sur ce qu’ils appellent un ‘visage parfait’. S’il vous plait, vous pouvez arrêter de me fixer comme cela ? C’est… Vraiment gênant. Hm, merci… Alors, où j’en étais… Ah oui ! En restant dans le haut du corps, j’ai une poitrine bien présente sans être trop grosse, même si j’avoue avoir un peu de mal à dormir sur le ventre… Non mais relevez les yeux ! Je ne vous permets pas de me regarder ainsi, malotrus !  Vous avez de la chance que je n’annule jamais un contrat une fois signé, jeune homme ! Oui, vous pouvez vous excusez, ce n’est pas vraiment professionnel, surtout quand on sait que ce n’est pas la première fois que je travaille avec des journalistes de votre journal. Ceux d’avants avaient bien plus de retenue comparée à vous, cela fait à peine dix minutes que nous sommes ici. Enfin, passons.

Pour le bas du corps, j’ai des grandes jambes qui me hissent sur mon mètre soixante-quinze, la taille parfaite pour un mannequin, parait-il. Ces jambes sont assez musclées, signe que je pratique assez de sport pour garder une taille svelte, un corps qui pourrait faire rougir d’envie n’importe quel homme qui poserait son regard sur moi et pâlir de jalousie les demoiselles qui me jetteraient un regard. Non, ce n’est pas de la vantardise, juste du réalisme. Et puis de toute façon, ils peuvent regarder autant qu’ils le veulent, il n’y a qu’un homme qui a le droit de poser autre chose que ses yeux sur moi. Qui ça ? Tout ce que vous saurez, est ce que je dirais plus tard. Je n’oublie pas que ce que je dis ici risque de finir à la vue du public, alors patience. Autant l’avouer tout de suite : ce n’est que parce que la nature m’a gâtée que j’ai réussie à devenir mannequin. J’ai beau être intelligente et cultivée, pour ce métier ce n’est souvent que le physique qui compte malheureusement. Mais appart ma beauté, mon hybridation m’a bien aidée aussi. Je suis une harfang des neiges, ce qui explique mes large ailes blanches comme la neige fraichement tombée et ma vision assez bonne. Pardon ? Oui, je vois très bien la nuit, mais contrairement à ce que vous semblez penser, l’espèce animale elle, chasse plutôt de jour et non de nuit, contrairement aux autres chouettes ou hiboux. Normalement je suis censée avoir les yeux jaunes, comme tous les membres de mon espèce mais j’ai apparemment héritée de la couleur des yeux de mon père. Quand à mes ailes,  me permettent de voler quelques mètres, je pourrais plus mais c’est bien trop fatiguant. L’équipe avec qui je travaille adore jouer sur le côté ange que me donne mes ailes, et avec mon visage il faut avouer que n’importe qui pourrais me prendre pour quelqu’un tombé du ciel. Enfin, ça c’est avant que j’ai montré mon véritable caractère, mais vous le saurez plus tard.

Pour les vêtements, comme vous le savez sûrement déjà : tout me va. Les robes, les jeans, les jupes.. Même les kilts et les costumes orientaux ! Comment je le sais ? Disons que comme pour mes ailes, l’équipe s’amuse beaucoup à me faire essayer des tonnes et des tonnes de vêtements. Surtout pour les fêtes comme noël, halloween ou encore la saint-valentin. En fait, à chaque fois qu’il y a un thème spécifique abordé et qu’il y a la possibilité d’inclure un ange ou autre bestiole ailés, vous pouvez être sûr que l’on fait appel à moi. Que pourrais-je dire d’autre appart que j’ai un sourire qui va avec ma réputation… Hm ? Pourquoi sur certaines images on dirait que j’ai des ailes mécaniques ? Eh bien, fond vert mon cher. Il se trouve que dans l’équipe nous avons un très bon graphiste et qu’il aime bien laisser aller son imagination. Alors parfois on décore mes ailes avec des choses futuristes avant de mettre du tissu vert là où l’on sait qu’il va y avoir des modifications, comme ça plus tard le graphiste peut modifier à volonté jusqu’à ce que le résultat soit satisfaisant pour lui. Enfin bref, donc c’est normal que parfois mes photos soient retouchées pour avoir un air futuriste, il m’arrive souvent de poser pour des magazines de jeux vidéo ou autre. Même si j’ai un manager adorable, j’aime avoir un œil sur les contrats que je dois honorer, je n’ai pas vraiment envie que tout le monde puisse me voir en sous-vêtements. Je vois votre regard, vous savez, et cela ne me plait pas trop. Continuez comme cela et vous entendrez parler de moi et mon agent. Enfin bref, j’ai une petite exclusivité que peu de mannequin peuvent avoir : j’ai le droit de garder les vêtements qui me plaisent quand on me dit qu’ils ne serviront plus pour un shooting. Alors mon dressing est remplit de vêtements, de chaussures et de quelques bijoux. Pardon ? Oh non, les bijoux sont achetés par moi, voyons ! Même si parfois, certains admirateurs rêveraient de m’en offrir en échange de ma compagnie… Je ne me permettrais jamais de prendre ceci au travail, même si on m’y autorisait. Certes, j’avoue que profiter des vêtements ne me gêne pas, mais je ne suis pas une profiteuse à ce point-là, j’ai tout de même une morale et une fierté ! D’ailleurs, le sujet suivant n’est-il pas mon caractère ? Eh bien allons-y alors, mais vous allez être surpris, je vous préviens, restez bien assis sur votre chaise.

▬ Caractère ::

Comme c’est le tour de mon caractère, vous ne m’en voudrez pas si je parle un peu plus sèchement non ? Parce qu’il ne faut pas croire que je souris tout le temps comme je le fait avec vous, et surtout pas avec autant de respect. Si je suis comme ça, c’est parce que je travaille, actuellement. Sinon croyez moi que je vous aurais déjà baffé pour me mater comme vous le faites : sans vous cachez et sans aucune vergogne. Les hommes comme vous m’écœurent. Je veux dire, je sais que je suis jolie, on me le dit tous les jours au travail, pas besoin de me regarder en me déshabillant du regard ou de me dire ‘Hey mademoiselle, joli cul !’ Non, parce que ce n’est franchement pas comme ça que vous obtiendrez le numéro d’une demoiselle. Appart si justement, c’est son travail, si vous voyez ce que je veux dire. Oh, excusez-moi de rire comme cela, mais vous verriez votre tête ! Elle est hilarante ! Vous ne vous attendiez pas à cela venant d’une fille comme moi ? Comment ça ‘une fille comme moi’ ? Non mais tu crois que parce que je suis jolie, j’ai juste à sourire et à me taire, sans donner mon avis et sans m’affirmer ? Faut savoir quelque chose sur moi, c’est que je suis loin d’avoir ma langue dans ma poche. Même si je sais me tenir, faut pas trop m’énerver non plus, je ne fais pas partie des hybrides femmes qui restent bien sagement à la maison à faire le ménage, la lessive et la cuisine en attendant que leur maître rentre pour les traiter comme de vulgaires esclaves. Hm, pardon, j’étais juste énervée, je me reprends tout de suite. Mais pour ma défense, vous m’avez cherché, ça ne se dit pas, ce genre de choses, surtout à une femme comme moi.

A voir votre tête, vous ne vous attendiez pas à un tel virement de caractère hein ? Oui, les gens sont assez étonnés de voir qu’une telle façon de parler sorte de la bouche d’une ‘si jolie jeune femme et si bien élevée’. Eh bien, désolée mais je ne suis pas désolée de vous décevoir. Je suis une femme avec du caractère et qui ne le cache absolument pas, vos collègues auraient peut-être du vous prévenir. J’aime qu’on me respecte autant que je respecte les gens. Et je suis loin d’être le genre de femmes qui se retourne lorsqu’on la siffle dans la rue, appart pour en mettre une à celui qui siffle avec de bonnes insultes cinglantes. Je sais aussi être douce, mais seulement avec ceux qui le mérite. La première personne qui me vient à l’esprit, c’est Rob… Pourquoi j’ai ce sourire ? Hé bien… Rob est… mon petit ami ? Enfin, c’est compliqué, mais il est bien le seul avec qui j’ai envie de faire des efforts au quotidien. Le second, c’est un de mes collègues, avec qui j’ai commencé ce boulot de mannequin. Vous aurez plus de détails, ne vous en faites pas. Vous voulez que je parle un peu plus de Rob ? D’accord, si vous voulez. Rob n’est absolument pas l’homme dont je rêvais quand j’étais petite : il fume, il boit, il est chasseur d’hybrides et il a un caractère pire que le miens. Pourtant… Eh bien malgré tout il passe la plupart de son temps libre chez moi, surtout dans mon canapé ou mon lit… Ou encore la cuisine. Pourquoi je glousse ? Oh mais pour rien voyons, je ne voudrais pas vous faire rougir en racontant des choses personnelles. En tout cas, je ne regrette pas de l’avoir sauvé le jour où je l’ai ‘rencontrer’. J’expliquerais plus en détail plus tard, dans la dernière partie de l’interview. Enfin tout ça pour dire que Rob je l’aime, et que même si beaucoup d’homme se vante d’avoir eu mes faveurs, peu de ses rumeurs sont vraie et que seul Rob a eu le droit de me voir dans mon quotidien car il est le seul homme avec qui j’ai une vraie relation. Bien sûr, j’ai eu des aventures, des relations qui ne dépassais jamais plus de quelques semaines voir jours selon le comportement de l’homme avec lequel j’étais. Ne me demandez pas trop pourquoi, à vrai dire je l’ignore. Je pensais que je n’étais pas vraiment faite pour être vraiment avec quelqu’un, mais plus le temps passe et plus je me sens bien avec Rob. Par contre me prenez pas pour une fille qui aime tout ce qui est cul cul la praline ou j’vous en fou une.

Mais au moins, il fait partit des gens que j’aime : franc, direct et qui ne vous ménage pas. Parce que franchement, les gens qui vous lèchent le cul pour au final vous planter un couteau dans le dos à la moindre occasion, moi j’en ai juste ras le bol. Et puis ça sert à quoi, appart vous apporter la haine des gens et une sale réputation ? Bah à rien, faut vraiment être con pour être comme ça. Alors moi, au moins on dit que j’ai un caractère de merde, mais je dis ce que je pense aux gens concerné, j’ai pas besoin d’un pigeon ou des réseaux sociaux pour le faire. Pardon ? Ce que je pense des humains ? Oh, bah ça dépend d’eux en vérité. S’ils sont sympa, moi j’m’en fou de ce qu’ils sont. Par contre si j’en vois un massacrer un hybride gratuitement devant moi, comme un ancien photographe qui travaillais dans l’agence où je suis, eh bien il est dans la merde. Ce qu’il est devenu ? Oh, je pense qu’il photographie des manchots en Antarctique… Vous avez l’air étonné que j’ai réussie à faire ça… Il faut savoir que je suis sûrement l’une des dernières de mon espèce, et que je suis un mannequin très connu ici, à Nekai. Me remplacer serais très difficile, voire impossible : vous en connaissez beaucoup des harfangs grandes, blondes aux yeux bleus et qui laisse presque carte blanche à son équipe pour les contrats et les photos shoots ? Voilà, vous avez votre réponse. Eviter de me faire des coups en douce, dites-moi vous-même si vous avez un problème avec moi et on s’entendra. Enfin, à peu près.
.

▬ Histoire ::

Voilà la meilleure partie de votre interview ! Attention par contre, lisez bien le contrat que j’ai signée, vous n’avez pas le droit de tout citer dans votre article. Eh oui, quand on est intelligente comme moi on protège sa vie privée, surtout quand ça peut mettre Rob en danger. Quand je vous disais que je l’aime cette brute ! Enfin bref, commençons ! En vérité, je ne me souviens pas moi-même de comment je suis née et où j’ai grandie. Je suppose que je suis née d’un couple qui s’aimais et qui voulais lier leur vie par un bébé : moi. Je suppose aussi que l’un de mes deux parents aimait soit la mythologie grecque sois d’un certain dessin animé, parce qu’ils m’ont appelé Mégara. Je n’avais pas encore de nom de famille alors je pense que c’était un couple d’hybrides rebelles en fuite ou quelque chose dans le genre. Après on m’a raconté que mes parents se sont fait capturer quand j’avais 6 ans, et que j’ai été adoptée par un homme qui venais tout juste de commencer une carrière de manager dans le mannequinat. Alors autant vous dire que j’ai grandie dans ce monde et que je me sens à l’aise avec tout ça. Bien sûr, mon maître m’a appris à tenir une maison et sans me vanter, je suis une très bonne cuisinière. D’aussi loin que je me souvienne, mon premier vrai souvenir, c’est mon premier défilé de mode. J’avais 12 ans à l’époque et je suis tombée amoureuse. Amoureuse du monde de la mode, de l’ambiance dans les loges, j’adorais voir mon maître être une sorte de chef d’orchestre avec ses mannequins et les regarder défiler c’était… Vraiment magnifique. Et c’est à ce moment que j’ai su que c’était pas pour rien que j’avais été adoptée par quelqu’un qui travaillais dans ce monde. Le destin m’avais enlevé mes parents, ma famille, mais m’avais offert un futur meilleur que la plupart des autres hybrides en échange.

J’ai donc étudiée, j’ai appris à lire, écrire, appris tout ce que je pouvais sur la mode : autant sur les vêtements que ceux qui créais et défaisait les tendances. Mon maître avait bien vue mon intérêt et pour la première fois, il m’aidait pour autre chose que la cuisine quand les casseroles étaient trop hautes sur l’étagère. Alors quand il voyait que plus je grandissais et plus la nature était sympa avec moi question physique, il a décidé de me laisser ma chance. Le jour de mes 18 ans, j’ai participé à un petit défilé, par vraiment important pour sa carrière, mais assez important pour moi vue que c’était le moment de voir si j’étais faite pour ça ou pas. Je me rappelle encore de l’adrénaline parcourant mes veines, mon cœur battant à cent à l’heure et mon premier pas sur un podium. La fierté en arrivant au bout, faisant une pose ou deux pour montrer les vêtements et retourner en coulisse, tout ça sans se casser la tronche par terre à cause des talons aiguille… J’ai toujours cette sensation quand je défile aujourd’hui, même si maintenant je fais plus de photo pour des magazines qu’autre chose, donc je pense que tant que l’adrénaline est là, je ne suis pas prête de quitter la scène ou de quitter ma place devant l’objectif. Enfin voilà, contre toute attente, les gens m’ont adorée, apparemment ma jeunesse, ma joie de vivre et mon sourire transparaissait mon plaisir d’être sur la scène et ils me trouvaient parfaitement à ma place. Alors, j’y suis restée, je suis devenue mannequin pour mon maître. C’est comme ça que j’ai rencontré mon meilleur ami. Il est devenu mannequin en même temps que moi, on a accroché tout de suite lui et moi. En vérité, il a même été un peu mon premier ‘petit copain’ mais ça n’a duré que quelques semaines, on était trop jeune et trop différents. On est resté bien sûr meilleurs amis et j’étais là pour lui quand ses parents sont morts…. Tout comme lui a été là pour moi dans les moments difficile. Beaucoup de gens s’amusais du lien qu’on avait, et on faisais même des photo shoot particulier pour la saint valentin ou autre ensemble. Et c’est là que les choses se sont compliquées au fil des ans.

Sans me venter, je suis belle non ? Ouais, à votre regard je suis à votre gout hein. Bah j’étais aussi au gout de mon ‘manager’. Il a commencé à faire du chantage, si je ne faisais pas certaines choses, je n’aurais pas le droit aux meilleurs défilés qui auraient pu faire monter ma carrière. Alors, j’ai accepté les photos en sous-vêtements, nue sous un drap ou cachée par n’importe quoi. Mais le jour où il m’a plaquée contre un mur en essayant de m’arracher mon haut devant plusieurs témoins, je lui ai pétée le nez. Oui, normalement j’aurais dû être tabassée, mise au camp de dressage ou n’importe quoi. Sauf que le directeur de l’agence savais très bien que plus tard je pourrais rapporter gros et que mon atout c’était mon physique d’ange. Alors il a proposé à mon ancien maître un marché : il me ‘donnais’ à l’agence et il gardait son travail, déménageait et tout ça sans poursuite. Il a bien sûr accepté et depuis, on peut dire que j’appartiens au directeur de l’agence. Je sais, c’est compliqué mais c’est cool au fond. Au départ j’habitais à l’agence et au bout de 3 ans, à mes 22 ans, il m’a proposé de me donner plus de liberté. J’aurais ma propre maison, mais je devais accepter deux contrats imposés par ans où je n’aurais vraiment pas mon mot à dire et je devais me débrouiller avec mon salaire pour payer le loyer, la bouffe, la déco etc… Evidemment, avide d’avoir mon propre chez-moi, j’ai acceptée et au final j’ai adopté le nom de l’agence : Rhey. Donc voilà, ça fait 6 ans que j’ai ma maison, ma vie peinarde sans personne pour me faire chier, appart les 2 contrats qui parfois j’avoue me casse bien les c… les ailes. Enfin, ça c’était avant la nuit où j’ai sauvé la vie d’un humain. Où j’ai trouvée Rob dans la rue, dans un sal état que j’ai décidée sans savoir pourquoi de le ramener chez moi.

Je me souviens qu’il pleuvait ce jour-là, parce que je râlais sur son poids et ses chaussures boueuses qui allaient salir ma moquette. Je rentrais d’une soirée dans un bar, après le boulot, j’en avais eu marre d’entendre le rire gras des mecs qui disais que j’étais vraiment trop ‘bonne comme meuf’. Je l’ai vue-là, dans la ruelle, en train de pisser le sang avec un flingue à la ceinture. Et je sais pas pourquoi, surement que j’avais pas envie d’avoir la mort de quelqu’un sur le dos alors que je pouvais l’aider, je l’ai attrapé par les épaules et je l’ai trainé jusque chez moi. Autant vous dire que je me suis pétée le dos, parce qu’on dirait pas mais il pèse son poids le Rob ! Une fois chez moi, je lui ai directement enlever ses vêtements dans le salon, faut pas déconner j’avais fait le ménage la veille et le sang c’est pas facile à enlever et non, j’ai pas mater il était blessé et moi profiter de la situation c’était pas mon genre. Je vérifiais que sa vie n’était pas en réel danger avant de nettoyer ses plaies, de les bander et de le porter jusqu’à ma chambre. Je ne sais pas pourquoi la mienne et pas une de mes chambres d’amis… Sûrement parce que moi j’aurais aimé être dans une pièce où quelqu’un vivait pour me rassurer. Je l’ai couché, encore à poil parce que ses vêtements sérieux ils étaient crades, l’ai bordé et suis sortie pour aller mettre ses affaires à laver. Son flingue ? Je l’ai juste laissé dans le salon, pas question de le mettre à côté de lui, je ne le connaissais pas et j’avais pas envie de mourir de la main d’un humain taré. Ensuite, j’ai pris un bouquin et j’ai simplement attendue qu’il se réveille, assise sur une chaise dans ma chambre.

Honnêtement, ça s’est passé normalement, au départ : il me posait des questions auxquelles je répondais vaguement, je posais les miennes et il y répondait comme il voulait. Il devais sentir que j’étais pas vraiment heureuse d’accueillir un humain chez moi, mais je pouvais vraiment pas le laisser crever la bouche ouverte dans la rue quoi, je valais mieux que ça. Il me paraissait être un humain comme les autres, surtout quand il m’a sortie que j’étais canon pour une fille qui lui avait sauvé le cul. Autant vous dire que j’entendais des phrases dans le genre tous les jours, alors je me suis contentée de rouler des yeux et de sortir, sans répondre lorsqu’il me demandait mon nom. Je suis allée lui chercher un cachet et de l’eau avant de revenir. Je lui tendais le tout en le regardant, comme ça dans ce lit qui m’appartenait, il paraissait plus fragile que laissais transparaitre sa façon de parler. Du coup je lui ai dit mon nom avant de m’asseoir au bord du lit. Puis j’sais pas pourquoi, mais quand il a caressé ma joue, il était tellement tendre que je l’embrassais avant de comprendre vraiment ce que je faisais. Enfin voilà, j’ai fini la soirée collée à lui sous les draps, et non, même si il était nus il s’est rien passé, j’vous l’ai déjà dit ça. Enfin au fil du temps, il est passé pour me remercier surement, puis on a appris à se connaitre. Autant vous dire que j’ai vite pâlit en apprenant qu’il était hunter, mais j’ai rien dit : on n’a pas tous la chance d’avoir un métier où on fait que sourire et se taire devant un objectif. Moi tant qu’il me dit pas qu’il a tué des hybrides ou autre, je ne fais aucune remarque sur son taff, sauf s’il laisse trainer son flingue sur la table. Et puis au final, on peut dire que lui et moi on est ensemble, vue ce que certains de mes meubles ont vécus. Enfin voilà quoi, Rob et moi on est contents ensemble, on se prend gentiment la tête, on se fait chier mutuellement et il est la meilleure relation que j’ai jamais eu…. Hm ? Pourquoi je précise ? Bah pour pas que t’espère un jour avoir mon numéro ou me pécho dans un bureau vide, mon petit !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 611
Points : 3820
Date d'inscription : 29/12/2014
Age : 20
Localisation : Somewhere ~
Des DCs? : Nora Spencer (DC)

Feuille de personnage
♠~ Hybride de/maître de: Gabriel Leblanc
♠~ Fréquentations::
[[ FONDO ']] ▲ Excentric princess
Voir le profil de l'utilisateur




Ezekiel
[[ FONDO ']] ▲ Excentric princess
Ven 23 Mar - 18:37
Coucou! ^^
Désolée pour le retard!

Je valide ta fiche et on se revoit pour la prochaine! Bises!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 28
Points : 505
Date d'inscription : 20/03/2018
Localisation : Dans ton c... chez Meg'
Des DCs? : Marty - Javier - Andrew - Maximilian - Travis - Samantha - Isamu
Hunter
Ven 23 Mar - 19:29
La meilleure est arrivée et validée si c'est pas beau ~

_________________
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Utsukushi Neko Sekai :: Gestion des personnages :: Présentations :: Hybrides validés-
Sauter vers: